NICOLAS SARKOZY AU CONGRÈS A VERSAILLES

Imprimer

UNE PREMIÈRE DU QUINQUENNAT : NICOLAS SARKOZY AU CONGRÈS A VERSAILLES
Dès cet après-midi, députés et sénateurs de la République française vont écouter une longue et importante allocution du chef de l’Etat. C’est la première fois qu’une telle cérémonie a lieu depuis à peu de choses près le milieu du XIXe siècle. Personne n’avait osé toucher à cette interdiction  (qui ne disait pas son nom) : le président de la République ne pouvait pas parler devant le corps législatif en raison de la séparation des pouvoirs…
Comme d’habitude, certains font montre de leur mauvaise humeur, soit en s’abstenant carrément d’aller à Versailles, soit en écoutant le chef de l’Etat et en quittant l’hémicycle avant les débats et les questions-réponses. C’est leur droit.

 

UNE PREMIÈRE DU QUINQUENNAT : NICOLAS SARKOZY AU CONGRÈS A VERSAILLES
Dès cet après-midi, députés et sénateurs de la République française vont écouter une longue et importante allocution du chef de l’Etat. C’est la première fois qu’une telle cérémonie a lieu depuis à peu de choses près le milieu du XIXe siècle. Personne n’avait osé toucher à cette interdiction  (qui ne disait pas son nom) : le président de la République ne pouvait pas parler devant le corps législatif en raison de la séparation des pouvoirs…
Comme d’habitude, certains font montre de leur mauvaise humeur, soit en s’abstenant carrément d’aller à Versailles, soit en écoutant le chef de l’Etat et en quittant l’hémicycle avant les débats et les questions-réponses. C’est leur droit.
Mais tournons nous plutôt vers ce qu’il y a d’important, c’est-à-dire le contenu du discours : de quoi va parler Nicolas Sarkozy ?
Bien évidemment, de la crise économique et financière et des moyens de la surmonter en évitant le chômage et la baisse accélérée du pouvoir d’achat. Il va aussi, sans doute, insuffler un élan nouveau à la seconde partie de son quinquennat tout en conservant le même Premier Ministre, M. François Fillon. D’après ce qui se dit de ci de là, le remaniement ministériel n’aura lieu que mardi soir au plus tôt et il ne devrait pas affecter les postes les plus importants du gouvernement.
Ce qui me paraît le plus important, c’est le sens que le président entend donner à la seconde partie de son quinquennat. C’est de monter où il entend aller, comment juguler les déficits, alléger la dette, combattre le chômage,en une phrase redonner confiance aux Français.
Il faut redonner à ce peuple des raisons d’espérer et de croire en son avenir. Lorsque John Fr Kennedy avait senti son pays douter un peu de lui-même, il lui avait fixé un nouvel objectif, la conquête de l’espace qui servait de succédané à ce qui avait fait le moteur du génie américain, le westward movement ; la conquête de l’ouest. C’est cette nouvelle frontière qu’il faut visualiser.

Commentaires

  • Les projets visionnaires de Kennedy ont fait long feu. La mode de la science-fiction est un peu passée. Tout le monde à présent trouve ridicule qu'on cherche des secrets prodigieux dans des corps célestes. Même les télescopes projetés dans l'espace n'ont rien montré de particulier, alors qu'on pensait qu'ils dévoileraient le moment où le monde s'est créé.

    Mais enfin, puisque l'écologie est la nouvelle utopie, Sarközy n'a qu'à proposer un monde verdoyant toute l'année: le printemps éternel. Il peut parler du monde des Eloas sans parler de celui des Morlocks, par exemple.

  • Il est vrai qu'il a déjà promis la lune.
    Il va lui falloir trouver maintenant une destination plus lointaine encore.

Les commentaires sont fermés.