homas GORDON, Le Mossad. Volume II, 2006

Imprimer

Thomas GORDON, Le Mossad. Volume II, 2006
C’est un complément au précédent que nous venons de lire. Les thèmes sont plus actuels et plus proches de nous. On y sent tout de même que le centre de gravité de ce service spécial s’est déplacé vers un nouvel ennemi, la-Quaida et ses complots. Le deuxième point, bien compliqué celui-ci, est assurément l’Iran avec ses alliés locaux, la Syrie et le Hezbollah.

Thomas GORDON, Le Mossad. Volume II, 2006
C’est un complément au précédent que nous venons de lire. Les thèmes sont plus actuels et plus proches de nous. On y sent tout de même que le centre de gravité de ce service spécial s’est déplacé vers un nouvel ennemi, la-Quaida et ses complots. Le deuxième point, bien compliqué celui-ci, est assurément l’Iran avec ses alliés locaux, la Syrie et le Hezbollah.
Quand on lit certains chapitres, puisés à d’excellentes sources, on a peine à croire ce qu’on déchiffre. Par exemple ; moins de deux ans avant le départ du président BUSH de la Maison Blanche, les plans d’attaque aérienne et sous-marine de l’Iran étaient fin prêts. Le président Bush était acquis à l’idée et les Israéliens, Mossad en tête, rongeaient leur frein d’impatience. Les réserves seraient venues du Département d’Etat qui aurait tiré les leçons de la guerre au Liban. L’arme aérienne, à elle seule, ne parviendrait pas à réduire les Iraniens dont les sites, même les plus secrets , avaient été répertoriés et les exercices en temps réels, parfaitement concluants. Ce que les experts craignaient, n’étaient autre que les attentats suicides dans le  monde entier. Selon l’auteur du livre, on craignait une hécatombe dans les démocraties occidentales qui aidaient les puissances attaquantes.
Un portait fort inquiétant est brossé du chef de l’Etat iranien actuel. D’autres portraits moins inquiétants, tout au contraire, sont ceux de Condol. Rice et de Ehoud Olmert, souvent malmené par ses généraux qui lui reprochaient son manque d’expérience militaire.
Autre sujet plus étonnant, ce sont les services de sécurité de pays arabes modérés sollicitant en catimini l’aide du Mossad qui met à profit cette opportunité pour recruter des agents, notamment arabes ou iraniens, qui semblent ne pas manquer.
Bref, un univers tout à fait étrange, un milieu sans pitié mais un livre passionnant.

Les commentaires sont fermés.