De l'universalité de la loi morale…

Imprimer

 

 Récemment, le pape Benoît XVI a fait des déclarations marquantes visant à souligner la supériorité de l'éthique sur la politique. Il a nommément mis en cause les majorités politiques qui ne durent qu'un temps et qui, de ce fait, n'ont pas la légitimité nécessaire pour modifier un ordre voulu par le droit naturel ou suggéré par la morale qui, elle, s'impose à tous.

 Le pape qui est loin d'être le doctrinaire borné que certains se plaisent à décrire, aborde ici les relations entre l'universalité de la loi morale -l'éthique- et les légilslations civiles émanant de majorités parlementaires éphémères…

 En apparence, le pape semble faire une incursion indue dans un domaine qui n'est pas le sien puisque l'Etat règle seul les affaires des citoyens, les églises n'étant autorisées qu'à formuler des avis consultatifs… Cette analyse s'avère à courte vue. Même un juriste aussi controversé que Carl Schmitt reconnaissait dans son ouvrage intitulé Politische Theologie que les lois politiques étaient, à l'origine, des thèmes théologiques sécularisés. En d'autres termes, que la religion ou la spiritualité en général, étaient la première éducatrice de l'humanité…

 Mais, qu'on s'en félicite ou qu'on s'en lamente,  la vie civile n'est pas régie par des lois d'éternité mais évolue suivant les mœurs et les circonstances. En théologie, cela s'appelle la vie dans l'instant, à ne pas confondre avec la vie dans l'éternité ou la vie éternelle…

 Le pape a donc raison mais il a raison dans l'autre monde… C'est un peu triste. 

Commentaires

  • En effet, tant que la Bible était dans chaque famille et respectée il n'y avait pas ou prou de décadence morale. Ce à quoi on assiste aujourd'hui est effarent.
    La Bible par exemple emploie des termes très durs envers l'homosexualité dont elle qu'elle est "une abomination devant l'Eernel et qu'il n'y aura point de salut pour eux.). De même pour toute acte sexuel contre nature.
    Depuis que le monde ne tient plus compte de l'éthique chrétienne, cela va mal, très mal.
    L'avortement par exemple est assimilable à un meurtre prémédité. L'enfant existe dès sa conception. Il n'y pas droit à la parole, on le tue s'il gêne la mère. C'est AVANT qu'il faut réfléchir et non pas une fois que l'enfant est conçu.
    Ceux qui sont chrétiens pratiquants et considèrent la Bible comme un "mode d'emploi" qui a fait ses preuves pendant des siècles, n'ont pas ce genre de questions à se poser. Pour tout circonstance de la vie, il y a une explication et une approche décrite par la bible.
    Pour ma part, je peux dire que la Foi est le "moteur" de ma vie.
    ^Pour cela il faut aimer la bible et aimer Dieu et ensutie il est là pour nous guider et nous aider si nous le lui demandons.
    Les problèmes de la vie ne seront pas exclus mais compris différemment, comme une expérience, et acceptés, et souvent Dieu intervient pour que nous nous découragions pas.
    Je ne peux que recommander une lecture de la bilbe au moins une fios par semaine. Pour ceux qui aiment la philosophie par exemple,
    le chapitre de l'Ecclésiaste, apportera une grande richesse de pensée.

  • Il n'y a qu'une seule règle universelle, le respect de l'éthique.

    La morale est une variable et donc dangereuse. A partir du moment où l'on pose le respect de l'autre on installe l'éthique et là tout peut commencer.

    Dans le brouhaha actuel on voit bien que le respect de l'opinion de l'autre fait défaut et que de là partent toutes les dérives. C'est triste en Suisse car c'est un pays qui fonde sa stabilité sur ces critères.

    On voit que l'on cherche à nous imposer une sorte de pensée unique bienfaisante bien pensante mais peu ouverte au fond.

    Le politiquement correct est une aberration, il suffit de respect l'autre et tout devient "correct" ce qui n'empêche pas de dire leurs vérités aux personnes ou aux Etats qui ne se comportent selon cette règle pourtant simple.

    On voit aussi dans le scandal de la Birmanie que les Etats les plus moralistes ne bougent pas vraiment. Pourtant il suffrait de condamner ceux qui soutiennent ce régime pour que la situation évolue autrement.
    merci de poser cette question centrale

  • Comme l'a dit Julos Beaucarne:
    On ne dit plus le Pape BenoîtXVI !
    On dit un Pape XIII et III !

  • une éthique chrétienne, soit une conduite morale et compassive, la disponibilité envers les autres, tout cela éviterait ce qu'on lit chaque jour dans les journaux.
    Ce sont l'orgueil et l'égoïsme qui tuent l'humanité.

Les commentaires sont fermés.