Le Budget de la France: retour aux réalités

Imprimer

 

 

  Même à New York, le Président Sarkozy n'a pu s'empêcher de parler de la politique intériieure française, et notamment du budget. Il écarte d'un revers de main l'idée de rigueur et d'austérité. Pour lui, il faut délivrer l'énergie créatrice française du carcan dans lequel elle était emprisonnée. Ceci dopera la croissance qui réduira le chômage, stimulera l'activité laquelle ramènera plus de recettes dans les caisses de l'Etat.

  Le raisonnement ne manquera pas de séduire et l'on appréciera certainement une nouvelle fois le volontarisme du chef de l'Etat. Il faut aussi tenir compte du déficit, de la dette publique et surtout de la nature des Française, rétifs à toute réforme. Et j'oublie le dérapage de la sécurité sociale…

 En fait, lles différents gouvernement qui se sont succédé depuis le début des années 70 n'ont pas assez communiqué sur la disparition, sans espoir de rtour des trente glorieuses et de leur prospérité économique. On ne peut plus entretenir un si grand corps de fonctionnaires qui obère de manière sinupportable le dudget de l'Etat. On ne peut plus, sans discernement aucun, assurer une telle protection sociale… Du temps de François Mitterand, un ministre communiste avait bien dit que la santé n'a pas de prix mais qu'elle a un coût… Cette phrase est toujours d'actualité.
 

Les commentaires sont fermés.