LE JEU DANGEREUX DE LA CORÉE DU NORD

Imprimer

LE JEU DANGEREUX DE LA CORÉE DU NORD
Quel que soit le jeu que joue présentement la Corée du Nord, c’est un exercice fort dangereux. Si dangereux que les commentateurs se sont demandés si cette fuite en avant ne cachait pas, en réalité, une situation bien plus préoccupante que celle de la simple  sécurité : la survie du régime tyrannique qui se cherche un successeur, comme une dynastie, pour que l’œuvre accomplie ne se perde point. Prenant les devants, les caciques du régime veulent que cette période de transition qui s’annonce, quoiqu’en dise le pouvoir en place, ne soit pas mise à profit par le monde libre pour installer un régime qui serait un tout petit peu plus acceptable.

 

LE JEU DANGEREUX DE LA CORÉE DU NORD
Quel que soit le jeu que joue présentement la Corée du Nord, c’est un exercice fort dangereux. Si dangereux que les commentateurs se sont demandés si cette fuite en avant ne cachait pas, en réalité, une situation bien plus préoccupante que celle de la simple  sécurité : la survie du régime tyrannique qui se cherche un successeur, comme une dynastie, pour que l’œuvre accomplie ne se perde point. Prenant les devants, les caciques du régime veulent que cette période de transition qui s’annonce, quoiqu’en dise le pouvoir en place, ne soit pas mise à profit par le monde libre pour installer un régime qui serait un tout petit peu plus acceptable.
Mais une nouvelle étape a été franchie il y a peu de jours lorsque la Corée du Sud, le frère ennemi, s’est jointe à la condamnation des Occidentaux et de l’ensemble (une fois n’est pas coutume) des membres du Conseil de sécurité… Mais que valent des sanctions face à un tel régime qui transforme le pays en vaste prison, laisse des hommes mourir de faim, sachant qu’il bénéficie de la neutralité très bienveillante de son puissant voisin chinois… Il faut dire aussi que ce pays comme, d’ailleurs, un autre , lui aussi membre du Conseil de sécurité, se sert de la Corée du Nord comme monnaie d’échange dans le grand échiquier politique mondial : vous installez un radar anti-missile dans l’ancienne Europe de l’est, on aide les Iraniens à construire des équipements nucléaires… Vous voulez intégrer dans l’U.E. des pays frontaliers avec la Russie, nous, nous bloquons les sanctions contre la Corée du Nord… Terrible, absolument terrible.
Il faut bien voir ce que cela représente : si les Nord-Coréens ont procédé au tir d’un missile à courte ou moyenne portée, c’est bien montre que Séoul avec ses centaines de milliers d’habitants, mais aussi le Japon, sont à leur merci, si je puis dire.
Décidément, la partie se complique chaque jour un peu plus pour le Président Obama qui ne va pas tarder à se rendre compte que les équilibres mondiaux ne se modifient guère par des incantations ni par des slogans électoraux.
L’histoire, dit-on, est tragique, et pour reprendre une phrase de Hegel, les années de bonheur de l’humanité sont les pages blanches de l’Histoire.

Les commentaires sont fermés.