Vers un nouvel embrasement à Beyrouth ?

Imprimer

 

   Vers un nouvel embrasement à Beyrouth ?
    Voici enfin la preuve, s’il en était encore besoin, que le Hezbollah libanais est une milice illégale qui prend ses ordres à l’étranger et ne sert nullement les intérêts nationaux du pays où il se trouve.
On connaît les faits : les autorités libanaises qui restent, jusqu’à preuve du contraire, en charge de la loi et de l’ordre dans le pays du Cèdre découvrent deux choses graves :
a) le Hezbollah a installé avec l’aide de pays étrangers (on sait lesquels) un système de télécommunications indépendant du réseau national, ce qui lui permet de se soustraire à tout contrôle tout en espionnant les autres.
b) les membres du Hezbollah ont réussi à braquer, de jour comme de nuit, une caméra sur une piste d’envol de l’aéroport de Beyrouth permettant de voir qui part et qui arrive par des jets privés. Ces informations sont vitales car elles permettent de s’en prendre à des adversaires politiques dont on connaît les déplacements…
    Ainsi qu’il en le droit, le gouvernement légal a décidé d’y mettre bon ordre en révoquant l’officier chargé de la sécurité de l’aéroport et en ordonnant une enquête. Se voyant découvert, le Hezbollah a mis le feu aux poudres, arguant que ce système de communications et d’espionnage lui permet de se prémunir contre des menaces… Et pour montrer sa détermination, il a lancé des attaques contre les partisans de la majorité…
    Une nouvelle fois, le petit Liban redevient un pion dans le jeu d’autres puissances régionales. Des tractations secrètes sont en cours entre la Syrie et certains grandes puissances occidentales. Et pour faire monter les enchères et obtenir plus d’assurances sur la survie de son régime isolé et mis au ban, l’ancien occupant du Liban montre qu’il n’a pas perdu la main.
    Mais que faire pour soustraire enfin ce petit pays à la barbarie et à la désolation ? Pas de président pour le Liban, pas de souveraineté libanaise même à l’intérieur des frontières, rien qui ressemble de près ou de loin à un Etat indépendant… Que faire, oui, que faire ?

 

Commentaires

  • Le Hezbollah prend peut-être ses ordre à Damas, mais la majorité antisyrienne les prend à Washington. Curieusement, il n'est fait aucune allusion aux agissements américain au Liban dans cet article

Les commentaires sont fermés.