e MOSSAD par Gordon Thomas, nouvelle édition, Presses de la cité. 2006.

Imprimer

Le MOSSAD par Gordon Thomas, nouvelle édition, Presses de la cité. 2006.
Curieux ouvrage que celui-ci qui porte sur l’un des services les plus mythiques qui soient. Comment écrire véritablement sur un service spécial qui doit rester secret ? L’auteur, journaliste sérieux, a prévu cette remarque à laquelle il répond à la fin du livre en expliquant comment il a procédé et en donnant les noms des personnalités du Mossad qu’il a pu interviewer.

 

Le MOSSAD par Gordon Thomas, nouvelle édition, Presses de la cité. 2006.
Curieux ouvrage que celui-ci qui porte sur l’un des services les plus mythiques qui soient. Comment écrire véritablement sur un service spécial qui doit rester secret ? L’auteur, journaliste sérieux, a prévu cette remarque à laquelle il répond à la fin du livre en expliquant comment il a procédé et en donnant les noms des personnalités du Mossad qu’il a pu interviewer.
Les développements sont incontestablement basés sur des faits vrais, entourés da la garniture habituelle qu’on nomme le tissu conjonctionnel. Beaucoup de détails mineurs servent à mettre en perspective les opérations secrètes ou semi- secrètes du service.
Mais les hauts faits d’armes de ce service sont au moins aussi célèbres que ses ratés ou ses échecs. Notamment en Norvège lorsqu’ils s’en prennent à un autre qu’au terroriste recherché et en Suisse lorsqu’une insomniaque  helvétique, dissimulée derrière le rideau de son appartement, provoque l’échec d’une opération préparée de longue date.
Certains coups sont à proprement parler incroyables ; ainsi la tentative d’assassinat de Saddam Hussein, finalement annulée, la contribution apportée lors de sa capture, les surveillances électroniques de l’une de ses épouses, mère d’un petit garçon. Mais ce n’est pas tout, ce qui frappe aussi et laisse même songeur, c’est l’action de ce service en Afrique et son opposition sanglante aux services chinois. Ce fut, à en croire l’auteur, une lutte au couteau qui se termina par un armistice et une coalition contre l’ennemi commun d’hier, le KGB.
Qui dit service de renseignement et d’espionnage dit aussi commissions parlementaires qui le contrôlent, de leur mieux et quand elles le peuvent. Cela implique aussi la vigilance de tel ou tel premier ministre. Et là le futur premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est assez mis à mal. On lui reproche un tempérament bouillonnant, un activisme de mauvais aloi et une compagne qui voulait se mêler de tout. Certains vont jusqu'à lui imputer l’échec d’une tentative de liquidation d’un important terroriste basé à Amman… Jérusalem dut s’excuser et libérer des détenus afin de réparer les torts causés.
Mais ce qui étonne le plus, ce sont les relations de ce service avec ses homologgues américains ainsi que ses propres activités sur le sol américain. Sans même parler de l’affaire Jonathan Pollard dont Israël réclame régulièrement la libération, sans succès, il faut mentionner l’espionnage économique et la subtilisation de secrets technologiques qui permirent au service israélien de s’introduire jusque dans les ordinateurs de l’OLP, jadis l’ennemi juré d’Israël.
On rapporte que Arafat se plaignait continuellement de ce que le Mossad connaissait la constitution de chacun de ses petits déjeuners. Ce n’est pas impossible puisque chaque communication téléphonique et chaque fait et geste étaient épiés…
Un autre élément, décisif, celui-ci, sépare le Mossad des autres services spéciaux, notamment américains et fut constamment un facteur de succès, mais, certes, aussi, de risque : c’est le humint… L’intelligence humaine. Contrairement aux Américains qui braquent des dizaines de satellites jour après jour, sans interruption, sur leurs cibles, y compris Ben Laden, les Israéliens n’hésitèrent pas à envoyer leurs meilleurs agents en Irak pister les lanceurs mobiles de missiles Scud, fournissant à l’aviation alliée de précieuses indications en vue de leur neutralisation. A en croire l’auteur, les Israéliens ont infesté les pays arabes d’agents travaillant pour eux. Certains ont mal fini, comme Elie Cohen, par exemple ou l’espion du Caire qui se faisait passer pour un professeur allemand d’équitation.
Que savait le Mossad des préparatifs de l’attentat du 11 septembre ? L’auteur pose une série de questions mais n’apporte pas de vraies réponses. Savait-il ou ne savait-il pas ? Il a donné aux Américains des conseils de vigilance, mais de telles mises en garde arrivaient par dizaines chaque matin… Comment faire, comment les trier ? La question reste posée.
L’auteur explique bien que l’existence et les hautes performances d’un tel service sont indispensables à la survie de l’Etat juif. Lequel s’intéresse aujourd’hui de plus en plus à l’Iran.
Quand on pense que c’est un grand prophète juif du VIIIe siècle avant l’ère chrétienne qui avait dit dans ses tout premiers chapitres que les nations ne brandiraient plus le glaive les unes contre les autres, qu’elles les feraient fondre pour en faire des socs de charrues et des serpes et qu’elle n’apprendraient plus l’art de faire la guerre.
C’est ce qui sépare la cruauté de l’Histoire de la douceur des idéaux. Cela s’appelle le messianisme, le rêve éveillé de tout un peuple.

Commentaires

  • J'avais lu la 1ère édition. en quoi cela vaut-il la peine de lire cette 2ème édition ? y apprendrai-je du nouveau par rapport à la 1ère édition ?
    p.losio

Les commentaires sont fermés.