POUR BIEN GOUVERNER LA FRANCE, FAUT-IL ÊTRE POPULAIRE ?

Imprimer



POUR BIEN GOUVERNER LA FRANCE, FAUT-IL ÊTRE POPULAIRE ?
    Cette question mérite d’être posée. Depuis l’élection du président Sarkozy, l’ère précédente apparaît comme l’ancien régime.  Que s’est-il passé ? Une chose très simple ? Toutes les réformes, pourtant nécessaires et placées à la remise, sont soudain réapparues : environ 55 en un an ! Pas étonnant que les anciens pouvoirs constitués, les baronnies, les camarillas, bref les groupes de pressions et d’intérêt se soient ligués contre le nouveau pouvoir pour tenter de le discréditer. En vain. Quelques exemples :
a)    fallait-il ne pas réagir après la terrible bévue de Carcassonne, alors que la méprise du sous officier aurait pu tourner au massacre ?
b)    la suppression de la publicité à la télévision publique entre 20h et 6 heures du matin : devait-on laisser des animateurs et des émissions nulles abêtirent les Français aux heures de grande écoute ?
c)    la réintégration de l’OTAN/ devait-on continuer comme si on est toujours une grande puissance militaire alors que le budget des armées connaît des coupes sombres ? C’eût été céder au mythe néo-gaulliste…
d)    les trente-cinq heures : devait-on laisser ce carcan juguler toute innovation de l’économie française ?
e)    le service minimum : fallait-il faire de millions de travailleurs de véritables otages de quelques grévistes toujours prêts à défendre mordicus des intérêts purement catégoriels ?
f)    Nous sommes avec le Luxembourg, je crois, le seul pays à faire de la poste un service public alors qu’il faudrait la transformer société anonyme : est-ce un crime ? Certes, non.

La liste pourrait se poursuivre à l’infini : tant de changements vous rendent nécessairement impopulaire, mais si le redressement du pays est à ce prix, il ne faut pas hésiter. Que l’on médite donc le montant de la dette de la France : un peu plus de 15.000 € par personne. Même les nouveaux-nés…

Commentaires

  • f) Nous sommes "le seul pays à faire de la poste un service public alors qu’il faudrait la transformer société anonyme". Necessité faisant loi, je m'interroge. Vous affirmez qu'il le faut, mais pourquoi ???? Pour gouverner, il ne suffit pas d'être populaire, il faudrait également expliquer à la masse dont je suis en quoi la Poste service public est un non sens économique... A moins que ce ne soit qu'un dogme ?

  • A mon avis, ce pourrait, en effet, ne pas être un non sens économique. Mais j'emploie le conditionnel car La Poste comme pratiquement tous les services Publics (au moins en France) n'échappe pas à cette dérive vers un ensemble corporatiste difficile à réformer au fil du temps pour l'adapter à des contraintes économiques évolutives notamment en matière de personnel et dirigée par des gens, certes brillants à titre individuel, mais souvent dépourvus d'une véritable autorité de manager.

  • Efficace note... Toujours intéressante, pertinente, et enrichissante, la vision que vous avez de mon pays.

    J'aurais aimé que ce n'est pas la peine d'être populaire, et que ce qui compte est d'être légitime... Mais je ne suis pas un bon élève de philosophie politique : je me contenterai de venir passer sur ce blog en tant que simple lecteur.

    Bonne semaine

Les commentaires sont fermés.