21/05/2008

POURRONS NOUS ENCORE MANGER DU POISSON ?

 

 

  POURRONS NOUS ENCORE MANGER DU POISSON ?
    Oui, aurons nous encore la possibilité de manger du poisson, cet met si nécessaire à l’équilibre alimentaire des adultes comme des enfants ? Ce ne sont pas les ressources halieutiques qui sont en cause, mais le prix des hydrocarbures, en l’occurrence le gasoil qui a presque doublé ! En effet, les marins pêcheurs vont chercher le poisson en haute mer, ils partent tôt le matin, certains reviennent au soleil couchant, d’autres, disposant d’un plus grand armement, partent pour des semaines…
    On sait que certains d’entre eux bloquent aujourd’hui des ports, voire des raffineries, ce qui est déplorable dans les coutumes sociales françaises. Nous n’avons rien contre les revendications catégorielles, surtout lorsqu’elles sont légitimes comme dans le cas présent, mais on ne devrait pas bloquer les raffineries. Car, demain, pourquoi pas les boulangeries, les pharmacies, pour faire plier un gouvernement quel qu’il soit… Mais passons.
    Le ministre de l’agriculture et de la pêche a pris les choses en main ; il a prévu un plan d’aide de 310 millions d’Euros dont seulement 230 millions ont reçu l’aval de Bruxelles. L’essentiel de cette aide doit contribuer à la modernisation de la flottille. C’est un pas important fait dans la bonne direction.
    Ce qui m’inquiète le plus, c’est le renchérissement du prix du poisson. Certains marchés parisiens vendent la sole aux cent grammes ! Sur la côte normande, à Deauville, une excellente brasserie, réputée pour ses poissons et fruits de mer, propose  la sole à … 45 euros !! Hier soir à Paris, dans un  petit restaurant de bonne qualité où j’ai mes habitudes, le chef est venu s’excuser de proposer la sole à un tel prix, littéralement exorbitant. Nous nous sommes rabattus sur la daurade, tout aussi bonne mais bien plus abordable.
    Mais je relève que si ce phénomène s’amplifie, bien des foyers modestes en seront réduits au poisson pané, ce qui n’est pas acceptable. Et que peuvent faire les gouvernements, quels qu’ils soient, là contre ? Rien.

 

09:48 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

14/05/2008

Que penser des OGM ?

 

 

   Que penser des OGM ?
           Ces organismes génétiquement modifiés qui font couler tant d’encre mais aussi de salive plongent tout le monde dans la perplexité, voire dans l’embarras. Et le dernier en date n’est autre que le gouvernement français dont le texte de loi, pourtant âprement discuté pendant des mois, a été rejeté par l’Assemblée Nationale  à… une voix de majorité ! 136 contre 135, deux députés de l’UMP, le parti majoritaire, ayant opté pour l’abstention…
            Franchement, n’étant pas un scientifique, je n’ai pas d’opinion arrêtée sur les OGM. Même les scientifiques sont partagés : certains pensent que les OGM ne présentent aucun danger pour la santé publique, qu’il convient de nourrir l’humanité dans les décennies à venir et que la recherche, en tout cas, doit se poursuivre afin de ne pas accumuler les retards…
A ces derniers,  les adversaires des OGM répondent qu’ils ne relayent en réalité que les arguments des lobbys des semenciers, que les OGM contaminent d’autres parcelles, saines, même situées à des kilomètres et que c’est mettre en danger la vie d’autrui, en tout cas, la santé publique, que de poursuivre dans cette voie…
Ce qui frappe, on ne peut le nier, c’est l’inquiétude des députés UMP qui redoutent les réactions de leurs électeurs et se montrent, pour certains d’entre eux, peu enthousiastes à voter un texte si controversé.
Que faire ? Je l’ignore. Mais le gouvernement, lui, sait ce qui lui reste à faire : dès aujourd’hui ou demain, la Commission paritaire va se réunir (7 députés et 7 sénateurs) pour décider de la suite. Qui sera sans surprise puisque  l’UMP est largement majoritaire.
Ce qui est incontestable, c’est de poursuivre encore et toujours la recherche en s’entourant du maximum de conditions de sécurité.

 

09:24 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

15/04/2008

La crise alimentaire mondiale


  La crise alimentaire mondiale

Le monde risque de se retrouver, dans un avenir prévisible, face à une crise de grande ampleur, comparable à l’épidémie du sida ou à celle de la vache folle, si rien n’est fait. Là, il s’agit de nourrir la planète et d’empêcher que des centaines de millions d’hommes ne souffrent de malnutrition, voire de famine.
Comment en sommes nous arrivés là ? On se pose rarement ce genre de questions, et pourtant c’est une telle réponse qui pourrait nous préserver de catastrophes à venir…
Le renchérissement des matières premières, joint à la hausse vertigineuse du pétrole, explique assez bien ce qui nous arrive. On a vu dans des pays réputés pauvres ou en voie de développement (Egypte, Maroc, Haïti etc…) des émeutes de la faim. Les gens ne peuvent se résoudre à se laisser mourir de faim au seul motif que leurs gouvernements n’ont pas pris les mesures nécessaires.
Il faut donc, si l’on veut éviter que l’univers devienne un coupe-gorge, mettre en place, dès à présent, un plan Marshall contre la faim dans le monde. 
Les pays développés se plaignent de l’immigration sauvage et des arrivées de plus en plus nombreuses de réfugiés affamés qui, au péril de leur vie, veulent rejoindre des rivages réputés plus hospitaliers, les nôtres, où l’on est censé manger à sa faim.
Nous ne pouvons pas, et leur refuser de la nourriture et leur interdire chez nous. Il faut les fixer chez eux en leur assurant un minimum vital. C’est la dignité humaine qui l’exige. Le philosophe Emmanuel Lévinas disait : mon moi, ce sont les autres !

08:16 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook