La guerre entre Israel et le Hamas

Imprimer
 La guerre entre Israël et le Hamas

 

Durant la nuit de lundi à mardi, le Hamas a tiré des missiles Grad de plus longue portée qui ont atteint les cités d’Ashdod et de Nahal Oz en faisant un mort et quelques blessés. Selon la presse israélienne, ce sont les conditions météorologiques hivernales qui permirent de tels tirs, en totale impunité puisque l’aviation ne pouvait entrer en action. Mais dès ce matin, les choses ont changé puisque les bombardements ont repris.

 

L’impression qui prévaut ici est étrange : alors que le pays a décrété une mobilisation partielle, que la censure militaire est etrée en action, que les écoles du sud sont restées fermées, que des dizaines d’obus se sont abattues sur cette même partie du pays, les gens vous disent qu’ils ont l’habitude, que l’affaire sera menée à son terme, que le Hamas a franchi le pas de trop etc…

 

Ce qui frappe aussi, c’est la lecture de la presse étrangère (francophone ou anglophone) en comparaison de celle, autochtone, d’Israël. Aucun inquiétude particulière n’est perceptible, la presse ne tarit pas d’éloges sur l’excellente préparation à la guerre. Elle parle même de nouvelle stratégie d’attaques terrestres qui ne seront jamais des cas où Tsahal s’exposerait pour être une cible. On insiste aussi sur le fait que les dirgeants survivants du Hamas se terrent, sans communication les uns avec les autres, sans lien de communication avec leurs troupes, leurs arsenaux détruits ou en voie de l’être. Bref, à moins que tout ne trompe, rien n’arrêtera les impressionnantes colonnes blindées qui encerclent hermétiquement la bande de Gaza.

 

Une information que j’ai lue ce matin au petit déjeuner dans le quotidien Maarive : le chef du Hamas à Damas, sachant que son courant vit ses derniers jours sur place, aurait téléphoné au ministère sénégalais des affaires étarngères pour demander un cessez le feu avec Israël.

 

Mais le même homme appelait, il y a quelques jours, à une nouvelle intifada en Cisjordanie, ainsi qu’à l’ouverture de la frontière de Rafah…

 

 Mais les Israéliens nient avoir reçu une telle demande. Des sources bien informées maintiennent qu’une telle demande a bien été faite mais qu’il n’est pas question de l’honorer et que l’heure est à la destruction du Hamas.

 

Qui croire et que faire ? Je me demande souvent pourquoi le Seigneur s’est choisi une telle terre pour s’y révéler : avec tout le respect pour le Créateur des cieux et de la terre, nous lui demandons en cette fin d’année un peu de clémence et de mansuétude pour cette partie du monde. Nous exaucera-t-il ?

 

Commentaires

  • JE SUIS MËME PAS CAPABLE DE COMPRENDRE CE QUE LE MONDE ATAND POUR ARETER CETTE GUERRE MODITE, QUICEQUI POURA EMPECHER D'ARETER LA MORT DES MILLIES DES GENS POUR RIEN DU TOUT C'EST QUI CETTE HOMME COURAGUEUX QUI ARETERA CES CRIMMES

Les commentaires sont fermés.