27/08/2017

Bachar el Assad et la Syrie de demain 

Certains parlent d’une véritable résurrection, d’un phénix renaissant de ses cendres, d’autres jugent avec dégoût qu’il n’est pas digne de voir la lumière du jour, tant il a causé de malheurs et de destructions : plusieurs centaines de milliers de morts et des millions des déplacés. Ce qui a fait du peuple syrien un peuple éclaté, dispersé sur toute la surface du globe, une véritable diaspora. Mais les observateurs attentifs et impartiaux mettent de côté leur légitime indignation pour ne s’attacher qu’à la saisie de ce phénomène politique rare.

Voyons cela de plus près, à savoir comment un jeune étudiant en ophtalmologie à Londres, timide et réservé, sans aucune expérience politique et peu destiné à jouer le moindre rôle politique a sauvé sa vie et son pouvoir présidentiel, alors qu’on ne donnait plus très cher de sa peau.

Lire la suite

14:54 Publié dans Politique, Syrie | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

26/08/2017

L’Europe a-t-elle encore un avenir ?

L’Europe a-t-elle encore un avenir ?  Telle est la question de plus en plus angoissante que les gens se posent dans le vieux continent, menacé par d’incessantes arrivées de migrants et de réfugiés et hanté par des attaques au couteau quasi quotidiennes, à Paris,  Bruxelles, Barcelone, Berlin, Hambourg, Milan,  Londres, Rotterdam, Turku, Helsinki et ailleurs.

Il y tout juste deux ans, la vieille Europe croyait que ces attaques ne concernaient que Tel Aviv, Haïfa ou Beersheba, à savoir les cités israéliennes. Les gouvernements européens découvrent avec stupéfaction que cette maladie est mondiale et que nul n’est à l’abri. Comment en sommes nous arrivés là ?

Lire la suite

10:59 Publié dans Europe, Islam, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/08/2017

 France : les aléas de toute présidence jupitérienne…

Je me demande vraiment à quoi pensait l’actuelle président de la République en énonçant cette phrase dont le contenu va lui causer quelques désagréments tout au long de son mandat élyséen. C’est étrange, comme l’entrée à l’Elysée change les hommes, tous, à l’exception peut-être du général de Gaulle qui n’eut nullement besoin de se déguiser en chef des armées, il l’était déjà naturellement et professionnellement.

L’exercice du pouvoir, nous dit-on, change un homme, le révèle tel qu’il est en ses profondeurs les plus intimes. Et le résultat n’est pas toujours engageant. On l’a vu avec le prédécesseur immédiat de l’actuel président : et qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Quand on veut le pouvoir et qu’on finit par le conquérir (et après tout certains sont faits pour cela) on devrait prendre un peu de distance et ne pas s’en nourrir car cela ne dure qu’un temps et après on a rendez-vous avec le dégrisement, la solitude et la fin… réservée aux simples mortels que nous sommes.

Lire la suite

12:29 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

18/08/2017

Al-Jazeera et l'arc prochiite du Qatar

A ses débuts, cette chaîne de télévision, surgie au Qatar il y a déjà quelques années, fut saluée par l’ensemble de la profession mais devint très vite la bête noire des régimes arabes les plus dictatoriaux. Cet organe de presse adopta les mêmes méthodes que les journalistes anglo-saxons vis-à-vis des hommes politiques. Des questions embarrassantes leur étaient posées et les journalistes ne se contentaient pas de faux fuyants. Mais avec le temps, les autorités se mirent à instrumentaliser la chaîne, en privilégiant les gouvernements amis et en dénonçant les autres, c’est-à-dire tous ceux dont la politique ne convenait pas au régime qatari.


Du coup, le monde arabo-musulman se divisa en deux camps opposés : ceux qui admettaient la chaîne et y trouvaient leur compte et ceux qui se sentaient insultés et maltraités par elle. Ces dissentiments commencèrent à se faire sentir d’abord en Egypte, sans même parler de la Syrie d’Assad dont les massacres étaient régulièrement dénoncés. Le régime du maréchal al-Sissi n’hésita pas à arrêter des journalistes, même titulaires d’une double nationalité et à intenter des procès à des correspondants de la chaîne présents sur place et dont l’orientation lui déplaisait.

Lire la suite

09:17 Publié dans Information, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Israël: Bibi est là pour longtemps

L’actuel Premier Ministre israélien est en poste depuis un certain nombre d’années et il n’est pas du tout sûr que l’accumulation d’affaires de corruption, réelles ou supposées, réussisse à l’en déloger. Tous les sondages effectués sur la question donnent des résultats étranges. Pourquoi étranges ? Parce que une fraction non négligeable juge qu’il a tant de choses à se rapprocher mais une autre proportion, bien supérieure, juge qu’il n’y a personne de valable pour le remplacer. Cela voudrait dire que Netanyahou est le premier ministre par défaut, tout simplement.

La corruption des édiles en Israël fait souvent les gros titres de la presse. Il faut dire que certains journaux en ont fait une spécialité tandis que certains hommes politiques s’en servent comme d’une arme contre leurs adversaires. Israël est un pays jeune où tant de choses restent à faire, notamment dans le secteur de l’immobilier, de la construction et de la spéculation foncière. Les lois en Israël dans ce domaine varient au gré des majorités envoyées à la Kenését.

Lire la suite

08:28 Publié dans Israël | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

17/08/2017

 L’Iran, la Syrie et Israël...

Le Proche Orient pourrait rappeler le slogan d’un ancien grand magasin parisien, la Samaritaine : il s’y passe toujours quelque chose. Du moins, si les choses qui s’y produisent avaient un aspect souriant et engageant. Or, ce n’est jamais le cas. Depuis le temps que j’y réfléchis en tant que philosophe, je n’ai toujours pas compris pour quelles raisons précises, cet endroit où le monothéisme a vu le jour et où les grandes religions ont fait leurs tout premiers pas, est périodiquement secoué de violentes secousses telluriques.

Au terme de toute cette longue spéculation, une seule donnée semble s’être imposé en fin de compte : les racines religieuses de cette guerre où la raison n’a plus sa place pas plus que certains Etats en cette compagnie, pour reprendre une expression propre aux turfistes.

Lire la suite

14:23 Publié dans Israël, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

De Barack Obama à Donald Trump; esquisse d’un contraste

Essayons de résumer tout le débat en une seule phrase que nous espérons bien pertinente : le statut de grande puissance, et les USA en sont une, peut-être même la plus grande qui soit, est-il compatible avec une position de repli ? C’est la question à laquelle Obama a très mal répondu et qui explique que ses deux mandats aient été de grands échecs au plan de la politique internationale de son pays. Mal secondé par sa secrétaire d’Etat qui a fait le score que l’on sait à l’élection présidentielle, Obama a cru devoir privilégier le soft power dans un monde qui requérait, tout au contraire, un surcroît d’exhibition de la force armée.

Le résultat est bien là : le président afro-américain que les naïfs ont, sans discernement aucun, porté aux nues, a légué à son successeur une Amérique faible et désormais peu fiable. Il est donc normal et prévisible que son successeur républicain s’écarte de la voie tracée par son prédécesseur qu’il traite d’incompétent en privé. Mais commençons par le commencement.

Lire la suite

09:43 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

13/08/2017

Le président Donald Trump et la Corée du nord 

Les voix qui s'élèvent pour critiquer les méthodes peu conventionnelles de Trump face à la Corée du nord se trompent d'époque ou ont, au moins, un train de retard. Trump marque l'émergence d'un monde nouveau et gouverne justement en tournant le dos aux anciennes méthodes qui ont mené le monde là où il est aujourd'hui, c'est-à-dire un monde qui permet à un sanguinaire dictateur de menacer tous ses voisins en développant des capacités nucléaires qu'il considère comme la seule garantie de sa survie. C'est son assurance-vie. 

Lire la suite

20:27 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Autour d’un émouvant poème de Heinrich Heine…

Voici comment le père de Heinrich Heine a répondu à la question que son fils lui a posée sur ses origines familiales: Ton grand père était un petit juif qui portait une longue barbe !

Si l’on en juge par la suite de l’existence du grand poète judéo-allemand, mort à Paris en 1856, cette réponse fut aussi traumatisante que fut, pour le jeune Sigmund Freud, la réaction si peu courageuse de son père, acceptant de reprendre, sans s’en prendre à son agresseur, son beau chapeau du sabbat, arraché par un rufian antisémite et jeté dans le caniveau d’une rue de Vienne …

Lire la suite

09:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/08/2017

Désert et tourisme en Israël

Désert et tourisme : bienvenue au Desert Home de Mitspéh Ramon….

 

Le hasard fait bien les choses. On voulait observer la nuit des étoiles d’un observatoire en Israël qui porte bien son nom Mitspéh Ramon. Nous nous sommes trompés pensant que les dates annoncées en France étaient les mêmes que celles d’Israël, où il y a un décalage de plus d’une semaine, les 11 et 12 aout. Pas avant. Mais le hasard ne s’arrête pas là.

 

Le superbe hôtel Béréshit étant complet, nous avons tenté une expérience nouvelle, assez périlleuse dans un pays comme Israël où les notions de confort hôtelier et le service dû aux touristes divergent gravement par rapport aux normes et aux exigences européennes.

 

Eh bien, pour une fois je me suis trompé car la maison d’hôtes que nous avons trouvée est parfaite en tout point. Il s’agit du Desert Home, en plein centre de Mitspeh Ramon, gérée avec goût et grâce par une belle quinquagénaire, qui porte bien son nom Hen et qui sait recevoir. David qui travaille avec elle se propose de prendre votre valise… Un tel service dans un lieu retiré du pays, se remarque et doit être signalé

 

Je n’ai jamais vu une maison d’hôtes aussi remarquable : tout est en bois, les savonnettes dans la salle de bain sont d’excellente qualité ; la salle de bains est spacieuse et vous avez deus peignoirs de bain ainsi que de nombreuses serviettes. Je ne vous parle pas du balcon pouvant accueillir au moins quinze personnes assises. Il y a deux postes de télévision, dans le salon / salle de séjour et dans la chambre à coucher. La courette intérieure est envahie par une végétation presque luxuriante, comparée à la température accablante. Le soir, après le dîner, nous avons pu boire un verre de vin dans cette tonnelle d’un genre bien particulier.

 

Avant de nous quitter David, de mère suisse et de père néerlandais, nous a indiqué un restaurant de bonne tenue où nous avons pu dîner ; il a aussi noté l’heure à laquelle on nous montera le petit déjeuner. J’y suis.

 

A huit heures trente exactement on sonne, une jeune demoiselle apporte un grand plateau plein de victuailles. Il y a aussi un réfrigérateur avec des œufs pour ceux qui veulent préparer une omelette ou des œufs durs. Vous préparez votre propre café et surtout vous avez une bouteille (en verre) de lait… je n’avais plus vu de bouteille en verre avec du lait depuis ma prime enfance à Agadir. Et ce n’était pas hier mais il y a un demi siècle.

 

Sur le plateau il y a une miche de pain fait maison et qui sort du four, de la halwa, des tranches de gâteaux sucrés, des salades de tomate, des céréales, du beurre, deux confitures dont une de figues, absolument délicieuse… Et j’en oublie. Dans le Desert Home il n’y a que cinq ou six chambres que la gérante a meublé avec goût et adresse.

 

Dans une interview en hébreu, elle a expliqué son attirance pour le désert ; elle ne se voyait pas entrer le matin dans un bureau et en sortir le soir. Elle aime le désert et ceci nous sert de transition dans la seconde partie de cet article.

 

Qui aurait pu prévoir qu’à une certaine étape de notre civilisation, nous aurions fuit les villes, grandes ou petites, tourné le dos à la velocitas des grandes agglomérations pour se détendre dans le désert, le midbar. Puisque ici tout part de la Bible et tout y remonte, qu’on le veuille ou non, on peut déceler la racine de TOUR et de TOURISME dans une référence biblique (Nombres 13 ;2) où Moïse mandate quelques explorateurs (meraguelim weyatourou) pour visiter la terre de Canaan. C’était de l’espionnage, un tour d’horizon à des fins militaires. Mais cela est une autre histoire, ce qui nous intéresse ici, c’est le dévolu jeté sur le désert comme lieu de détente et de vacances.

 

Parallèlement à cela, il faut relever que le terme hébraïque midbat connaît 271 occurrences dans la Bible. Et il y a au moins sept termes pour désigner des espaces désertiques. Les voici= yeshimon, tsiyya, arava, harava, shemama, midbar et talovét.. Certes, tous ces termes n’ont pas la même acception mais ils couvrent tous le même champ sémantique.

 

Il faut ajouter que ce terme midbar et ses équivalents sont constamment mis en rapport avec les pâturage et l’action de faire paître les troupeaux.

 

Mais le nom que la jeune femme, Hén, a choisi pour sa maison d’hôtes n’est pas le fruit du hasard. Quand vous arrivez dans cette rue qui vous rappelle les villes d’immigrants des années cinquante, vous avez l’impression que le temps s’est arrêté, qu’on en est encore aux années où l’économie d’Israël était au bord de la faillite. Dans le jardin évoqué plus haut, il y a un cactus d’une rare beauté. On sent que Hen a consacré à cet espace vert une attention particulière.

 

Dans ce Desert Home vous serez en contact direct avec la nature ; même les coupelles sur lesquelles sont posées les savonnettes sont en bois et le sol est pavé de pierres de qualité.

 

Il y a aussi une grande diversité d’ateliers d’artistes dits créateurs mais dont la production semble refléter une certaine insularité . Il faut dire que le désert a toujours été une source d’inspiration chez les Sémites et donc les Judéens. Les prophètes sont souvent reçu leur prophétie dans les espaces inhabités et désertiques. Un peu comme si le silence, le vide, la solitude étaient plus denses que le bruit, la multitude et le mouvement. Dans le désert le temps semble s’arrêter, se figer en éternité.

 

Le desert home de Hen : Un coin de rêve, coupé du monde et au milieu de nulle part. Mais à une encablure d’ici se dresse le magnifique hôtel Béréshit auquel Hen offre une alternative proche de la nature et de la rusticité.

 

Maurice-Ruben HAYOUN

12:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook