LE BRIN DE MUGUET DU PREMIER MAI…

Imprimer

LE BRIN DE MUGUET DU PREMIER MAI…
Je n’ai pas mis trop de temps à me décider ! Entre le jugement de Fofana, les défilés qui promettent d’être plutôt chauds du Ier mai et ce petit symbole de renaissance, d’amitié et de bonheur, il n’y avait vraiment pas d’hésitation : ce sera le petit brin de muguet. Et au fond, s’il fallait choisir une nouvelle vie, un nouveau métier, ce ne sera pas l’université ni l’érudition, mais cueillir et emballer le brin de muguet
En passant d’une chaîne à l’autre, je me suis par hasard arrêté sur LCI et j’ai pu écouter un sympathique jardinier barbu (dont j’ai oublié le nom et que je voyais pour la première fois) vanter, avec une gouaille bien parisienne, les mérites et les effets apaisants du muguet. J’ai pu appendre que cette petite affaire totalisait chaque année -tout de même- 26 millions d’Euros et qu’un million d’internautes s’offraient des brins de muguet virtuel… Tout un programme.

LE BRIN DE MUGUET DU PREMIER MAI…
Je n’ai pas mis trop de temps à me décider ! Entre le jugement de Fofana, les défilés qui promettent d’être plutôt chauds du Ier mai et ce petit symbole de renaissance, d’amitié et de bonheur, il n’y avait vraiment pas d’hésitation : ce sera le petit brin de muguet. Et au fond, s’il fallait choisir une nouvelle vie, un nouveau métier, ce ne sera pas l’université ni l’érudition, mais cueillir et emballer le brin de muguet
En passant d’une chaîne à l’autre, je me suis par hasard arrêté sur LCI et j’ai pu écouter un sympathique jardinier barbu (dont j’ai oublié le nom et que je voyais pour la première fois) vanter, avec une gouaille bien parisienne, les mérites et les effets apaisants du muguet. J’ai pu appendre que cette petite affaire totalisait chaque année -tout de même- 26 millions d’Euros et qu’un million d’internautes s’offraient des brins de muguet virtuel… Tout un programme.
Pour moi, le muguet, c’était l’occasion d’en offrir à ma mère de son vivant. C’est aussi l’occasion, dans les rues ensoleillées de Paris, de participer à de bonnes œuvres lorsque les scouts ou d’autres œuvres caritatives en profitent pour faire rentrer un peu d’argent dans leurs caisses…  C’est aussi la possibilité de découvrir le regard attendri et innocent de toutes jeunes filles et de jeunes gens qui se font vendeurs occasionnels pour une journée. ET c’est aussi, surtout, l’annonce vrais beaux jours (qui ont tendance à se faire attendre). Mais le muguet nous aide à patienter…
On raconte qu’au Moyen Age, certains rois de France emmenaient en forêt quelques gentes dames de la cour pour cueillir le précieux petit brin…  Mais les intentions royales n’étaient pas toujours aussi pures lors de telles escapades, à l’abri des regards indiscrets.
Et il y a les souvenirs et les symboles : cette végétation ne veut ni trop d’ombre ni trop de soleil, qui est le symbole même de la modestie, de la fragilité de la vie et de l’amour. Et qui ne dure qu’un temps, mais qui se renouvelle et revient nous voir chaque année. Un peu comme l’anniversaire d’un amour qui ne vit qu’une fois l’an… Et qu’on attend tout le reste du temps.
Eh bien ! Vive le muguet.

Commentaires

  • un grand bravo pour vos articles a quand un article sauvons la culture en suisse par exemple quand la première artothèque de suisse dans 30 ans comme à caen projet bénévole

Les commentaires sont fermés.