Les leçons d'une visite

Imprimer

 

 

        Quelles leçons tirer, au plan philosophique, de la visite d'un invité si encombrant? Il y en a quelques unes que nous nous efforcerons de formuler, sans tomber dans les travers idéologiques qui excluent toute concession au mal.

        Les philosophes antiques expliquaient que le mal, dont ils ne s'expliquaient pas l'origine ni la légitimité, était inséparable de la nature matérielle de l'homme et qu'il conduisait, en fin d'analyse, à son caractère de mortel.
 

       Tout d'abord , voyons les relations entre la violence et l"éthique: depuis des temps immémoriaux, les Sages de toutes les époques ont tenté de remplacer la violence par le verbe. La tradition judéo-chrétienne a bien parlé d'un verbe cr"ateur, insturment responsable de l'origine de l'univers. Tous les écoliers de France et de Navarre se souviennent de la phrase de Pascal qui dressait un triste constat: n'ayant pu faire qe le droit soit fort nous avons accepté que la force soit juste…

      En recevant le dirigeant libyen, la France a tenté, avec les moyens qui sont les siens, de mettre fin à l'hybris qui caractérise les actes de ce régime étranger. Si, pour rédimer un Etat, un régime ou une personne, on lui donnait sans cesse lecture d'un interminable acte d'accusation, qui nous assure que nous arriverons un jour à rétablir un cours normal des choses sur cette terre?

    Restent les victimes et le droit. Kant, pour ne citer que lui, a parle des racines métaphysiques du droit. Cela veut dire que même si l'univers n'existait pas, la notion de droit, elle, n'en prévaudrait pas moins pour autant. Cela fait penser à ce que disait Schopenhauer dans un tout autre contexte: la musique (pour exister) n'a pas besoin du monde, mais le monde, lui, a besoin de la musique. Et à propos de Kant, le romancier Péguy a répliqué, non sans esprit, que le skantisme avait les mains blanches, mais qu'en réalité, il n'avait pas de mains. C'est-à-dire pas de présence concrète au monde.

  Il fait donc composer et adapter les principes au réel. Les belles âmes hurleront devant ce que les théologiens allemands protestants du XIX e siècle nommaient une horrible théologie de l'accommodement (grauenhafte Akkomodationstheologie). Mais que faire d'autre sinon réaliser le possible alors que 'univers de l'éthique n'accepte pas la moindre faute.

  Cela fait penser, révérence gardée, au Sauveur galiléen qui parlait d'instaurer le royaume du Ciel ou de Dieu sur la terre. C'est extrêmement louable, mais nous voyons, encore aujourd'hui, ce qu'il en est de cette belle mais irréalisable prédiction.
 

Les commentaires sont fermés.