25/09/2008

LA BIBLE ET SES HÉROS ENTRE LA MÉMOIRE ET L’HISTOIRE

 

 

,

LA BIBLE ET SES HÉROS
ENTRE LA MÉMOIRE ET L’HISTOIRE

Comment la Bible conçoit-elle l’histoire ? Est-ce sa préoccupation majeure ou est-elle simplement en quête d’un passé fictif qu’elle a elle-même inventé ? Que signifie au juste la notion théologique d’histoire du salut ?
Les questions les plus lancinantes portent assurément  sur l’historicité des personnages bibliques, d’Abraham à Jésus. Ou bien la constitution de la foi obéit-elle à une logique autre que celle de l’histoire ?
Des personnages aussi emblématiques qu’Abraham, figure tutélaire de l’humanité monothéiste, ou Joseph et David, dont le Messie est censé descendre, s’adressent à nous dans la littérature biblique et servent de modèle tant à la vertu philosophique qu’à l’éthique religieuse. Qu’en est-il au juste ?
Maurice-Ruben HAYOUN
                         Mrhayoun@aol.com

N.B. Les conférences sont retranscrites intégralement dans le blog suivant : mrhayoun.blog.tdg.ch/
                       






INVITATION


AU CYCLE DE CONFERENCES
2008- 2009

du
Professeur Maurice-Ruben HAYOUN
Philosophe, écrivain



LA BIBLE ET SES HÉROS
ENTRE LA MÉMOIRE ET L’HISTOIRE







*
A la Mairie du XVIème arrondissement de Paris
Salle des Mariages
71 avenue Henri Martin
75116 PARIS
 
LA BIBLE ET SES HÉROS. ENTRE LA MÉMOIRE ET L’HISTOIRE

Par

Le Professeur Maurice-Ruben HAYOUN
Philosophe, écrivain


 

CONFERENCES DE L’ANNEE 2008


Jeudi 25 septembre
La Bible, une vision théologique de l’histoire.

Jeudi 30 octobre
    La figure d’Abraham, symbole de l’humanité monothéiste

Jeudi  27 novembre
    Joseph et ses frères : du livre de la Genèse au roman de Thomas Mann.

Jeudi 11 décembre
Le commentaire philosophique de la Bible au Moyen Age : l’exemple de Maimonide.


DEBUT DES CONFERENCES A 20 H 15
CONFERENCES DE L’ANNEE 2009



Jeudi 19 février
Sarah et Hagar : la mère porteuse dans la Bible.

Jeudi 9 avril
    L’image du roi David dans la Bible : monarque absolu ou auteur des Psaumes ?

Jeudi 18 juin
    L’exégèse kabbalistique de la Bible.
            
 


 

18:55 Publié dans Bible | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

LA BIBLE UNE VISION THEOLOGIQUE DE L’HISTOIRE.

 

CONFÉRENCE A LA MAIRIE DU XVIE
                 ARRONDISSEMENT DE PARIS

LA BIBLE UNE VISION THEOLOGIQUE DE L’HISTOIRE.

La recherche historique peut appréhender les résultats de la foi, mais elle n’est pas en mesure d’expliquer son essence.

Introduction générale :
Le canon de l’Ancien Testament par Albert de Pury : l’auteur fait une large analyse des différents subdivisions du canon juif. Laissant de côté la Tora elle-même, c’est-à-dire le Pentateuque attribué à Moïse, ainsi que les prophètes, il s’attache surtout à voir ce que recouvre la notion assez vague des ketubim, écrits ou hagiographes. Que contenaient-ils au juste ? De quelle date sont-ils ? Il semblerait que quatre textes au moins constituent un groupe à part, même si des disparités nombreuses les dissocient les uns des autres ; il s’agit de Ruth, de Esther, de Qohélét et des Proverbes et de Job.
On parle aussi de l’historiographie deutéronomiste qui va du Deutéronome au second livre des Rois. Et certains de ces textes auraient été ajoutés bien plus tard, lorsque des années après la disparition de deux royaumes, les deutéronomistes mais aussi  la caste sacerdotale souhaitaient prouver que la catastrophe avait frappé  les enfants d’Israël, en raison de leurs propres fautes et inconduites répétées et non point suite à un manquement de D- à sa promesse et à son alliance.
Se posent aussi la question de la canonisation qui ne doit pas être confondue avec l’établissement définitif du texte. Est-ce que la Tora proclamée par Esdras (Néh. 8) est la même que celle que nous avons aujourd’hui ? Mais même les datations de l’action d’Esdras ne sont pas absolument sûres. En fait, il ne faut s’imaginer une processus de canonisation rectiligne, une sorte de décisive instantanée, englobant tout en bloc. Il y eut même aussi, peut-être, un va et vient entre Jérusalem et Alexandrie dans l’établissement de canons un peu rivaux.
Mais d’où proviennent tous ces textes ? Y avait-il un dépôt où l’on entreposait les manuscrits des textes considérés comme sacrés ? En tout état de cause, la matière ne devait pas manquer si l’on considère bien des remarques concernant Qohélét. On lui prête une volumineuse activité éditoriale et compilatrice.
En fait, pour ce qui est du texte de la Tora, la seule borne chronologique irrécusable est la traduction de la Tora par les Septante : sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (282-246) la traduction suppose donc un texte fin prêt et achevé. Vers la fin du IV siècle, peut-être même avant au milieu du VIe siècle. Rien n’est sûr absolument. Car pour d’autres textes, comme par exemple Daniel, il semble que nous soyons au milieu du IIe siècle à Jérusalem.

Histoire du texte de l’Ancien Testament
Cinq phases : a) composition des textes et leur première diffusion dès avant le VIe siècle ; b)  entre IVe le IIIe siècles, apparition d’une collection de textes sacrés dans els communautés juive et samaritaine. C) introduction par des autorités de modifications  littéraires ;                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         le texte n’est donc pas entièrement stabilisé et la version peut s’appeler proto-massorétique, en prévision du texte définitif tel qu’il sera codifié par la massora et canonisé par la suite.  D)  accentuation, vocalisation, division du texte massorétique.
On distingue entre plusieurs lieux qui servirent de creuset à la production des textes bibliques : l’école, le palais, le tempe et les bibliothèques privées. On voit apparaître en Judée le même phénomène de naissance littéraire qu’en Grèce vers le VIII-VIIe siècles. Dans ces écrits qui veulent donner l’illusion d’être aussi anciens que les événements qu’ils relatent, se reflètent des préoccupations du temps présent. Avec aussi des arrières pensées politique du moment.
Théorie documentaire av-ec deux désignations du nom divin ; théorie des fragments et enfin théorie du noyau.
L’hypothèse documentaire est restée attachée au nom de Julius Wellhausen ; le professeur Edouard Reuss s’est rendu compte que les lois sacerdotales et cultuelles étaient plus tardives que les autres.  Son élève K.H. Graf le démontrera. Car ni le Dt, ni les livres historiques, ni  ni les livres prophétiques ne connaissent ces lois… elles ont donc venues après, peut-être à la période exilique ou même post exilique.
Pour Wellhausen, le Pentateuque résulte de la conjonction de quatre documents : le yahwiste, l’élohiste, le deutéronomiste et le sacerdotal. JE  serait du VIIIe et donc de la période royale, , Dt de la fin de la période monarchique (600) et P, vers 500, période exilique. C’est Wellhausen qui parla de l’Hexateuque en ajoutant le livre de Josué au Pentateuque.
Pour  Wellhausen, chaque strate littéraire renseigne aussi sur l’évolution e la foi d’Israël :  J (vers 930) E (850-750) c’est la monarchie, Dt c’est la réfoeme de Josias (620), , P (550), la période postexilique et la restauration. Cinq points forts sont retenus par Wellhausen pour son analyse : le lieu du culte, , les sacrifices, les fêtes, le clergé et la dîme.  Le schéma sous tendu est toujours le même : diversité, centralisation, ritualisation. Cette exaltation de la période monarchique est une surévaluation.
Mais on critiqua Wellhausen qui admirait le Reich bismarckien et celui-ci dut démissionner de la faculté de théologie de Tübingen. Hermann Gunkel introduisit la critique historique de la religion, aidée en cela par les découvertes archéologiques en mésopotamie : on se rendit compte que les récits de la Genèse devaient être compris à la lumière d mythes de même nature. Gunkel s’attache aussi à l’étude des formes et il tenta d’en savoir plus sur l’Israël prémonarchique. L’expression Dieu des pères permettait de supposer une religion préyahwiste : l’amphictyonie, ligue sacrale des tribus qui s’attachaient à l’entretien d’un sanctuaire. Mais en admettant l’existant de légendes patriarcales et autres, il fallait apporter la réponse à une question : par quel processus, tous ces récits, toutes traditions orales ou écrites furent réunies pour donner le Pentateuque ?
C’est Martin Noth qui tenta d’apporter la réponse à cette question. Selon lui, la période pré- monarchique connaissait des traditions qui s’articulaient autour de grands thèmes comme la sortie d’Egypte, la traversée du désert, la conquête du pays de Canaan, les légendes patriarcales et finalement la révélation du Sinaï. Mais Noth contesta la notion même de Pentateuque pour créer celle du Tétrateuque ( Genèse, Exode, Lévitique et Nombres). Ce groupe serait à l’origine de la Tora. Le Pentateuque ne serait qu’une création plus tardive. Mais Noth ne parvint pas à résoudre la question de la fin des sources. Pouvait-on supposer l’existence d’une autre tradition que l’on aurait fait disparaître car elle faisait un doublon avec d’autres sources ?
C’est Gerhard von Rad qui résolut le problème en revenant à la théorie du Hexateuque et en mettant en valeur la notion d’histoire du salut (Heilgeschichte). Ce savant est considéré comme celui qui paracheva la théorie documentaire.  Mais celle-ci allait être contestée à son tour. Notamment par John van Seters dans on livre  Abraham dans l’histoire et la tradition. L’auteur établit que les chapitres consacrés au patriarche furent écrits  à l’époque de l’exil. (Abraham in history and tradition, 1975,1986).
Dans ce livre, van Seters  souligne que la plupart des indications lues entre Gen 12 et Gen 25 reflètent une situation qui prévalait au VIe siècle, pendant la période exilique. Mais R. Rentdorff proposa à son tour d’abandonner la théorie des documents pour ne retenir que celle des fragments ; pour lui, de grands thèmes se sont développés indépendamment les uns par rapport aux autres= l’histoire des origines, les patriarches,  la sortie d’Egypte,, le Sinaï, le séjour dans le désert,  la conquête du pays. Selon l’auteur, le ciment unificateur de ces grandes blocs seraient les promesses faites aux patriarches (pays, descendance, protection et  bénédictions). Mais sous quelle influence cette procédure fut-elle effectuée ? C’est probablement les prêtres du second temple de Jérusalem qui explique le retour à un yahwisme rigoureux. Cette source sacerdotale doit sa vigueur retrouvée aux milieux sacerdotaux de Jérusalem, soucieux de donner au peuple des croyances religieuse de nature à répondre à la crise identitaire qu’il traversait. Ainsi, Israël devient la nation sacerdotale par excellence, il n’a plus d’histoire nationale, mais une histoire religieuse. Ce constat s’accompagne d’une redéfinition de l’identité : au sein de l’empire perse des Achéménides où les ethnies sont menacées par un inéluctable mélange et une fusion avec les autres peuples, le rôle d’Israël et de son temple prend une autre tournure. On peut remplir cette mission sans contrôle militaire ou politique du territoire d’Israël puisque c’est Israël qui, depuis l’irruption de la violence  et de sa sanction par le déluge, a rétabli la communication entre Dieu et l’humanité. Israël devient donc un peuple de prêtres.  On voit bien l’entrée de la source sacerdotale puisque le Lévitique 1 à 16 donne deux types de lois ; sacrificielles et portant sur l’impureté.
Le livre de l’Exode s’arrêtait sur la construction d’une tente du rendez vous ou de la rencontre dans laquelle Moïse ne pouvait pas encore rentrer ; c’est seulement après, dans le début du Lévitique que Moïse, accompagné d’Aaron, le grand pontife, peut, avec son frère, entrer dans la tente, une sacrifice consumé par D-. Comme on le disait supra, la communication entre l’homme et la divine est enfin pleinement rétablie. On se rend compte aussi, et c’est nettement plus important, que l’idée directrice qui animait le texte biblique, depuis les premiers versets de la Genèse jusqu’au chapitre 16/17 du Lévitique, est de séparer Israël du reste des nations. Israël a une tâche impartie par D lui-même… Et ces lois du Lévitique sont celles qu’il doit appliquer pour exercer pleinement sa nouvelle fonction.
Lévitique 17 à 27 est consacré au code dit de sainteté. 

Les thèmes abordés pendant la conférence sont :
a)    les origines : la création de l’univers et les deux désignations de l’essence divine.
b)    les légendes patriarcales et la question des origines d’Israël : les patriarches ou l’Exode, l’Egypte considérée comme le creuset du peuple d’Israël ?
c)    la sortie d’Egypte
d)    la traversée du désert
e)    la Révélation du Sinaï
f)    la conquête de la terre sainte

Tous ces points visent à nourrir un projet et à porter une vision, celle d’une histoire du salut (Heilgeschichte). Tout a été mis en perspective par D-, acteur majeur, pour ne pas dire exclusif de l’Histoire, qui instrumentalise les grands et les puissants, récompense et punit, en vue d’arriver à un telos, une fin qu’il est le seul à comprendre et à organiser.







 

18:53 Publié dans Bible | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook