La France, l'ADN et le regroupement familial

Imprimer

 

   On dit souvent qu'on n'arrête pas le progrès. Mais le progrès doit avoir une orientation, une direction. Il doit préserver la dignité humaine… Nous voulons parler des tests ADN auxquels seront censés se soumettre ceux et celles qui souhaitent s'installer en France à la faveur du regroupement familial.

   Dans tous les cas de figure, il convient de se garder des tabous idéologiques et de considérer la réalité dans son ensemble: s'il paraît quelque peu déplacé d'en venir à de tels tests (qui, en soi, n'ont rien de dégradant) il convient de rappeler que la préoccupation du gouvernement français est d'inverser les flux migratoires et de remettre de l'odre dans l'application d'une mesure qui se voulait une marque d'humanité (permettre à des travaillerus étrangers de vivre dans leur cadre familial) mais qui fut dévoyée et qui a donné lieu à tant d'abus. Le souci du gouvernement est donc légitime

  Les pays dont les citoyens sont concernés sont honorables et leurs cndaidats à l'émigration méritent d'être traités avec dignité. Mais les papiers délivrés ne sont pas toujours fiables et les mœurs sur place ne correpondent pas toujours à nos critères européens: il y a les familles nombreuses, la polygamie et surtout la nécessité d'avoir des logements convenables et les ressources pour subvenir aux besoins de telles familles… Or, les conditions pour cela sont de plus en plus dificiles à réunir.

   En fait, le pays ne peut plus accueillir et intégrer à un rythme soutenu des gens qui sont de plus en plus nombreux. Il nous faut le dire et le reconnaître, tout en continuant d'aider, par d'autres moyens, des hommes et des femmes qui méritent notre respect et notre sympathie.

 

Les commentaires sont fermés.