25/06/2018

La crise migratoire… Vers l’abolition, hélas, des frontières.

 

La crise migratoire… Vers l’abolition, hélas, des frontières.

Les historiens qui écriront sur ce qui se passe sous nos yeux impuissants, en ces deux premières décennies du vingt et unième siècle, parleront de notre époque comme d’un temps qui vit l’abolition des frontières héritées de la seconde guerre mondiale ou tout simplement remontant à des siècles. Voici un mal ou une évolution que nul n’aurait pu prévoie en se fondant sur des données historiques vérifiables : rien ne permettait de prévoir un tel afflux de réfugiés, éligibles pour le droit d’asile (qu’on ne peut plus conserver dans sa forme actuelle, faute de quoi des pays entiers en perdraient leur identité ou leur génie national), ou de simples migrants, à la recherche de contrées plus viables pour eux, qui sont victimes chez eux d’en chômage endémique, d’une économie sous développée ou d’instabilité politique depuis leur accession à l’indépendance. Exemple : le Mali.

Nous vivons les prémisses d’une abolition généralisée des frontières. Nous vivons un afflux de migrants qui ne demandent plus de visas pour accoster chez nous ou pour faire sur place un simple séjour de tourisme. L’ère des séjours limités avec pour horizon plus ou moins lointain un retour au pays d’origine est définitivement abolie : on vient pour s’installer pour toujours, pour y faire souche. Cette mutation n’est pas sans poser de graves problèmes. Elle a pris nos dirigeants occidentaux au dépourvu. Le cas le plus emblématique est évidemment celui de la chancelière allemande qui a décidé toute seule de laisser rentrer dans les frontières de son pays près d’un million et demi d’hommes jeunes, nullement persécutés dans leurs pays d’Afrique noir ou d’Afrique du nord mais qui voulaient vivre une autre vie, convaincus que l’Europe est un eldorado, une Terre de promission où coulent le lait et le miel, sans avoir à fournir le moindre effort. Des pays dont la législation permettait d’en profiter sans limite : les migrants, aiguillés ou même aiguillonnés par des passeurs ou des politiciens sans scrupules ont abusé de la crédulité des gens et leur ont fait miroiter un avenir radieux sur les rivages européens.

Lire la suite

11:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/06/2018

L’Europe survivra -t -elle à la pression migratoire?

L’Europe survivra -t -elle à la pression migratoire?

C’est du jamais vu, de l’inimaginable ! L’Europe, avec ses avenacées technologiques, ses prouesses industrielles, ses conquêtes dans tous les domaines de l’esprit, de la nature et de la médecine, est menacée, jusque dans son existence en tant que culture, par un mal qu’elle ne soupçonnait guère : le franchissement de ses frontières maritimes et terrestres par des millions d’hommes, de femmes et même d’enfants, de mineurs non accompagnés… qui tous subvertissent le droit d’asile.

Fidèle à ses habitudes, c’est-à-dire à son incurie et à son impéritie, la commission européenne de Bruxelles n’a pas su évaluer le danger comme il convenait. S’étant élargi à des états-membres, ne partageant pas la même culture que les pays d’Europe occidentale, ayant un autre vécu et une autre histoire, elle s’est empêtrée dans ses contradictions, ne sachant pas décider, ni surtout s’adapter aux situations concrètes. Il est difficile, voire suicidaire, de s’en tenir aux règles de l’Etat de droit lorsque le danger qui menace contraint, qu’on le veuille ou non, de sortir des sentiers battus. Ou doit on accepter que l’Europe meurt pour s’être simplement conformés à ses propres principes ?

Lire la suite

11:01 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

14/06/2018

Comment accueillir toute la misère du monde? Ne stigmatisons pas l’Italie…

 

Comment accueillir toute la msière du monde? Ne stigmatisons pas l’Italie…

L’affaire de ce navire chargé d’âmes abandonnées par tous, ou presque, figurera dans les annales de ce vingt et unième siècle commençant. Certes, la conscience morale de l’Europe a fini par réagir et a trouvé une solution que nos amis et voisins espagnoles ont eu la noblesse d’âme de proposer concrètement : ce ne furent pas des paroles en l’air, mais un accord ferme et définitif de recevoir des hommes, des femmes et des enfants livrés aux caprices des flots… L’Europe entière risquait de rendre des comptes devant la justice divine ou l’éthique universelle : elle aurait laissé sans réponse des centaines d’êtres humains condamnés à une mort quasi certaine si on ne leur portait pas secours. Non assistance à personnes en danger.

Mais je propose de ne pas se laisser submerger par l’émotion et de regarder les choses en face. Il faut éviter certaines déformations, tant celles de juristes pointilleux que de belles âmes qui croient que tout est possible, que les frontières doivent être abolies et qu’il faut accueillir toute l’humanité souffrante. Le principe est merveilleux mais il est inapplicable.

Lire la suite

10:53 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

12/06/2018

L’Iran observe avec inquiétude ce qui se passe à Singapour…

  

L’Iran observe avec inquiétude ce qui se passe à Singapour…

On se souvient de cette suggestive métaphore qui fit florès il y a quelques décennies et qui connotait, à sa manière, l’intrication de tous les espaces, même les plus reculés, de notre univers : le battement d’ailes d’un papillon au fin fond de l’Asie peut avoir des répercussions inimaginables à l’autre bout de l’univers. C’est, toutes proportions gardées, ce qui se passe depuis hier soir lorsque l’on mesure, la tête froide, les conséquences de cette rencontre détendue entre Kim et Trump à Singapour : hier soir, et tout au long de la nuit, certains n’ont pas pu fermer l’œil à Téhéran et dans le reste du pays des Mollahs. Certes, nous n’en sommes qu’au début, certes, les aléas des relations internationales sont innombrables et surtout imprévisibles, mais les faits sont là : la rencontre, jugée très improbable, a eu lieu, certes, on n’a pas encore pu lire le communiqué final, mais, à moins que tout ne trompe, on est sur la bonne voie. L’homme que l’immense majorité des médias nous présente depuis le début comme un instable dangereux, un va-t-en-guerre, a réussi : il a été fin diplomate, a su maîtriser sa nature abusivement présentée comme impétueuse, bref il s’est montré souverainement maître de lui-même.

Les Mollahs de Téhéran ont des raisons de s’inquiéter : outre que la dénucléarisation de la Corée du nord pourrait bien être un précédent, fort préoccupant de leur point de vue, elle les prive d’un indispensable allié pour le développement de l’arme nucléaire et des missiles balistiques. Et si, comme tout semble l’indiquer, le long processus finira par s’imposer et porter ses fruits, la position des Mollahs sera intenable. Leur isolement sur la scène internationale sera fatal. Je ne vois aucun Etat respectable et de digne de ce nom, capable de braver les foudres des nations et de se joindre à eux.

Lire la suite

09:53 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

10/06/2018

Autour de Maurice Blanchot, Le livre à venir (Gallimard, Folio. essais)

Autour de Maurice Blanchot, Le livre à venir (Gallimard, Folio. essais)

Je commencerai par un aveu : je suis venu aux écrits de Maurice Blanchot grâce à mon livre sur Emmanuel Levinas, à paraître à la fin du mois de juin 2018. Auparavant, je ne savais que très peu de choses sur lui. Ce qui m’a retenu chez cet écrivain, plus littéraire que philosophe mais doté d’une incontestable profondeur, c’est son amitié avec Levinas et l’aide vitale qu’il lui a apportée concernant sa femme et sa fille durant l’Occupation.

Depuis, j’ai reçu une demi douzaine de recueils et d’œuvres de cet auteur. Je m’y suis mis aussitôt, mais ce fut un mauvais début puisque je me suis lancé dans une lecture mal préparée de Thomas l’obscur, un livre qui est resté encore plus obscur pour moi après l’avoir lu de la première à la dernière ligne… Pourquoi cette rencontre ratée ? Probablement à cause de l’imaginaire dans lequel se développe ce petit ouvrage. Songez donc : je n’ai même pas pu accrocher une idée-force qui m’aurait servi pour faire une critique. J’ai donc benoîtement renoncé, jusqu’au moment où mon choix s’est heureusement porté sur Le livre à venir que j’ai dévoré avec l’impatience qu’on peut deviner…

Lire la suite

14:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/06/2018

Mais pourquoi donc l’image D’Israël s’est elle tant dégradée?

  

Mais pourquoi donc l’image D’Israël s’est elle tant dégradée?

Oui, pour quelles raisons l’opinion publique mondiale s’est-elle rangée aux côtés des détracteurs de l’Etat juif ? Je voudrais dire d’emblée que je ne vais pas adopter le style journalistique habituel qui sautille sur les problèmes au lieu de tenter de les traiter en profondeur ; j’adopte, comme à mon habitude l’approche du philosophe-historien qui cherche à comprendre, qui réfléchit et ne distribue ni blâme ni satisfecit…

La dégradation de cette image d’Israël ne date pas d’hier ni d’avant-hier. Elle remonte à beaucoup plus loin, en raison d’une multitude de facteurs qui touchent tant la nature ou l’essence du judaïsme qu’au rôle généralement attribué aux juifs dans la marche de notre monde. En d’autres termes, il faut creuser profond pour comprendre et remonter pratiquement aux premiers siècles de l’ère chrétienne lorsque les Judéens furent défaits par les légions romaines, déportés aux quatre coins de l’univers et leur capitale, résidence de leur Temple, Jérusalem, mise à sac et n’a plus connu de souveraineté juive que près de deux millénaires plus tard. Autant que la durée totale de cet interminable exil… De l’an 70 de notre ère à 1947/48, voire à juin 1967, deux millénaires se sont écoulés.

Lire la suite

21:02 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

05/06/2018

I24NEWS la petite chaîne qui monte, qui monte…

I24NEWS la petite chaîne qui monte, qui monte…

Je suis particulièrement heureux d’évoquer, pour nos lectrices et lecteurs, le cas de cette chaîne de télévision, la première chaîne francophone d’Israël qui fête son cinquième anniversaire et que j’ai découvert, pour ainsi dire, presque par hasard.

Je m’en souviens comme si c’était hier : la guerre entre Israël et le Hamas de Gaza faisait rage et j’étais extrêmement triste et même choqué de constater le traitement tendancieux et anti-israélien des journaux télévisés en France. A force de zapper pour trouver autre chose, j’ai d’abord trouvé les canaux arabes du Proche Orient et cela n’a fait que renforcer ma frustration, lorsqu’enfin je tombai sur une chaîne qui, naturellement m’a retenu. Pensez donc, je n’avais même pas encore découvert le logo, tout petit en bas, à gauche de l’écran I24 ! Pour la première fois, depuis le début de cette guerre qui dura plus de cinquante jours, je me sentis très à l’aise. En regardant d’un peu plus près, je vis que j’avais affaire à cette chaîne francophone d’Israël… Quelle joie profonde, en dépit de très sombres nouvelles ! Quelle forte recherche d’objectivité pour que les téléspectateurs ne pensent pas qu’ils ont affaire à une officine de propagande. Bref, une télévision selon mon cœur, de bon niveau et fiable, ne diffusant que des nouvelles équilibrées et vérifiées. Du vrai travail de professionnels.

Lire la suite

17:44 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

30/05/2018

LA VENGEANCE DE L IRAN

 

La vengeance de l’Iran

Chacun connait bien l’adage suivant : la vengeance est un plat qui se mange froid. A l’évidence, le régime des Mollahs ne pouvait pas demeurer inerte alors que l’Etat hébreu avait, à maintes reprises, porté atteinte à ses bases en Syrie, éliminant un certain nombre de ses ingénieurs militaires et de ses hommes de troupe, notamment la brigade dite d’élite, Al=Qudsh. Ne pouvant pas affronter directement Israël, sans s’exposer à des représailles encore plus sévères, le pays a instrumentalisé les forces terroristes de Gaza, allumant ainsi un front qui n’est jamais totalement calme.

Si la flambée d’hier s’explique, elle n’en demeure pas moins problématique et surtout préoccupante pour Tsahal, qui, sans avoir été vraiment surpris, n’en a pas moins été pris au dépourvu. Il faut que l’Etat major se penche sur cette absence de prévision, de même qu’il doit porter remède aux défauts de la barrière séparant la zone côtière de la frontière avec Israël : le Hamas a diffusé l’infiltration de certains de ses commandos qui ont provoqué un incendie en territoire israélien.

Certes, Tsahal a la situation bien en main, mais ce genre d’infiltrations représentent un grave danger pour la sécurité des civils comme des militaires : les premières implantations israéliennes sont à peine à quelques centaines de mètres de la frontière et on sait ce qui arriverait si les terroristes réussissaient à kidnapper un soldat ou un civil…

Mais revenons au rôle de l’Iran car, en soi, le Hamas a déjà perdu la partie puisqu’ils se trouve dans une impasse avec une population qui souffre des pénuries et surtout du chômage et du désœuvrement. Certains journalistes israéliens ont émis l’idée que des Palestiniens confrontés à la misère et à la pénurie s’infiltrent en Israël dans l’espoir d’être fait prisonniers, de profiter des conditions de détention sur place et surtout de permettre à leurs familles, restées sur place, de percevoir une allocation due aux prisonniers… On se souvient que même le président Trump avait sérieusement morigéné Mahmoud Abbas sur ce point, exigeant qu’il cesse de donner de tels subsides qui ne sont rien d’autre qu’un financement indirect du terrorisme avec des fonds reçus de l’ONU ou de lUE…

L’Iran des Mollahs finance le Hamas et le Djihad islamique qui ont tous deux joué leur rôle hier et avant-hier. L’Iran ne pouvait pas faire appel au Hezbollah qu’Israël n’aurait pas hésité à châtier très sévèrement, en cas de récidive. S’il est un front sur lequel jamais plus Tsahal ne sera pris au dépourvu, c’est bien le front nord. Ajoutez à cela que la milice chiite libanaise est affaiblie après plusieurs années de combats sanglants contre Daesh en Syrie, voire en Irak et même au Yémen.

Gaza était donc tout indiquée pour s’en prendre à Israël. La technique des cerfs volants incendiaires ou bourrés d’explosifs, provient d’Iran et de ses instructeurs militaires. Téhéran ne pardonne pas à Israël de renforcer la main des partisans des sanctions économiques les plus dures qui soient. Les Mollahs sont gaganés par la haine anti israélienne mais ils ne sont pas fous. Ils savent que nul, pas même l’Europe, ne peut isoler la superpuissance US ni contourner son embargo. Le Guide suprême le sait bien, d’où son exigence, difficile à satisfaire,de recevoir des garanties de la part des Européens par lesquelles iils s’engageraient à s’opposer aux USA, coûte que coûte. C’est impossible, pas uniquement pour des multinationales comme Boeing qui ont déjà obtempéré mais aussi pour Total ou Airbus. En mettant le feu aux champs de blé ou de céréales en Israël, l’Iran se venge, mais cela représente une goutte d’eau dans un océan de richesse et de prospérité. Là où l’Iran provoque des piqures de moustiques, Israël développe les meilleures start ups au monde : ses avions civils ou de combat sont à la pointe alors que Téhéran n’a pas pu renouveler sa flotte aérienne depuis des lustres. La monnaie nationale perd chaque jour un peu plus de sa valeur alors que le shékél figure dans le peloton des monnaies les plus fortes et les plus stables. Israël pourra marchander son gaz naturel sans difficulté, au point de pouvoir, à terme, fonder des fonds souverains… Et le boycott, lancé contre certains de ses produits n’affecte nullement sa vigueur.

La suite des événements ne manquera pas d’être éclairante : est ce que les Gardiens de la révolution ont voulu livrer un simple baroud d’honneur ou envisagent ils au contraire une confrontation de plus grande ampleur ; et dans ce cas, Tsahal n’aura d’autre solution que de chasser ces troupes de Syrie par la force. Tsahal en a la capacité surtout si Poutine continue de jouer ce jeu ambigu consistant à être du même côté que l’Iran tout en laissant à Israël les mains libres dans le ciel syrien. On dit même que Russes et Américains seraient en train de s’entendre pour obtenir l’évacuation des troupes étrangères de Syrie ou au moins leur refoulement à près de cinquante km du Golan.

En fait, certains événements apparemment extérieurs ne vont pas manquer de peser… c’est tout d’abord l’entrée en action des sanctions, notamment dans le secteur bancaire en août et dans la vente du pétrole que les Iraniens ne pourront plus faire à leur guise, et, de manière plus indirecte, le résultat du sommet Kim Jong Un et Trump. Si le président US revient victorieux de Singapour, ce sera un très mauvais signal pour Téhéran qui sera privé d’un allié très utile et aussi d’un fournisseur apprécié…Or, il semble bien que le dirigeant nord coréen veut négocier…

Reste une inconnue, l’attitude Européens. Tant aux USA q’en Israël, les voix s’élèvent contre le tropisme pro iranien de l’UE qui pratique une  politique à courte vue, favorisant exclusivement les échanges commerciaux avec un Iran en voie de nucléarisation.

Les amis d’Israël ne se sont pas encore remis du traitement des événements de Gaza dans la presse, notamment française.

Attendons donc et prions pour la paix dans une partue donde qui semble l’avoir désertée depuis un certain temps.

 

 

 

 

 

18:04 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

28/05/2018

Le terrier de Franz Kafka (Editions Gallimard)… une étrange nouvelle

Le terrier de Franz Kafka (Editions Gallimard)… une étrange nouvelle

Voila une nouvelle de Kafka, la toute dernière avant sa disparition due à la tuberculose en 1924, qui m’a donné du fil à retordre, si l’on veut bien me passer cette expression. Après une lecture très attentive, tant la nature même de ce narrateur-constructeur m’a constamment dérouté, j’ai cherché à construire (je dis bien que c’est une construction intellectuelle de ma part, et peut-être absolument étrangère à l’esprit même de son concepteur) un ensemble intelligible, logique, à l’aide de références autobiographiques, disséminées dans le texte. J’en ai trouvé quelques unes qui ramènent à deux éléments fondamentaux dans l’existence même de Kafka, et qui en appellent tant au conscient qu’à l’inconscient : sa judéité et sa maladie qui l’emportera en 1924 et qui fut diagnostiquée dès 1917. Je le souligne encore une fois : il se pourrait bien que je me trompe, mais je me demande aussi vraiment si Kafka a voulu respecter les normes d’une nouvelle, logique avec un début et une fin… D’ailleurs, le récit s’arrête de manière abrupte, sans avoir de fin… C’est donc une œuvre inachevée, comme toute œuvre humaine conditionnée par notre nature mortelle.

Encore un détail qui renforce bien involontairement mon désarroi d’interprète-commentateur : par le hasard des envois des éditeurs et l’ordre chronologique de mes lectures, avant de me mettre à l’étude du Terrier (traduction nouvelle par Jean-Pierre Verdet, Gallimard, 2018), j’avais achevé la lecture non moins intrigante de Thomas l’obscur de Maurice Blanchot (également paru chez Gallimard). Je sortais donc d’un livre frappé du coin de l’imaginaire et du fantastique, des pensées morbides, mortifères de l’auteur, pour sauter dans un autre monde symbolique, kafkaïen, tout aussi pénible : j’allais donc de Charybde en Scylla… Cela m’a tellement affecté que j’ai renoncé à parler de cette longue nouvelle de Blanchot, en me promettant de réserver un meilleur sort à ses autres œuvres qui sont entre mes mains.

Lire la suite

13:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/05/2018

Dieu, quelle place dans la cité? (Colloque d'Aix en Provence, XVIe nuit de la philosophie)

Dieu, quelle place dans la cité?

Tel est l’intitulé du colloque, organisé le 24 mai au soir, lors de la nuit de la philosophie, par Madame Paule Henriette Levy, la talentueuse directrice de le RCJ et responsable de l’action culturelle du FSJU. Il s’agit de la seizième édition de cette sympathique rencontre qui se tient à Aix en Provence, dans les locaux de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix en Provence, sous les auspices du centre culturel Darius Milhaud. L’amphithéâtre universitaire où tous les orateurs ont parlé, est une ancienne chapelle aménagée pour ce nouvel usage mais tout en conservant de splendides peintures murales et une très bonne acoustique.

On conviendra aisément que le sujet -la place de Dieu dans la cité- était très vaste et que nous n’étions pas de trop pour tenter de la cerner : étaient présentes Mesdames P-H. Levy et Perrine Simon-Nahum, qui animaient les deux tables rondes qui se sont succédées, séparées par un buffet très bienvenu , offert dans la cour de l’Institut. Les participants étaient Messieurs Dan Arbib, Nicolas Baverez et Hakim Al-Karaoui. L’auteur de ces lignes a eu l’honneur de prendre part à la première table ronde, en fait un agréable échange de vues avec Me Paule Henriette Lévy qui fut, aux côtés de la responsable du centre culturel juif d’Aix en Provence, la puissance invitante…

Comment parler de la place de Dieu dans la cité, près d’un siècle après le cri lancé par Fr. Nietzsche dans son livre, Ainsi parlait Zarathoustra qui parodie, comme chacun sait, le style biblique : Dieu est mort…Qu’est ce qui se cache derrière cette formule à l’emporte-pièce et volontairement si provocante ? Que faut il en déduire ? C’est le terme d‘un processus de désenchantement du monde (Entzauberung der Welt), d’une expulsion de Dieu comme l’autorité suprême de l’intelligibilité de l’univers, c’est une manière de rejeter la férule tyrannique de l’Eglise chrétienne, surtout catholique, car dans le cas de l’Allemagne, l’advenue de la religion évangélique a libéré les esprits et s’est caractérisée par une grande liberté dans la critique textuelle des textes bibliques et évangéliques révélés ou prétendus tels. Dieu, considéré durant tout le Moyen Age de l’Europe chrétienne comme le créateur des cieux et de la terre, par sa simple volonté et son Verbe créateur à nul autre pareil, tandis que la science qui le constitue en objet, la théologie, se voyait promue au rang de reine des sciences : la critique de ce système est nettement perceptible dans la première partie du Faust de Gœthe, notamment dans le Prologue au ciel, où le héros, revenu de tout et ne croyant plus en rien, dit avoir tout étudié, toutes les sciences, y compris le droit et, pour couronner le tout, la théologie, censée donner un sens ultime, voire insurpassable au monde et aux hommes qui l’habitent.

Lire la suite

15:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook