05/09/2017

Cerné par les «affaires», B. Netanyahou joue le peuple contre les élites… 

Est-ce un lointain effet de l’élection de Donald Trump ? Est-ce la nouvelle méthode des gouvernants, un peu partout dans le monde, lorsqu’ils sentent leur pouvoir menacé, pour de bonnes ou de moins bonnes raisons ? Quoi qu’il en soit, on voit se profiler ces dernières semaines en Israël un empressement du Premier Ministre à mobiliser autour de sa personne tous ses alliés et ses partisans. Il a commencé par un imposant rassemblement des membres de son parti et de ses sympathisants à Tel Aviv et il a rendu visite par deux fois aux habitants du sud de Tel Aviv qui se sentent oubliés et abandonnés, envahis par des Africains, rendant leur vie quotidienne des plus malaisées.

Tous ces actes isolés se recoupent quand on les met bout à bout, ils laissent apparaître une stratégie aux contours clairs : jouer le corps électoral, le peuple, vivant dans des conditions difficiles, contre des élites, des journalistes, notamment, coupés des réalités et désireux de mettre fin à un régime, pourtant couronné de succès. Jalousie, envie, rancune, haine partisane, qui sait quoi d’autre ?

Lire la suite

09:43 Publié dans Israël | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

04/09/2017

Le NEIN/NIET à la Turquie d’ Angela Merkel

Ce matin, en découvrant la nouvelle formule très prometteuse de www.i24news.tv/fr, j’ai eu le plaisir d’entendre Angela Merkel, suivi par son challenger Martin Schultz, dire que la Turquie n’avait définitivement pas sa place dans l’Union Européenne et qu’elle allait se concerter avec ses partenaires de l’Union pour mettre un terme officiel aux pourparlers d’adhésion. Enfin une dirigeante courageuse qui n’a pas peur et ne recule pas devant un satrape qui se prend pour un sultan, du style de Soliman le magnifique. Monsieur Erdogan croit que ses janissaires font le siège autour de Vienne, comme il y a plusieurs siècles. Je ne fais pas preuve de sévérité excessive mais je fais la part des choses.

Lire la suite

14:14 Publié dans Allemagne, Europe, Turquie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

03/09/2017

Le drame français II :  une débauche de débats et d’émissions politiques… 

Ce n’est contradictoire qu’en apparence : les Français détestent les hommes politiques mais ne peuvent se passer de débats politiques. C’est devenu leur drogue nationale quotidienne. Il suffit, pour s’en convaincre, de relever le nombre d’émissions politiques nouvelles, prodiguées autant par les radios que par les télévisions. Et qui trouvent généralement preneurs. Pourtant, rares sont celles qui tiennent ce qu’elles promettent. Pourquoi ? Pour la bonne raison que les émissions ne sont pas bien préparées, que les participants usent le plus souvent de la langue de bois et aussi parce que certains tabous (l’immigration non-chrétienne et non-européenne, la place de certaines religions dans la société française et aussi la perte de l’homogénéité de cette dernière, etc…) ne sont jamais évoqués.

Cette avalanche de débats renforce le désarroi au lieu de contribuer à éclairer les gens, à les former politiquement : l’abondance n’a jamais remplacé la qualité. Je sais, abondance de biens ne nuit point, mais on ne parle pas de la même denrée. En fait, les Français expriment, par cette boulimie, une insatisfaction profonde ; ils veulent qu’on parle de leurs vrais problèmes, pas uniquement ceux de la vie quotidienne (qui sont, certes, très importants), mais aussi de leur avenir sur le long terme, par exemple : A quoi ressemblera leur pays dans dix ou vingt ans, quelle place occupera la laïcité dans leur vie quotidienne, leurs conditions de vie seront elles meilleures que celles de leurs parents et grands parents ou, au contraire, pires…

Lire la suite

20:50 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/09/2017

Le drame français 

C’est plutôt triste de devoir faire un tel constat le jour même de la rentrée générale, un 1er septembre ! Nous ne parlerons pas du suicide français car le titre est déjà pris et surtout parce notre propos s’oriente différemment. Il ne s’agit pas ici de critiquer ce qui se fait ou ne se fait pas, il s’agit d’analyser l’opinion que les habitants de ce pays se font d’eux-mêmes. Ce qu’ils croient être encore, ce qu’ils imaginent et comment cet imaginaire se fracasse au premier contact avec le réel.

Le pessimisme, le «déclinisme», le spleen ne sont pas mon fort. Mais j’avoue que les débats occasionnés par la publication (enfin) des ordonnances concernant la loi travail sont assez édifiants. Voici une série d’ordonnances que je ne suis pas en mesure d’analyser faute de compétence mais dont je peux comprendre l’utilité, malgré quelques imperfections puisque la perfection n’est pas de ce monde… Mais la France contemporaine se penchera-t-elle un jour, enfin, sur sa vraie valeur ?

Lire la suite

10:33 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

31/08/2017

La visite du Secrétaire général de l’ONU au Proche Orient, un numéro (risqué) d’équilibriste 

Il est des hommes qui ne font ni bien ni mal, qui veulent donner l’impression d’agir mais qui ne trompent personne : leur volonté manifeste de se tenir à équidistance des extrêmes les condamne à l’inaction. Partout où ils vont, ils répètent ce qu’ils ont dit ailleurs ou la veille au soir. Ce qui change, c’est simplement l’orientation de leurs propos, qu’ils accommodent selon le sens souhaité par leurs auditeurs.

Vous l’avez aussitôt reconnu, je parle précisément de l’actuel secrétaire général de l’ONU, l’ancien premier ministre du Portugal, qui, en Israël, comme à Gaza ou à Ramallah, a tenté de ménager la chèvre et le choux. Le résultat est évidemment qu’il n’a satisfaite aucun des deux cas. Comment voulez-vous que l’ONU soit prise au sérieux ?

