08/01/2018

La disparition de France GAll: qu’est ce que l’âme d’une nation?

La disparition de France GAll: qu’est ce que l’âme d’une nation?

La nouvelle, tout à fait inattendue, a pris tout le monde de court, à l’exception des amis proches et des membres de la famille, conscients de la grave maladie dont elle souffrait. Dimanche, France Gall, cette chanteuse populaire qui avait presque épousé l’âme de la nation française et francophone, s’en est allée. Il nous reste ses chansons et des épisodes d’une vie d’où de graves épreuves furent loin d’être absentes.

Pourtant, tous, je dis bien nous tous, avons fredonné un de ses airs qu’elle avait chantés avec tant de succès. Et ce qui nous préoccupe ici ce ne sont pas ses talents musicaux que nul ne peut contester, mais bien la rencontre avec toute une nation qui vit cette disparition un peu comme la mort d’un être cher, d’un être proche, d’un membre de sa propre famille. La même sensation, à un degré encore plus fort, fut éprouvée lors de la mort de Johnny, véritable ambassadeur, trésor vivant du bonheur de vivre français. Un artiste qui n’avait ni diplôme ji haut fait à son actif, si ce n’est –et ce n’est pas rien- avoir accompagné des millions de gens dans les moments de bonheur ou de tristesse de leur vie, s’être fait l’instrument de leurs sentiments, leur avoir donné force et vie. Et cela n’a pas de prix, car à leur mort, ces gens donnent l’impression que notre monde est dépeuplé, notre jardin secret saccagé par les aléas de l’existence. Au terme de toute vie, il y a la mort.

Lire la suite

10:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/01/2018

La rage d’une certaine Amérique à l’égard de Donald Trump…

La rage d’une certaine Amérique à l’égard de Donald Trump…

Voilà une frange de cette Amérique de la côte est qui ne renonce pas ni ne renoncera jamais, à en croire l’engouement, le succès de librairie de ce livre (Fire and Fury) qui reprend pour titre une expression lancée par le président lui-même contre son homologue de Corée du nord.

Avant d’aller plus avant, signalons les rétropédalages de la presse qui souligne depuis hier soir les limites rédactionnelles d’un journaliste (que je ne connaissais pas) qui n’en est pas à son coup d’essai. Certains reconnaissent qu’il aurait (je dis bien aurait) tendance à un peu enjoliver les choses et à les tirer dans le sens qu’il souhaite. Je l’ai entendu dire à la télévision hier soir, en substance : il est clair qu’après la parution de ce livre (le sien) Donald Trump sera obligé d’interrompre son mandat… Je ne sais pas s’il le pensait vraiment mais voilà un excellent argument pour la promotion des ventes. Ce qui n’a pas manqué d’arriver. Mais cela durera t il ? L’avenir, très proche, nous le dira. Mais je suis pour la liberté de la presse et chacun a le droit d’écrire, tant qu’il ne tombe pas dans la calomnie.

Mais penchons nous une nouvelle fois sur cette haine, ce rejet passionnel par une certaine Amérique de son nouveau président, qui vient tout juste de passer sa première année à la Maison Blanche…

Lire la suite

10:49 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook

06/01/2018

Le sultan R.T Erdogan, un prince de l’arrogance à Paris…

Le sultan R.T Erdogan, un prince de l’arrogance à Paris…

On se souviendra de cette visite comme d’une prouesse diplomatique de très haut niveau, effectuée avec un certain succès par le président de la République. En effet, celui-ci était à la peine. Et cela se voyait, même sans lunettes. D’un côté, un visiteur arrogant, tutoyant les journalistes, prétendant leur apprendre leur métier, cherchant à les déstabiliser, de l’autre un président français cherchant ses mots avec soin mais disant les choses, notamment en ce qui concerne les droits de l’homme, la liberté des journalistes et son verdict sur les efforts de la Turquie pour rallier l’Union Européenne : c’est fini, le projet est mort et enterré. Les Turcs peuvent et doivent donc se contenter d’une sorte de clause de la nation la plus favorisée et de rien de plus. Certes, E. Macron n’est pas le premier à l’avoir annoncé orbi et orbi, il a été précédé par la chancelière Merkel, absolument inaudible ces temps ci… Il faut, disait-elle, geler les pourparlers, pourtant elle a abrité chez elle des millions de citoyens turcs dont une forte proportion a la double nationalité……

Lire la suite

08:59 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

05/01/2018

Les marchands et le temple de Giacomo Todeschini (Albin Michel)

Les marchands et le temple de Giacomo Todeschini (Albin Michel)

Vous aurez tous reconnu ce que cache ou cherche à révéler ce titre : les marchands du Temple, allusion évidente à la scène des Evangiles où Jésus chasse les marchands du temps qui désacralisaient l’élévation et la vocation spirituelles du sanctuaire de Jérusalem. Mais il y a aussi un sous-titre car le livre est une contribution sérieuse à la question des rapports entre l’institution ecclésiastique et tout ce qui représente ou symbole l’argent ici-bas : la puissance temporelle, le confort matériel, l’aisance, une belle existence dans ce monde de misère où nous serions condamnés à vivre. Voici donc ce fameux sous-titre : La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse du Moyen Age à l’époque moderne ! Vaste programme.

Il s’agit donc de définir où passe la ligne-frontière entre les besoins du mercantilisme et les exigences morales. C’est un peu la définition d’une éthique des affaires… A-t-on le droit de poséder ? A ce sujet, l’auteur cité un verset de la seconde épître de Paul aux Corinthiens (II, 6 ;10) glorifiant ces hommes qui n’ont rien mais qui possèdent tout… Subtile distinction entre avoir et posséder.

Lire la suite

09:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/01/2018

Iran: les raisins amers d’une politique extérieure aventureuse

Iran: les raisins amers d’une politique extérieure aventureuse

Sans faire preuve d’une immodestie qui ne serait pas de mise ici, il faut bien reconnaître qu’on a été le premier ou parmi les tout premiers à parler des troubles en Iran et de leur lourde signification pour le régime actuel. Mais j’avais omis, par ignorance, le rôle joué par l’importante colonie iranienne des USA qui sont en contact constant avec leurs proches restés au pays. C’est mon ami, Monsieur Xavier MUSCA qui a amicalement attiré mon attention sur ce point crucial… En effet, grâce à ces citoyens US d’origine iranienne, on ne dépend plus d’une information exclusive du régime, qui est nécessairement biaisée.

Pourquoi revenir sur des événements qu’on a déjà traités ? Pour la bonne raison que la contestation prend des formes multiples et que le pouvoir lui-même, atteint dans son cœur, hésite sur les moyens à utiliser pour ramener le calme. La preuve en est les longues journées mises à profit avant que l’autorité suprême de ce pays ne réagisse. Et surtout, après plusieurs décennies d’une chape de plomb, les Iraniens, notamment les femmes, se soulèvent et ne veulent plus vivre sous la contrainte.

Lire la suite

09:07 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

02/01/2018

Charles DOBZINSKI, Je est un Juif, roman (Gallimard / Poésie)

 

Charles DOBZINSKI, Je est un Juif, roman (Gallimard / Poésie)

Connaissiez vous ce poète, né dans une petite bourgade polonaise en 1929 et mort à Paris en 2014 ? J’avoue, pour ma part, n’en avoir jamais entendu parler, jusqu’au jour où les éditions Gallimard, connaissant mon intérêt pour certaines œuvres, me fit parvenir ce recueil de poèmes que j’ai lu avec une grande attention. Déjà le titre m’avait intrigué car je m’attendais à lire l’intitulé suivant : Je suis Juif alors que le titre est plutôt : Je est Juif un, roman…

Pourquoi cette volonté délibérée, affichée d’emblée, de surprendre ? C’est que ce poète, à la fois traducteur, écrivain, directeur de revue (Europe, notamment) ami d’Aragon, de Paul Eluard et de tant d’autres, amoureux de la langue française, sa seule et unique patrie, a eu une vie des plus inhabituelles, avec des vicissitudes qui ne s’expliquent que par un fait, apparemment anodin mais bien loin de l’être, une naissance juive, bercée par une langue juive de sa Pologne natale, le yiddish. Dans l’un de ses poèmes, parmi les plus poignants, il évoque sa mère, assise à sa machine à coudre, fredonnant des airs ou récitant des poésies d’auteurs yiddishs.

Lire la suite

16:25 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

01/01/2018

Qu’est-ce que le temps? Réflexions sur le passage à la nouvelle année: les lendemains sérieux d'un réveillon...

Qu’est-ce que le temps? Reflexions sur le passage à la nouvelle année

Nos contemporains ne se doutent nullement de la complexité de la problématique, qui se réduit à leurs yeux à un phénomène naturel qu’on ne remarque même plus.

Comment rendre compte du temps qui passe ? Et qui passe aux yeux de qui, par rapport à qui ? Le temps existe t il ? Quel rôle joue la notion de temps dans les religions monothéistes révélées ? Quel rapport l’homme entretient-il avec ce même temps ? Le temps est-il une simple référence physique, une donnée parmi d’autres dans l’économie de l’univers ou a-t-il d’autres dimensions qui rendent nécessaire l’existence de l’Homme, d’une conscience humaine, laquelle mesure et vit intérieurement le temps qui passe et qui, du coup, n’est plus du temps mais de la durée ?

L’histoire de la philosophie nous enseigne que c’est Henri Bergson (si célèbre pour sa formule : le rire c’est du mécanique plaqué sur du vivant…) qui a arraché la notion de temps à cette définition purement mécanique qui nous vient en réalité d’Aristote et de sa Physique. En effet, dans le livre VIII de cette même Physique, le Stagirite démontre que le temps est le nombre du mouvement. C’est-à-dire qu’il le mesure ; exemple : un cycliste fait 25 km à l’heure. Le temps mesure le mouvement, le rythme auquel notre cycliste se déplace.

Lire la suite

12:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

30/12/2017

Les manifestations en Iran annoncent elles la fin du régime des mollahs?

Les manifestations en Iran annoncent elles la fin du régime des mollahs?

C’est bien la question qui se pose et qui rappelle des événements pas si lointains dans l’histoire de ce pays qui fut jadis une grande puissance respectée. Des manifestations qui ne sont pas encore des émeutes ne laissent pas de rappeler que la CIA et d’autres services spéciaux essayent depuis belle lurette de susciter des mécontentements internes, des dissensions, des luttes intestines, afin de fragiliser le régime des Mollahs de l’intérieur. On se souvient de ce qui était arrivé au Premier Ministre Mossadegh qui souhaitait réformer son pays tout en le rapprochant de l’ancienne URSS, ce que les USA ne pouvaient concevoir.

Mais revenons au présent, à l’actualité brûlante : il était prévisible que les puissances agressées in petto par l’Iran des Mollahs ne resteraient pas les bras croisés : l’Arabie, les USA, Israël et certains pays occidentaux… Comme les Mollahs sont passés maîtres dans l’art de l’exégèse, de la désinformation (ils nient toute ingérence dans les affaires du Yémen) et de la double vérité ou de la double sincérité, touchant à la duplicité, les puissances concernées ont dû s’appuyer sur des mécontentements intérieurs.

Lire la suite

10:47 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

29/12/2017

Sur les traces d’Ernest Renan (1823-1882) avec François Hartog (Gallimard)

Sur les traces d’Ernest Renan (1823-1882) avec François Hartog (Gallimard)

Renan, l’homme le plus haï mais aussi le plus adulé de France, n’est jamais entièrement oublié, tant il fait partie à la fois de la conscience mais aussi de la légende nationale. Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’auteur de la Vie de Jésus, était présent dans la bibliothèque privée de toute bonne famille française qui se respectait. Et notamment grâce à deux ouvrages qui connurent une célébrité des plus durables : la Vie de Jésus, d’une part, et Souvenirs d’enfance et de jeunesse, d’autre part. Le premier rompait frontalement avec un catholicisme un peu étroit et virant carrément au cléricalisme, comme le prouveront les armes employées par une certaine église pour réduire ses adversaires doctrinaux au silence, tandis que le second , si empreint de tendresse et de sincérité, relatait les grandes étapes d’une vie, dédiée à la science et à la recherche de la Vérité, même, ou plutôt, surtout, en matière de religion.,

Rappelons rapidement quelques faits pour nous rafraîchir la mémoire : Renan, que ses adversaires appelleront plus tard Rhénan pour lui reprocher sa coupable germanophilie intellectuelle, naquit dans un milieu breton misérable à Tréguier. Orphelin de père à l’âge de cinq ans, il reconnaîtra plus tard n’avoir pas eu d’homme dans son entourage auquel s’identifier et devoir son éducation et sa socialisation à trois femmes : sa mère, sa sœur Henriette et sa tante. La famille dispose de très peu de ressources et Renan évoquera avec amour la mémoire de sa défunte sœur, à laquelle il doit en partie sa réussite dans la capitale. Un jour, alors qu’il tentait de cacher le trou de son gilet, sa sœur fondit en larmes en le regardant faire… C’est dire dans quelle misère noire vivait cette famille monoparentale, dans une Bretagne réputée par sa pauvreté endémique et son attachement viscéral au catholicisme.

Lire la suite

16:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/12/2017

Mohammed ibn Arabi (1165-1238), le grand maître soufi de l’islam spirituel

Mohammed ibn Arabi (1165-1238), le grand maître soufi de l’islam spirituel

Né à Murcie, dans cette Espagne encore musulmane, ibn Arabi représente la tendance soufi, mystique, de l’islam. Deux chercheurs (Omar Hammami et Patricia Mons) ont fourni un beau florilège de ses poèmes mystiques tirés de son Grand Diwan. Ils les ont accompagnés de notes et de commentaires très éclairants. A la lecture, calme, sereine et pénétrante de ces poèmes, on se rend compte de la grande élévation de ce poète-théologien-mystique, mais qui était très conscient des limites de l’intellect humain et de l’investigation rationnelle. Contrairement à un autre soufi plus âgé, Abu Hamid al-Ghazali (mort en 1111), qui se mit à l’école des philosophes gréco-musulmans de son temps afin d’en détruire le plus efficacement possible les doctrines, jugées pernicieuses pour la foi islamique, ibn Arabi a opté pour une solution irénique. La légende ou un récit largement hagiographique dit même qu’il aurait assisté aux obsèques d’Averroès, philosophe accompli s’il en est, et aurait même, à cette occasion, récité une composition de son cru à la gloire du grand homme.

Lire la suite

11:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook