20/09/2017

Les Juifs ne prient pas que pour eux, ils prient pour le monde entier

nations unies new york libre.jpgOn assiste ces jours à un véritable festival, un grand défilé à New York de ceux et de celles qui dirigent cette planète ; et leurs discours respectifs, même les plus enflammés, nous laissent sur notre faim. Une foule de questions se bousculent dans notre esprit en les écoutant : quelle est leur emprise réelle sur les événements qui secouent notre monde ? Comment peuvent-ils, comment pourraient-ils y obvier, dans la mesure où ils souhaitent vraiment le faire ? Peuvent-ils tirer des plans sur la comète alors qu’ils ne sont même plus certains d’être de nouveau à cette même tribune des Nations Unies, l’année prochaine ou dans plusieurs années ? Tant de paris risqués sur l’avenir laissent rêveur.

Ce sont là les sombres considérations qui occupent l’esprit un peu abattu du philosophe qui scrute le sens de ce qui se passe autour de soi. On voit des yeux le mur de l’espoir des hommes politiques, les grandes limites de leur discours, l’orientation souvent électoraliste de leurs propos et on se demande s’il ne faut pas dépasser cet horizon de la politique. C’est d’ailleurs ce qui se passe - très mal - dans les pays qui se disent théocratiques comme les républiques islamiques (Iran, Daesh, Libye etc…).

Lire la suite

31/08/2017

La visite du Secrétaire général de l’ONU au Proche Orient, un numéro (risqué) d’équilibriste 

Il est des hommes qui ne font ni bien ni mal, qui veulent donner l’impression d’agir mais qui ne trompent personne : leur volonté manifeste de se tenir à équidistance des extrêmes les condamne à l’inaction. Partout où ils vont, ils répètent ce qu’ils ont dit ailleurs ou la veille au soir. Ce qui change, c’est simplement l’orientation de leurs propos, qu’ils accommodent selon le sens souhaité par leurs auditeurs.

Vous l’avez aussitôt reconnu, je parle précisément de l’actuel secrétaire général de l’ONU, l’ancien premier ministre du Portugal, qui, en Israël, comme à Gaza ou à Ramallah, a tenté de ménager la chèvre et le choux. Le résultat est évidemment qu’il n’a satisfaite aucun des deux cas. Comment voulez-vous que l’ONU soit prise au sérieux ?

Lire la suite

19:18 Publié dans Israël, Nations unies, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook