Le retour des Juifs en Allemagne: l'impossible retour?

Imprimer

 

  Dans son supplément dominical le journal Le Monde publie de très intéressantes pages sur la vie de la nouvelle communauté juive allemande qui serait aujourd'hui composée d'environ 200,000 âmes. Ce qui est un record. Cela tombe bien car j'entendais vous parler du livre du journaliste Olivier GUEZ, paru chez Flammarion sous le titre L'impossible retour: une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945.

 C'est, à l'évidence un thème porteur qui ne manquera ps de susciter un puissant intérêt. Mais bien que souhaitant encourager un jeune écrivain à poursuivre, je dois, néanmoins, exprimer mes fortes réserves, dues principalement au traitement journalistique du sujet. quantité de noms sont jetés pêle mêle, quantité de détails isolés mixés ensemble, mais jamais une thématique, unique ou d'ensemble, n'est traitée jusqu'au bout.

    Quelques exemples: le cas même de Moïse Mendelssohn (1729-1786), fondateur du judaïsme allemand, et même au-delà d'Europe moderne, sur lequel lequel l'auteur de ces lignes fut le premier à rédiger un Que sais-je?; pas une fois, on ne n'est confronté à une seule de ses idées. Le nom de Hermann Cohen est aussi cité: pas un renvoi à ses œuvres en français que j'ai moi même traduites en français aux éditions du Cerf (L'éthique du judaïsme, 1994). La même chose pour Léo Baeck dont j'ai traduit trois aouvrages fondemantaux (L'essence du judaïsme; l'Existence juive; l'Evangile, une source juive)

   Mais, pour être juste, l'intérêt du livre est ailleurs: il nous offre des interviews d'hommes et de femmes aux aspérités de caractérs non arrondies, qui disent leur vie, leurs angoisses et leur vécu judéo-allemand. L'auteur a sillonné l'univers (Berlin, Tel Aviv, New York etc…) pour parler avec ces survivants «rémigrés»

   S'il avait eu une formation plus solide, l'auteur aurait pu écrire de très belles pages sur l"identité juive (nécessairement éclatée et éparpillée), d'une part, et la culture européenne ou simplement allemande, d'autre part. C'est exactement le thème qui a le plus fasciné Hermann Cohen dans ses Jüdische Schriften…

  Je ne voudrais pas aller plus loin dans la critique. Je reommande même de lire ce livre en espérant qu'en cas de réédition, son talentueux auteur, qui est doué au plan littéraire, puisse être plus assuré au plan de l'histoire des idées et de l'histoire tout court. Le sous  titre promet plus qu'il ne tien. On aurait dû nommer ce livre Voyages au sein de la communauté juive d'Allemagne après 1945.

 Mais ces critiques ne sont pas mal intentionnées. Elles visent à améliorer une base qui est bonne.
 

Les commentaires sont fermés.