La situation du Hezbollah libanais aujourd'hui

Imprimer

D'après certains diplomates en poste à Beyrouth et dans des pays arabes limitrophes, notamment Damas, l'attentat qui a coûté la vie au chef militaire du Hezbollah inspire une forte inquiétude aux autres chefs du mouvement. En effet, comment assurer la sécurioté de la direction suprême lorsqu'on n'arive pas à échapper soi-même au piège des agresseurs? Et la conclusion qu'i s'impose à leurs yeux comme à ceux des observateurs diplomatiques en poste au proche orient est que le mouvement a fini par être infiltré au plus haut niveau…
 
Si tel n'était pas le cas, comment expliquer qu'un tel attentat ait pu être programmé et ensuite mis en pratique dans une capitale arabe la plus quadrillée qui soit, en l'occurrence Damas? Qui pouvait connaître l'emploi du temps d'Imad Moughniyeh, le communiquer aux agresseurs lesquels ont pu opérer à loisir en trafiquant le moteur du véhicule et en plaçant une charge explosive qui ne laissa aucune chance à la victime? Les plus pessimistes parmi les observateurs expliquent ainsi l'expectative du Hezbollah qui attend de découvrir jusqu'où il a été infilitré avant de déclencher une opération de représailles…
 
C'est le bon sens même; car si on préparait une nouvelle opération, elle aurait fort bien être divulguées aux pays visés, les USA et Israël et se retourner contre ses concepteurs…  Mais le bon sens suprême serait d'opter une bonne fois pour toutes pour la paix et de laisser la rhétorique guerrière aux vestiaires. C'est cela le vrai courage.

Les commentaires sont fermés.