Lire la suite

19:18 Publié dans Israël, Nations unies, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/08/2017

L’affaire des dépouilles retenues par le Hamas : L’Etat d’Israël pris entre deux impératifs

La démission du haut fonctionnaire israélien chargé de négocier le rapatriement des  soldats, morts ou encore en vie et retenus par le mouvement islamiste Hamas,  a mis le feu aux poudres. Toute la presse israélienne en a fait ses gros titres. En effet, l’Etat juif, et tout spécialement son armée, sont pris, pour ainsi dire, entre deux feux : l’un est d’ordre sécuritaire exclusivement, l’autre d’ordre éthique, ce qui veut dire qu’il touche aux principes mêmes gisant au fondement de l’Etat juif. Qu’est-ce à dire ?

Tout simplement que les principes moraux justifiant la création, le maintien et la défense les armes à la main de cet état si contesté par ses ennemis, sont en jeu. Et si Israël ou son armée ne les respectait plus, la légitimité d’un tel Etat, juif et agissant conformément aux exigences ethico-religieuses du judaïsme, serait contestée. Que faire ? Sacrifier les principes moraux sur l’autel sécuritaire ou privilégier la force de l’Etat, envers et contre tout ?

Lire la suite

12:29 Publié dans Israël | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

27/08/2017

Bachar el Assad et la Syrie de demain 

Certains parlent d’une véritable résurrection, d’un phénix renaissant de ses cendres, d’autres jugent avec dégoût qu’il n’est pas digne de voir la lumière du jour, tant il a causé de malheurs et de destructions : plusieurs centaines de milliers de morts et des millions des déplacés. Ce qui a fait du peuple syrien un peuple éclaté, dispersé sur toute la surface du globe, une véritable diaspora. Mais les observateurs attentifs et impartiaux mettent de côté leur légitime indignation pour ne s’attacher qu’à la saisie de ce phénomène politique rare.

Voyons cela de plus près, à savoir comment un jeune étudiant en ophtalmologie à Londres, timide et réservé, sans aucune expérience politique et peu destiné à jouer le moindre rôle politique a sauvé sa vie et son pouvoir présidentiel, alors qu’on ne donnait plus très cher de sa peau.

Lire la suite

14:54 Publié dans Politique, Syrie | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

26/08/2017

L’Europe a-t-elle encore un avenir ?

L’Europe a-t-elle encore un avenir ?  Telle est la question de plus en plus angoissante que les gens se posent dans le vieux continent, menacé par d’incessantes arrivées de migrants et de réfugiés et hanté par des attaques au couteau quasi quotidiennes, à Paris,  Bruxelles, Barcelone, Berlin, Hambourg, Milan,  Londres, Rotterdam, Turku, Helsinki et ailleurs.

Il y tout juste deux ans, la vieille Europe croyait que ces attaques ne concernaient que Tel Aviv, Haïfa ou Beersheba, à savoir les cités israéliennes. Les gouvernements européens découvrent avec stupéfaction que cette maladie est mondiale et que nul n’est à l’abri. Comment en sommes nous arrivés là ?

Lire la suite

10:59 Publié dans Europe, Islam, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/08/2017

 France : les aléas de toute présidence jupitérienne…

Je me demande vraiment à quoi pensait l’actuelle président de la République en énonçant cette phrase dont le contenu va lui causer quelques désagréments tout au long de son mandat élyséen. C’est étrange, comme l’entrée à l’Elysée change les hommes, tous, à l’exception peut-être du général de Gaulle qui n’eut nullement besoin de se déguiser en chef des armées, il l’était déjà naturellement et professionnellement.

L’exercice du pouvoir, nous dit-on, change un homme, le révèle tel qu’il est en ses profondeurs les plus intimes. Et le résultat n’est pas toujours engageant. On l’a vu avec le prédécesseur immédiat de l’actuel président : et qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Quand on veut le pouvoir et qu’on finit par le conquérir (et après tout certains sont faits pour cela) on devrait prendre un peu de distance et ne pas s’en nourrir car cela ne dure qu’un temps et après on a rendez-vous avec le dégrisement, la solitude et la fin… réservée aux simples mortels que nous sommes.

Lire la suite

12:29 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

18/08/2017

Al-Jazeera et l'arc prochiite du Qatar

A ses débuts, cette chaîne de télévision, surgie au Qatar il y a déjà quelques années, fut saluée par l’ensemble de la profession mais devint très vite la bête noire des régimes arabes les plus dictatoriaux. Cet organe de presse adopta les mêmes méthodes que les journalistes anglo-saxons vis-à-vis des hommes politiques. Des questions embarrassantes leur étaient posées et les journalistes ne se contentaient pas de faux fuyants. Mais avec le temps, les autorités se mirent à instrumentaliser la chaîne, en privilégiant les gouvernements amis et en dénonçant les autres, c’est-à-dire tous ceux dont la politique ne convenait pas au régime qatari.


Du coup, le monde arabo-musulman se divisa en deux camps opposés : ceux qui admettaient la chaîne et y trouvaient leur compte et ceux qui se sentaient insultés et maltraités par elle. Ces dissentiments commencèrent à se faire sentir d’abord en Egypte, sans même parler de la Syrie d’Assad dont les massacres étaient régulièrement dénoncés. Le régime du maréchal al-Sissi n’hésita pas à arrêter des journalistes, même titulaires d’une double nationalité et à intenter des procès à des correspondants de la chaîne présents sur place et dont l’orientation lui déplaisait.

Lire la suite

09:17 Publié dans Information, Proche-Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook