Vu de la place Victor Hugo - Page 4

  • Qu’est ce que le sacrifice ? (Moshé Halbertal, Du sacrifice)

    Imprimer

     

    Qu’est ce que le sacrifice ? (Moshé Halbertal, Du sacrifice)

    Voici un petit ouvrage, convenablement agencé et qui nous éclaire parfaitement sur la notion de sacrifice et sur l’extension du champ sémantique de ce terme, à la fois dans l’Antiquité juive ou chrétienne et, plus proche de nous, après la renaissance de la langue hébraïque.

    Le terme majeur, le maître-mot pour désigner le sacrifice (que ce soit à ou pour) est QUORBANE. Mais il y a un autre vocable qui prend en quelque sorte la relève, c’est MINCHAH, qui connaît une remarquable occurrence dans le livre de la Genèse (4 ; 2-5), au moment où les deux frères Caïn et Abel présentent une offrande à la divinité : l’un offre une bête prélevée sur son menu bétail tandis que l’autre présente des céréales. Donc l’un offre un sacrifice sanguinolent et l’autre des végétaux, des produits de la terre… L’un est agréé par la divinité et l’autre pas. Nous ignorons la motivation d’un tel verdict. Tout comme nous ignorons par quel moyen la divinité a fait connaître son choix et son verdict….

    Lire la suite

  • La politique des mollahs : l’illustration parfaite de ce qu’il ne faut pas faire…

    Imprimer

    La politique des mollahs : l’illustration parfaite de ce qu’il ne faut pas faire…

    Il y a quelque chose de pathétique dans l’attitude des Mollahs à l’égard de l’hyperpuissance Us et du reste du monde. Quelque chose qui ne tient pas au monde réel mais à l’imaginaire religieux qui considère que le miracle fait partie des relations internationales et qu’il suffit d’être du bon côté, celui de Dieu, pour finir par triompher de ses ennemis. C’est enfantin pour un cartésien mais pas pour tout le monde.

     

    Lire la suite

  • Israël et son avenir

    Imprimer

    En quelques années, les toutes dernières, principalement,  l’Etat hébreu a vécu plus de changements qualitatifs qu’au cours des décennies précédentes. Comment s’explique ce changement, cette mutation qui n’est pas de degré mais de nature ? C’est toute la question. Et il semble que c’est cela que les observateurs tant indigènes qu’extérieurs  nomment, avec justesse, la start up nation. On ne parle plus d’industrialisation, de technologique mais de post technologie, voire plus d’une ère qui dépasse et de très loin, ce dernier niveau. Israël est parti à la conquête de nouvelles frontières et repousse toujours un peu plus loin le mur de son esprit…

    Paradoxalement, j’ai longtemps pensé que le temps, la durée, pouvait nous réserver de mauvaises surprises. Il me semblait que le temps travaillait pour les ennemis de l’Etat juif, que l’arme démographique jointe à la course aux armements et au terrorisme finiraient par peser sur ses chances de survie et de la compromettre. Et ce n’est pas tout : les sempiternelles condamnations d’Israël à l’Onu, son isolement croissant sur la scène internationale, les tentatives de boycott plus ou moins déclaré, une situation économique difficile, et enfin des tensions de plus en plus fréquentes au plan politique, au sein même du pays, tous ces éléments  faisaient craindre le pire.

    Lire la suite

  • Le rocher de Tanios d’Amin Maalouf…

    Imprimer

    Le rocher de Tanios d’Amin Maalouf…

    Le hasard, a-t-on coutume de dire, fait bien les choses. Cela faisait longtemps que je me proposais de lire ce beau roman de Monsieur Amin Maalouf, sans avoir eu le loisir de réaliser ce vœu. Et à présent, c’est fait… Mais ce retard m’a permis de lire et de recenser d’autres ouvrages, de et sur Louis Massignon qui, comme chacun sait, joignait une haute érudition en matière arabo-musulmane à une activité politico-diplomatique des plus remarquables, puisque, selon d’authentiques spécialistes dont je ne suis pas, ce grand savant (si controversé, politiquement) a contribué à façonner dans ses rapports à différents ministères la politique de la France à l’égard du monde arabo-musulman et de l’islam, en général. Parallèlement, j’ai étudié de près le beau livre de Madame Djalila Sbaï sur La politique musulmane de la France et tout récemment un autre ouvrage dont l’avant-propos m’a bien ému, de Gérard D. Khoury sur Louis Massignon au Levant…

    Lire la suite

  • De l’esclavage (L’institution de l’esclavage par Alain Testart) (Gallimard) L’esclavage, une plaie de l’humanité…

    Imprimer

    De l’esclavage (L’institution de l’esclavage par Alain Testart) (Gallimard)

    L’esclavage, une plaie de l’humanité…

    Voici un recueil d’articles, revu et augmenté par une ancienne collaboratrice, Valérie Lecrivain, de l’auteur, Alain Testart, qui traite en profondeur d’un fait de civilisation qui a affecté toutes les cultures, antiques helléniques, judéo-hébraïques, arabo-islamiques, chrétiennes et même des temps modernes, à la suite du fameux commerce triangulaire dont de grandes cités portuaires d’Europe s’étaient fait une très douteuse spécialité. Mais l’auteur ne dérive pas vers une condamnation, ni vers une justification de cette abominable institution : il lui tient à cœur de démonter un mécanisme bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. A commencer par de multiples formes de réduction à l’esclavage, notamment la dépendance, l’asservissement à un maître qui exige de son esclave la fourniture d’un certain travail ou service…

    Tous les grands documents religieux traitent de cette épineuse question, tous semblent l’admettre comme moyen de production ou de défense, car plus on a d’esclaves à son service, moins on se montre vulnérable à des attaques extérieures ou intérieures. Même la Bible qui a consacré d’importants versets à cette affaire a mis un certain temps avant d’exclure totalement cette forme si dégradante de l’être humain. Cette véritable plaie de l’humanité.

    Lire la suite

  • 1064, Barbastro. Guerre sainte et djihad en Espagne (Gallimard)*

    Imprimer

    1064, Barbastro. Guerre sainte et djihad en Espagne (Gallimard)*

    Voici un ouvrage très important mais qui est pourvu d’un titre qui ne paie pas de mine. Et pourquoi, ce toponyme, Barbastro, d’une petite cité andalouse ainsi que cette date, 1064 cachent des événements qui ont changé la face du monde de cette époque ainsi que la notre, et une date si proche d’un événement majeur qui avait soulevé tout l’Occident contre les musulmans et l’islam en général, les croisades : 1096, et la première croisade.

    De quoi s’agit-il ? D’une terre âprement disputée entre des princes catholiques qui se voulaient les miliciens du Christ et des dignitaires arabo-andalous qui entendaient eux aussi faire valoir leurs droits fort anciens sur ces mêmes territoires. Deux écoles historiques s’affrontent concernant l’importance à accorder à la prise de cette cité par les forces chrétiennes et à sa reprise, peu après, par les forces musulmanes. Mais l’enjeu est de taille : est-ce à cette époque, en 1064, qu’il faudrait faire remonter la date de la première croisade, même s’il s’agit d’une terre de l’Europe méridionale ? Est-ce ici, dans cette ville et à cette époque que se décida l’avenir de la terre d’Espagne ? Est-ce que l’invasion de la cavalerie chrétienne pour libérer Barbastro a donné des idées au pape et à l’aristocratie européenne de répondre positivement à la volonté de reconquête ? N’oublions pas que le débat en Espagne sur la légitimité de la présence arabe, supposément bien plus ancienne que celle de l’église catholique avec l’arrivée des envahisseurs wisigoths, continue de faire rage.

    Lire la suite

  • ertrand Vergely, Notre vie a un sens. (Albin Michel)

    Imprimer

     

     

    Bertrand Vergely, Notre vie a un sens. (Albin Michel)

    C’est à une très vaste réflexion sur le sens de l’existence humaine sur terre que nous invite cet auteur dont la pensée a au moins un avantage, celui de ne pas exclure les thèmes théologiques ou religieux du domaine de la spéculation philosophique. Au fond, il est, sans le savoir peut-être, un disciple de Franz Rosenzweig, l’auteur de L’étoile de la rédemption (1921), qui préconisait le recours à son Nouveau Penser (das neue Denken). Lequel consiste à instiller une dose de théologie dans la spéculation purement philosophique.

    Tous les grands noms de la philosophie occidentale sont évoqués, sans omettre aussi des références à la Bible, à l’exégèse talmudique et la kabbale. Notamment les différentes règles herméneutiques évoquées par l’acrostiche PaRDeS, ce qui donna chez les médiévaux chrétiens la notion du sens quadruple des Ecritures.

    Consacrer un peu plus de trois cents pages à l’existence d’une vie ordonnée à un but plus ou moins précis, témoigne de l’importance de ce sujet. Au fond, qu’est ce que vivre ? A ce sujet, on aura garde de ne pas se cantonner au seul domaine philosophique, tant le sujet concerne tout le monde, absolument tout le monde. Un exemple qui me revient à l’esprit : une journaliste interviewe un homme politique en délicatesse avec la justice pour faits de collaboration avec l’occupant nazi durant la seconde guerre mondiale. Qu’est ce qui est difficile, lui demande t elle… C’est vivre qui est difficile, lui répond il.

    Lire la suite

  • Le bombardement avorté de l’Iran : un scénario invraisemblable…

    Imprimer

     

     

     

    Le bombardement avorté de l’Iran : un scénario invraisemblable…

    Le président Donald Trump ne sera donc jamais comme ses prédécesseurs, il aura, jusqu’au bout de son mandat, fait les choses à sa manière. C’est ce qu’on peut vérifier à la lumière de ce récit incroyable concernant les représailles contre l’Iran, accusé d’avoir abattu un drone Us qui aurait, selon les autorités du pays, violé l’espace aérien iranien. Comment l’affaire a t elle commencé ? C’est le New York Time qui a ébruité l’affaire, donnant ainsi une certaine vraisemblance à de l’invraisemblable ! Que relatait ce journal ? En gros, les faits suivants : pour punir l’Iran de s’en être pris à un drone militaire US qui évoluait près de ses frontières, mais bien en dehors de son espace aérien, l’exécutif Us a demandé aux forces armées de préparer la riposte… Un plan fut présenté à la Maison Blanche et selon toute apparence, approuvé par le Président et ses conseillers. Et c’est là que les choses deviennent incroyables : alors que les avions ont déjà pris leur envol ou se préparent à le faire de manière imminente, le président demande à un général quel serait approximativement le nombre de victimes iraniennes. Environ 150 morts, répond l’officier général au président lequel se ravise et ordonne, à peine dix minutes avant l’action, son annulation !

    Lire la suite

  • Hela OUARDI, Les califes maudits. Volume I : La déchirure (Albin Michel)

    Imprimer

     

    Hela OUARDI, Les califes maudits. Volume I : La déchirure (Albin Michel)

    Voici une contribution à la fois étonnante et des plus intéressantes concernant les premiers pas de la nouvelle religion islamique immédiatement après le décès de son fondateur. L’auteure, universitaire tunisienne dont je n’avais encore jamais lu, opte pour une méthodologie qui a commencé par me surprendre, jusqu’au moment où j’ai parcouru l’impressionnante liste d’ouvrages de la tradition musulmane, mis à contribution pour rédiger un récit suivi, prenant parfois les allures d’un roman policier. On ne manquera pas d’être frappé par la description physique et psychologique du futur Calife ‘Umar qui succédera à Abu Bakr, père d’Aïcha, la favorite du Prophète et donc son beau-père … Ces éléments proviennent de sources traditionnelles, ce qui leur confère la mesure de la vraisemblance.

    Lire la suite

  • Donald Trump et la réunion à Bahreïn : l’économie d’abord…

    Imprimer

    Donald Trump et la réunion à Bahreïn : l’économie d’abord…

    L’actuel président américain, qu’il réussisse ou qu’il échoue (ce qui est loin d’être exclu) restera dans l’histoire le premier homme politique d’importance à avoir voulu emprunter un autre itinéraire pour avancer dans la solution de la crise qui secoue le Proche Orient depuis près d’un siècle. Il a compris qu’il fallait sortir des sentiers battus pour avancer enfin, un tant soit peu : on ne peut pas affronter la charge émotionnelle qui imprègne ce conflit depuis tant d’années, où un Etat, l’état d’Israël, légitime et reconnu par l’ONU, voit son existence contestée et combattue par tous ses voisins arabes qui se sont juré sa perte.

    Quand on reprend, aujourd’hui encore, les revendications arabes à l’encontre d’Israël, on voit au premier coup d’œil, qu’elles ont été ritualisées, sacralisées, presque embaumées bien qu’elles n’aient aucune chance d’aboutir. Et ce, au su même de ceux qui les répètent mécaniquement à l’envi depuis des décennies : retour aux frontières de 1967, retrait israélien de Jérusalem, retour des réfugiés, etc… Or, tout observateur un tant soit peu réaliste, sait que de elles demandes ou exigences ne seront jamais satisfaites.

    La force et l’originalité du plan de Donald Trump, que personne ne connaît encore dans intégralité, tiennent au fait qu’il a compris, en bon businessman, qu’on ne pouvait plus saisir le taureau par les cornes, qu’il fallait procéder par étapes, en commençant par accorder à toutes ces populations réfugiées dans des camps et des bidons-villes, des conditions d’existence décentes. Comment ? En accordant à ces territoires un super plan Marshall qui a si bien réussi à l’Europe. C’est donc, en réalité, le mode de vie, de ces populations, exploitées politiquement par les terroristes et par des politiciens corrompus, que vise ce plan économique.

    Lire la suite