LE POINT DE NON RETOUR À TÉHÉRAN

Imprimer

LE POINT DE NON RETOUR À TÉHÉRAN
Comment on le disait hier et avant-hier, et comme les nombreux commentaires du blog le démontrent, le pouvoir à Téhéran n’entend pas reculer. Il poursuit sa sanglante répression, faisant grimper de manière alarmante le nombre de morts et de blessés. Ce qui m’a frappé, entre autres choses, c’est la présence de femmes absolument déterminées à ne pas se laisser intimider par les forces de l’ordre chargées d’organiser la répression.
Au plan politique, on relève les déclarations plus audacieuses de l’homme qui se retrouve, sans l’avoir voulu, à la tête de l’opposition : il désire aller jusqu’au martyr s’il le faut. ET pour la première fois il a osé critiquer la décision mais aussi la personne du Guide suprême de la révolution. C’est un novum qui pourrait constituer un tournant, voire un point de non retour.

 



LE POINT DE NON RETOUR À TÉHÉRAN
Comment on le disait hier et avant-hier, et comme les nombreux commentaires du blog le démontrent, le pouvoir à Téhéran n’entend pas reculer. Il poursuit sa sanglante répression, faisant grimper de manière alarmante le nombre de morts et de blessés. Ce qui m’a frappé, entre autres choses, c’est la présence de femmes absolument déterminées à ne pas se laisser intimider par les forces de l’ordre chargées d’organiser la répression.
Au plan politique, on relève les déclarations plus audacieuses de l’homme qui se retrouve, sans l’avoir voulu, à la tête de l’opposition : il désire aller jusqu’au martyr s’il le faut. ET pour la première fois il a osé critiquer la décision mais aussi la personne du Guide suprême de la révolution. C’est un novum qui pourrait constituer un tournant, voire un point de non retour.
Je pense que le président Obama a dû se rendre compte de sa gravissime erreur qui avait consisté à faire des ouvertures à un régime honni par le peuple, un régime qui ne peut survivre qu’en pratiquant la fuite en avant, et la surenchère. N’oublions pas que les régimes extrémistes ne se nourrissent que de leur extrémisme. Proposer à Ahmaninedjad  un dialogue fructueux et constructif relève de l’utopie. Comment voulez vous qu’il accepte de s’engager dans une voie qui sonnera nécessairement le glas de son pouvoir ?
Mais le rôle de révélateur, comme dans l’art photographique, a été héroïquement joué par le peuple iranien tout seul. Certes, certains services étrangers, actifs sur place, ont dû comprendre ce qui se passait et prêté main forte aux émeutiers. Mais ce concours est négligeable. Il faut bien dire que l’Iran, depuis le temps, est surveillé comme le lait sur le feu.
Qui se souvient de certaines déclarations largement paranoïaques de certaines de ses dirigeants, claironnant que l’Iran continuerait d’avancer  même avec un baril de pétrole à 1 $ !! CE sont les mêmes qui expulsent les correspondants étrangers, coupent l’internet et mettent hors circuit les téléphones portables. De grands démocrates, quoi !
Il est intéressant de noter que le régime va à sa perte, non point suite à ds coups de boutoirs assénés de l’étranger mais en raison d’un soulèvement populaire.

Commentaires

  • Si on suit votre propos, je me demande bien pourquoi les americains ont soutenu les groupes anti/Ratami , notamment en donnant des armes aux Balouches, pour renverser le gouvernement tres modere de Ratami, ce qui a conduit a l election de Amadinejad.

  • L'idée qu'il ne serait pas bon de tendre la main de temps en temps relève plus de la position de principe que de la politique, à mon avis.

Les commentaires sont fermés.