LA GREVE DES ENSEIGNANTS DE DEMAIN EN FRANCE

Imprimer

 

 

  LA GREVE DES ENSEIGNANTS DE DEMAIN EN FRANCE
    En sortirons nous un jour ? Je veux dire des grèves ! Je viens de suivre sur I TELE un débat entre le ministre Xavier DARCOS et le Secrétaire Général de la FSU. C’est assez étonnant d’entendre toujours les mêmes revendications et surtout cette volonté de faire en sorte que les grèves fassent mal et gênent la population.
    Le ministre a rappelé avec force et conviction qu’en huit ans, cela fait trente jours de grèves, un mois complet !
    Sans revenir le moins du monde sur le droit de grève, garanti par la Constitution, on peut aussi avoir égard au droit des parents de voir gardés leurs enfants et des élèves de recevoir un enseignement. Certes, le corps enseignant a des revendications légitimes mais il pourrait les faire valoir par d’autres biais que cette cogestion qu’il exige sans le dire franchement.
    Espérons qu’un jour -que nous souhaitons prochain-, les partenaires sociaux feront preuve de sagesse et comprendront que la vie évolue, que les choses changent et qu’il faut s’adapter. Les médecins nous disent qu’il y a un constant remaniement de la substance osseuse et qu’il ne s’arrête que lorsque cesse la vie.

 

Commentaires

  • "Que les choses changent", "que la vie évolue", après tout c'est "dans la nature"...

    Ben oui, les riches sont toujours plus riches, on leur fait des cadeaux fiscaux, on met leurs enfants dans des écoles privées et pendant ce temps on sape dans l'éducation nationale, on supprime des postes alors qu'il y a des lycées avec 35 élèves et des profs payés 1500€ et à la limite du burn-out permanent.

    Oui, les grèves sont pénibles! Oui, elles emmerdent tout le monde et ne sont pas là pour le plaisir. Reste que quand un gouvernement donne aussi ouvertement des avantages énormes à une minorité de très riches et n'arrête pas de ratiboiser dans les budgets les plus essentiels (santé, éducation, etc.), on est en droit de tout bloquer.

    Et tant pis pour les parents qui sont dans la merde pendant un jour ou deux. Car c'est pour le monde de leurs enfants que se battent les profs d'aujourd'hui. Pour une éducation de qualité, et donc un monde un peu moins injuste.

    La grève est là pour faire chier. Pour faire comprendre que la société tout entière dépend de la force de travail d'une majorité de la population. Et la société ne dépend pas et n'a pas besoin des Bernard Arnault et des Lagardère que Sarkozy s'obstine à choyer au mieux.

    Vive la grève!

  • Dans la nTdG d'hier, une prof de français et philo de la Gaule exprimait bien le propos de Sandro Minimo, des fauses promesse, de l'état en déliquenscence de l'éducation nationale malgré le travail acharné, parfois déséspérant des profs.

    Ce qui me rend triste, c'est que tout le monde (les décideurs politiques de gauche comme de droite, les hauts fonctionnaires) et qu'au-delà de discours de circonstances, rien ne change. Je ne suis ni pour ni contre ce type de grève mais j'espère seulement qu'elle serve à quelque chose.

  • il ne faut surtout pas croire que les ensignants font grève de gaieté de coeur!
    il se batte pour qu'enfin soit reconnue leur utilité et pour qu'on arrête de leur faire comprendre qu'ils ne sont pas "rentables"
    nous savons tous que l'éducation, la culture et la santé seront toujours des secteurs qui ne sont pas rentables et tant mieux! ces secteurs ne se calculent pas en euros mais en doses de bonheur et de santé mentale des humains!!
    nos enfants ont droit à cette éducation gratuite et élargie qui fera d'eux des hommes et des femmes heureux et non pas à une éducation réduite à ce que les chefs d'orchestres de la finance necessitent pour faire prospérer leur pécule!!
    n'oubliez pas non plus qu'un jour de grève coûte très cher au prof qui la fait car il a retenue sur salaire... il sacrifie donc une partie de son maigre revenu à la cause qu'il défend, à savoir une éducation accessible à tous, ou chacun aura droit à l'attention dont il a besoin pour que ses chances soient égales aux autres
    avant de critiquer les profs, battez vous donc pour que vos enfants soient accueillis dans des classes à effectifs raisonnables (entre 20 et 25), dans des établissements où on ne sacrifie pas l'enseignement des arts, du sport, des langues rares...etc dans le seul but de réduire le nombre de profs, pour que l'éducation reste une ouverture vers la vie...

