LA FRANCE ET SES TURBULENCES SOCIALES…

Imprimer

LA FRANCE ET SES TURBULENCES SOCIALES…
    Nous sommes à quelques semaines tout juste des départs en vacances ; la météorologie a été plutôt clémente ces temps ci et on devrait s’attendre à une humeur plus agréable des Français. Et que voyons nous? La grogne et le mécontentement enflent, compromettant même l’approvisionnement en poissons (rendez vous compte : bientôt plus de bouillabaisse à Marseille !), sans omettre le blocage des raffineries ou des dépôts de carburants…
    Certes, il existe un sérieux problème créé par le renchérissement des prix et notamment ceux des carburants. Il faut y apporter une solution le plus rapidement possible, dans le cadre des législations française et européenne.
    Mais est-ce suffisant pour justifier ces désordres ? Déjà toute une série de mécontents se donnent la main pour organiser la confusion et rendre la vie quotidienne encore plus compliquée : les ambulanciers, les taxis, les routiers, les agriculteurs, les marins pêcheurs, les enseignants, tous se préparent pour des actions censées leur donner satisfaction dans leurs revendications sociales ou salariales…
    Ne nous trompons pas ! Les revendications sont légitimes même si elles sont assez souvent exorbitantes. Mais pourquoi user de ces moyens là pour les faire aboutir ? Dans ce pays, il règne un vieux fond de conflictualité permanente et non d’urbanité. Aucun gouvernement, quelle que soit son orientation politique , n’est parvenu à réformer un pays qui en a bien besoin…
    Les Français ont travaillé dur (ceux, du moins, qui ont la chance d’avoir un emploi) durant plusieurs mois. L’été approche et l’on peut raisonnablement rêver d’évasion et de dépaysement : allons nous, en guise de prime, trouver des routes bloquées, des aéroports bondés et une pénurie de tant d’autres choses ?
    On pensera ce que l’on voudra de la politique actuelle, quelques faits demeurent incontestables : pour la première fois depuis des lustres, le plein emploi est à portée de main dans peu d’années, le service minimum mis en place par le gouvernement a rendu la dernière grève des transports presque indolore, le taux de croissance a été une grande surprise… Nombre d’autres progrès restent à faire, alors sourions et vivons heureux. Cela ne sert à rien de se plaindre constamment.

Les commentaires sont fermés.