Quelle année 2007!!

Imprimer

    

     Quand on aligne quelques uns des événements majeurs, censés avoir été les plus marquants au cours de l'année 2007 qui s'achève, on réalise, sans trop de difficulté, le chemin qui reste à parcourir pour réaliser ce monde de bonté, d'amour et d'amour dont parlent les prophètes hébraïques pour annoncer cette hypothétique époque messianique que les plus vertueux des hommes appellent de leurs vœux.

     Pour parler de 2007, que faudrait-il dire? En bien, peut-être la libération à venir de quelques ôtages colombiens des FARC, l'unification du continent européen avec ses 400 millions d'habitants, et une distance de 4000 km à parcourir, en principe, sans le moindre contrôle policier ni douanier.

    Mais pour ce qui est du mal, c'est-à-dire de ce que les Grecs appelaient l'hybris, la violence, le déséquilibre, le dissentiment, la disharmonie, l'injustice etc… la liste serait infinie: le terrorisme, le conflit israélo-arabe, le Darfour, le radicalisme islamique, la captivité d'Ingrid B. les soldats israéliens retenus par le Hamas et le Hezbollah libanais, la bombe iranienne, la révolution safran réprimée durement par les généraux birmans (en toute impunité!), les troubles graves dans nos banlieues, les grèves en France, à n'en plus finir (et notamment l'infâme grève à Orly qui contraient des femmes et des enfants à coucher sur des bances à l'aéroport)…. Et cette liste pourrait s'égréner à l'infini.

   Quand j'étais enfant, je chantais à la synagogue une composition liturgique médiévale qui commence par la phrase suivante (ahot qetana: petite sœur)… C'est le cantique qui célébrait l'entrée de la nouveelle année liturgique. Et un refrain avait toujours intrigué mon esprit d'enfzant, car je comprenais la terminologie sans en saisir le symbole. Il s'agit de ces paroles: que s'achèvent l'année et ses malédictions, que commencent enfin l'année nouvelle et ses bénédictions.

  C'est la seule chose que l'on puisse souhaiter pour le monde entier en 2008. Mais pouvons nous seulement y croire?
 

Les commentaires sont fermés.