  • La France a beaucoup trop de fonctionnaires !!!!! 25 % des travailleurs sont fonctionnaires c'est honteux ! la Suisse a 11% de fonctionnaires QUI FONCTIONNENT ! Allez virez-moi tous ces glandeurs !!!

  • beatrice t'es qu'une pute comment tu ferai pour vivre sans eux !! CONASSE

  • "on peut aussi avoir égard au droit des parents de voir gardés leurs enfants et des élèves de recevoir un enseignement."
    L'ordre des propos tenus est tout à fait révélateur d'un certain "état d'esprit" : la garderie d'abord, l'enseignement après... Les enseignants, dont je suis, apprécieront !

  • Le droit des parents de voir gardés leurs enfants....

    Et le devoir des parents d'élever leurs enfants il est ou ?.

  • Le propre du communisme, c'est de lever une génération à la pensée unique, et cela doit être fait à partir du plus jeune âge possible. Qui est responsable des enfants ? Les parents ou le gouvernement ? L'instruction est-elle faite en faveur des enfants ou les enfants sont-ils "marchandise" pour nourrir un système ? La gauche (vert, socialisme...) suisse veut imposer à tous les enfants une scolarité obligatoire de 11 ans, alors qu'elle l'a été de 9 jusqu'à présent. Obliger, interdire, voilà ce que fait le communisme sous nos latitudes. Le pire, que seront ces enfants séparés dès leur plus jeune âge de l'amour de leurs parents ? C'est clair que je ne parle pas des parents qui sont obligés de faire garder leurs enfants.

  • @ Pierrot & Berty : bravo de dénoncer cette vision de l'enseignement! Franchement, quand on entend les gens insister sur le fait que l'école est là pour garder les enfants (et par-là, ils ne traîneront pas dans la rue). Les mêmes, en revanche, critiquent les profs et les emmerdent pour des conneries qui deviennent affaires d'état.

    Dans cette logique, on a vu une initiative sur l'horaire continu (quel ennui, pauvres gamins qui ne connaîtront que la vie en institution) que vous n'avez pas signé, j'espère.

    La nausée qu'inspirent ces propose sur l'école-garderie (jusqu'à au collège) fait honte à cette profession. Outre la grève, il faudrait inciter tous les profs d'ici et d'ailleurs à cesser leur activité, ce pendant des semaines, des mois, etc, etc, et là, peut-être que la société se réveillera (faut-il sauver l'école? ou optons-nous pour une société sans école? That's the question.

    Pour ce que le pire des métiers du tertiaire est payé ... !

  • alors moi j'espere qu'ils continueront a faire greve.... certes je n'ai pas d'enfants, donc je ne peux me mettre a la place des parents qui se retrouvent coincés pour "garder" leurs enfants....

    mais merde, enfin, les gens ne veulent ils pas un avenir meilleur pour leurs enfants?? que feront il quand il sseront obligés de mettre de coté pour leur offrir une université privé, comme aux USA??? ou ce eront les plus riches qui auront droit a une bonne education, mais ca commence deja a etre le cas....

    les gens gueulent pour ceci ou cela, mais si je me reapelle bien en 1968 deja des gens gueulait et lol aujourdui mai 68 fait partie de notre patrimoine historique et surtout cela a apporté beaucoup au droits du salarié.....

    les greves ne sont pas faites pour faire plaisir, elles sont justement faite pour faie chier le monde, car par ex si la SNCF faisait greve mais laissait rouler les trains, croyez moi que leur revendications ne seraient en rien ecoutées, alors merde, soulevons nous tous !!!

    apres, il faut dire que si les gens veulent etre entendu, il faut s'unir, pas faire une greve a droite a gauche, il faut moiliser tout le monde, Notre Pays le vaut bien, et surtout l'avenir de nos enfants le vaut bien aussi, nous arrivons dans une pseudo democratie, gouvernée par un Roi, meme les journalistes sont remis en cause, il ne faudrait parler du Président que en bien, ca pue la dictature a 100 metres, il faut reagir, il faut absolument se sortir de la car les consequences vont etre terribles :

    Universités Privées
    Sécurité Sociale Privée

    notre pays commence a sentir les USA a plein nez.........

Les commentaires sont fermés.