LA TURQUIE ET L’EUROPE : le Mauricien retenu en prison…

Imprimer

LA TURQUIE ET L’EUROPE : le Mauricien retenu en prison…

On a souvent eu l’occasion de dire ici ou ailleurs que l’Europe est plus qu’un continent, c’est une culture. Une culture basée sur le refus de l’exclusivisme religieux, l’égalité absolue de l’homme et de la femme, la démocratique et la liberté, au sens le plus large du terme.

La Turquie aspire à rejoindre l’Europe. Et c’est bien là son droit. Or, la Commission Européenne ainsi que le Parlement de Strasbourg ont maintes fois exprimé leurs sérieuses réserves incitant ce pays d’Asie à se moderniser et à se réformer. Quant à la République française, elle a même, à un moment donné, souligné que cette entrée en Europe serait soumise à référendum… C’est dire.

Ce matin, nous avons enfin appris l’heureuse nouvelle : le jeune Mauricien, détenu durant quatre mois par ce qu’il aurait fait l’acquisition illégale d’une petite pierre considérée comme appartenant au patrimoine historique de la Turquie, vient d’être libéré…

LA TURQUIE ET L’EUROPE : le Mauricien retenu en prison…

On a souvent eu l’occasion de dire ici ou ailleurs que l’Europe est plus qu’un continent, c’est une culture. Une culture basée sur le refus de l’exclusivisme religieux, l’égalité absolue de l’homme et de la femme, la démocratique et la liberté, au sens le plus large du terme.

La Turquie aspire à rejoindre l’Europe. Et c’est bien là son droit. Or, la Commission Européenne ainsi que le Parlement de Strasbourg ont maintes fois exprimé leurs sérieuses réserves incitant ce pays d’Asie à se moderniser et à se réformer. Quant à la République française, elle a même, à un moment donné, souligné que cette entrée en Europe serait soumise à référendum… C’est dire.

Ce matin, nous avons enfin appris l’heureuse nouvelle : le jeune Mauricien, détenu durant quatre mois par ce qu’il aurait fait l’acquisition illégale d’une petite pierre considérée comme appartenant au patrimoine historique de la Turquie, vient d’être libéré…

C’est bien et nous saluons tous ce heureux dénouement, même si ce pauvre homme a tout de même écopé d’une peine avec sursis… Tout de même ! Les autorités devraient savoir que la couverture médiatique de cet épisode peu flatteur leur a coûté très cher en matière d’image : chaque soir, nous voyions cette pauvre famille française réunie avec ses amis communiquant avec le détenu dans sa geôle turque. La femme était en larmes, les enfants et les amis aussi.

Savez vous quel serait le résultat d’un tel référendum s’il avait lieu cette semaine, portant sur la candidature de la Turquie ? Désastreux, absolument. Et ce n’est pas la première fois qu’un grand pays européen déplore l’incarcération abusive d’un ressortissant. Aux comptoirs des cafés, on ne parlait que de cela à Paris.

Soyons bien clairs : la Turquie a un pays souverain et a le droit de faire ses lois chez elle. Mais comment savoir si quelqu’un vous propose quelque chose à acheter, que cela est formellement interdit ? Le Mauricien en question n’est un trafiquant ni un bandit, mais un simple touriste venu passer ses vacances en Turquie.

Merci d’avoir libéré un innocent au bout de quatre mois de détention, mais il est difficile d’oublier les larmes d’un enfant attendant pendant 120 jours ( !) le retour de son papa injustement emprisonné.

Commentaires

  • C'est incroyable! Selon vous, on peut torturer un innocent présumé en menaçant de violer et de tuer ses enfants (voir un post précédent) mais on ne peut pas appliquer la loi en matière de trafic archéologique. La peine est rude, on ne discute pas là-dessus. Mais la France, si prompte à donner des leçons, a tenu un certain Julien Coupat en cellule de longs mois sans avoir l'ombre d'une preuve contre lui (ah, si: on lui reprochait ses lectures)?
    Comment peut-on avoir une vision si partiale du monde et de l'actualité? Bien sûr, je me battrais pour votre droit à l'expression. Il n'est pas question de censure. Mais je suis vraiment consterné par chacun de vos billets. Je me demande s'il ne s'agit pas de textes délivrés par une machine (syntaxe, absence de réflexion, enfilade de lieux communs, etc.) Ou alors il s'agit de second degré: auquel cas, toutes mes excuses, vous êtes un maître!

  • Il n'y a pas que Julien Coupat, que je sache ; lui au moins savait ce qu'il faisait et il en tire un profit médiatique. Mais on ne compte plus les enfants et adolescents clandestins retenus en prison (ou dans des centres spécialisés qui ne valent pas mieux), dont le seul tort est l'absence de papiers de leurs parents. Ces larmes-là, M. le philosophe doit les oublier plus facilement puisqu'elles ne vont pas dans le sens de ses convictions...

Les commentaires sont fermés.