Victoire du Président BUSH

Imprimer



Blog

La récente victoire du Président des Etats Unis face à un Congrès à majorité démocrate nous révèle un Georges Walker BUSH bien plus pugnace et ferme qu’il n’y paraissait. Ce vote favorable qui a permis de débloquer les crédits militaires marque probablement un tournant non seulement dans la guerre sur le terrain mais aussi dans le cœur des citoyens américains. On se souvient d’un célèbre éditorial de Jean-Jacques Servan-Schreiber dans l’Express où ce dernier expliquait la victoire du Vietcong en partie grâce un point de propagande marqué à l’intérieur des USA : les communistes avaient réussi, grâce à une communication très habile : avoir réussi à introduire la haine et la peur de la guerre dans le cœur même de la jeunesse américaine…
Le Président BUSH a peut-être réussi l’opération inverse : insérer dans la pensée des citoyens des USA que la guerre d’Irak vaut la peine d’être conduite et qu’elle se soldera par la défaite finale du terrorisme d’al-Quaida…
Même cette perspective optimiste laisse néanmoins bien des questions sans réponse :

a) pourquoi donc les stratèges américains n’ont-ils pas pensé au jour d’après (the day after ?)
b) Pourquoi ont-il permis à l’éphémère gouverneur de l’Irak, Paul Bremer, de dissoudre d’un trait de plume l’armée irakienne, mettant sur le pavé des dizaines de milliers d’hommes aguerris et amers, prêts à se venger de l’occupant en proposant leurs services au plus offrant ?
c) Quand on voit tous ces attentats, ces voitures piégées, ces bombes télécommandées qui explosent au bord des routes, on peut se demander pour quelle raison l’US army ne remonte pas les filières ? Après tout, il y a nécessairement des ateliers et des entrepôts où sont montées de telles voitures, où sont entraînés tous ces kamikazes : comment se fait-il que ces réseaux ne soient pas vraiment inquiétés, alors que la CIA, le FBI et d’autres services moins connus, opèrent sur place ?

Autant de questions dont il faut se préoccuper. La victoire est à ce prix et nul n’a l’éternité devant soi…

Les commentaires sont fermés.