La paix sociale en France

Imprimer

 

    En France, la paix sociale a toujours reposé sur un équilibre précaire. On peut s'en féliciter ou s'en lamenter, mais cela a toujours été ainsi. Que ce soit sous l'ancien régime ou sous la république, le monde du travail et celui des possédants ou, aujourd'hui, des entrepreneurs, se sont toujours ignorés, combattus ou simplement observés.

  Le Général de Gaulle a bien pris la mesure de ce divorce interne en préconisant la participation. Son successeur, Georges Pompidou, qui fut aussi son premier ministre, avait été sensible à ce point et reconnaissait, dans une phase de découragement, qu'un jour, peut-être, un homme casqué et botté serait amené à trancher ce nœud gordien…

 Heureusement, nous n'en sommes pas là! Et le discours du Président Nicolas Sarkozy a bien remis les choses en place: fermeté et ouverture, maintien des réformes et élargissement du dialogue social. Un point noir, cependant, la question du pouvoir d'achat. Cet aspect des choses est crucial dans un pays comme la France où l'on se tourne constamment vers l'Etat pour régler le moindre conflit. Témoin, l'émouvante insistance des syndicats pour obtenir la présence d'un représentant de l'Etat lors des négociations qui s'ouvrent.
 
  Qu'il vente ou qu'il pleuve, que l'été soit pourri ou rayonnant, les Français incrimineront toujours l'Etat quoi qu'il arrive! Un collègue de la Fondation des ciences politiques disait récemment qu'il n'y a ni gauche ni droite en France, mais simplement le régime du social-étatisme… Ce néologisme désignant la constante intervention de l'Etat.
 
 Certes, il faut satisfaire l'envie de mieux vivre, mais il faut aussi tenir compte des réalités. Pendant des années, on a vécu au dessus de ses moyens, on s'est accroché à des privilèges qui devenaient la condition sine qua non d'un semblant de paix sociale. Aucun gouvernement n'a tenté d'y mettre bon ordre. Et il y a quelques jours, le spectre des grèves de 1995 a plané avec insistance sur le pays… Alors que faire?
 
 Le président Sarkozy prend les choses en main et promet de faire quelque chose au niveau du pouvoir d'achat. C'est bien. Mais ne fausdrait-il pas, plutôt, rééduquer les Français, leur enseigner le travail et l'effort au lieu de privilégier la consommation et la paresse? Regardons l'Allemagne: plus forte, plus disciplinée, plus dynamique, mieux réformée que nous.
 
 Une fois que les grèves seront acehvées, il faudra songer à refonder le pacte social et enseigner à nos compatriotes le sens des responsabilités civiques. La réforme ne commence pas nécessairement chez le voisin. Mais chez soi-même.
 

 

Commentaires

  • Tout à fait d'accord sur cette vision.
    La France a créé la mendicité sociale légalisée. On est dans un système inégalitaire entretenu depuis des années à sous payer les gens pour leur donner ensuite toute sorte d'allocations sociales incontrôlées et données n'importe comment ! c'est une fausse paix sociale achetée à prix d'or et ne répondant nullement à une économie basée sur la création de richesses ! on dépense en France, on fait le budget ensuite ! la classe moyenne qui s'est élargie car on ne sait plus où ça commence ni où elle s'arrête ne peut plus payer cette gabegie ! La France est devenue un pays de fainéants qui ne pense qu'à ces RTT et autres âneries à la sauce AUBRY ! Pour moi cette personne est une "criminelle de l'économie" ! Il faut redonner les moyens aux entreprises de payer correctement leurs salariés à la source ! celui qui se lève le matin doit pouvoir recevoir un salaire qui lui permet de vivre ! or en créant toutes ces aides bidons, les politiques justifient leur poste en distribuant de la mendicité sociale ! c'est intolérable ! il faut se remettre au boulot ! point de salut ! et l'ETAT, c'est chacun d'entre nous pour RAPPEL !

Les commentaires sont fermés.