Vers une nouvelle charte de l’ONU ?

Imprimer

538255256.pngDivers événements nous conduisent à nous interroger sur l’éventuel élargissement de la saisie des Nations Unies afin de mieux assurer la paix dans le monde, de mieux combattre le terrorisme, de protéger les populations menacées et de lutter contre les inégalités. On peut prendre comme exemples les calamités naturelles qui ont frappé successivement la Birmanie et la Chine. Ensuite, on examinera les accents quasi-prophétiques du discours du Président Bush devant la Knését, un homme dont le pays est si puissant que ses vues ne peuvent laisser personne indifférent.

    Il n’est pas normal que des gouvernements dictatoriaux ou simplement autoritaires empêchent l’arrivée de secours dans des zones sinistrées, au seul motif de ne pas montrer à des étrangers la réalité dans leur pays. C’est, hélas, le cas de la junte birmane. On sait qu’un gros navire français n’attend qu’un signal pour décharger sa cargaison de vivres, de médicaments et de matériels. Et cette autorisation tarde à venir. Pendant ce temps, des populations éprouvées par le séisme continuent d’être en danger de mort. Or, ce navire français apporte de quoi nourrir des dizaines de milliers de personnes pendant deux ou trois semaines. De quel droit la junte birmane filtre—t-elle les secours ?
    En Chine, la situation est un peu différente.  On compte déjà plusieurs dizaines de milliers de morts et de disparus. Je signale que déjà, lors de la précédente catastrophe d’il y a trente ans, les experts occidentaux avaient jugé que le nombre d »e victimes annoncées par les autorités officielles devaient être multipliées par… trois !! La Chine a bien voulu accueillir quelques dizaines de sauveteurs japonais. Est-ce suffisant ? Non, assurément !
    Quand on tend à accueillir le monde entier pour les Jeux Olympiques, on doit aussi accueillir les secouristes étrangers, d’où qu’ils viennent. C’est pour cela que la Charte des Nations Unies devrait s’enrichir d’un article nouveau menaçant quelque gouvernement que ce soit de crimes contre l’humanité, s’il venait à s’opposer à l’envoi de secours.
    Puisque le président des USA fait un discours aux accents quasi prophétiques devant un Parlement étranger, il faut croire que les grands dirigeants de notre monde ne sont pas insensibles à des vues messianiques : Georges W. Bush a parlé du 120e anniversaire de l’Etat d’Israël, d’une Syrie et d’un Iran où les dictatures actuelles ne seront plus que de mauvais souvenirs, où le Proche Orient connaîtra la paix et al prospérité. Au VIIIe siècle avant l’ère chrétienne, un prophète du nom d’Isaïe évoquait ce temps béni que nous attendons encore… Mais cela ne nous empêche pas d’élargir la saisine de l’ONU

 

Commentaires

  • Je comprends le soucis de certains démocrates devant la souffrance et la misère auxquelles sont confrontées certaines populations. L'ONU a déjà montré ses limites et ne fait qu'en montrer plus. La solution ne viendra pas de l'ONU ni des va-t-en-guerre comme "W". Partout où les occidentaux sont intervenus pour imposer une démocratie dans des pays pas encore "prêts" pour ce choix, cela a été une catastrophe. Voir l'Afghanistan et l'Irak. La solution ne vient que par les peuples concernés. Lorsque ces peuples se soulèveront, là il faudra les aider, mais avant l'heure, cela ne fait qu'empirer la situation. La Roumanie de Ceaucescu s'est effondrée en un rien de temps. L'URSS n'a pas résisté à la chute du mur de Berlin. Dans ces deux cas, les peuples se sont soulevés et les dictatures sont tombées comme des châteaux de cartes......

  • Le "Prophète" Bush doit être terrorisé à l'idée qu'Obama puisse retrouver Oussama, vous ne pensez pas ?
    Il bétonne...

  • http://victordumitrescu.blog.tdg.ch/archive/2008/05/17/ayaan-hirsi-ali-nous-somme-en-guerre-contre-l-islam.html

Les commentaires sont fermés.