17/04/2008

La situation au journal Le mond

  

La situation au journal Le monde…

Cela ne va pas du tout. Le grand quotidien national français, paie encore et toujours les lourdes erreurs du passé. Mais il faut absolument le sauver, au besoin en oubliant ce qu’il fut pour rebâtir un nouveau quotidien, désengagé de l’idéologie et des défauts du précédent.
Un second jour de grève, c’est du jamais vu et tout cela pour la suppression de 130 emplois ! Même les administrateurs du journal reconnaissent publiquement que durant l’ère précédente, l’ancienne direction n’a pas lésiné sur les embauches, chargeant dangereusement la barque et n’en faisant qu’à sa tête.
Ce qu’il faut bien dire, c’est que nul, sous le soleil, ne peut se soustraire à des règles d’orthodoxie comptable ni multiplier à l’infini adversaires et ennemis. Le Monde que nous lisons depuis des décennies et auquel nous sommes toujours attachés a changé ; il a commis trop d’erreurs, s’arrogeant une sorte de saisine universelle, voire un véritable droit de censure, nationale et internationale… Je reprendrai la critique la plus séminale, la plus ramassée et la plus frappante, jamais formulée à son endroit : de contre pouvoir, Le Monde est devenu pouvoir !
Là est l’erreur fatale. Nous avons déjà, je crois, relaté une anecdote absolument véridique : un soir, à l’Opéra de Paris, lors de l’entre acte, un important ministre du gouvernement français était assis non loin du directeur du Monde… Eh bien ! au box office des salutations, le journaliste dépassait de dix coudées son voisin, pourtant détenteur du pouvoir politique… Un fait à méditer.
Le Monde devrait repartir du bon pied, rénover l’ensemble de ses organigrammes, sans reculer devant rien… Faire comme Nicolas Sarkozy qui réforme sans cesse. Et du coup, on se souvient du mot de Victor Hugo à l’égard de Sainte-Beuve.

08:47 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/04/2008

La libération des otages du Ponan

Sans pousser de cocorico, on peut féliciter la Royale qui s'est acquitté avec mæstria de la mission confiée par la Président de la République; libérer les otages du Ponan sans effusion de sang. Ce fut parfaitement exécuté. Les otages sont de retour à la maison,, la rançon semble avoir été récupérée presque en totalité, et les assaillants, ces redoutables pirates des mers, ont été capturés.

Par delà cet épisode qui aurait pu être triste et douloureux, se pose la question de la sécurité en mer, notamment au large des côtes somaliennes, mais aussi dans la détroit de Malacca et ailleurs (en mer de Chine, par exemple).

On se souvient du calvaire des boat people livrés à eux mêmes et au bon vouloir de cruels pirates qui volaient, violaient et tuaient à loisir. Il faudrait donner une leçon sanglante à ces pirates. C'est bien que la Royale n'ait pas tué les pirates, mais n'est ce pas là un encouragement aupr!s d'autres pirates qui se diront qu'ils ne risquent rien, sinon de passer quelques années dans des geôles européennes, bien traités et bien nourris? 

09:15 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le pas de clerc du Comité Olympique Française

 

  Le pas de clerc du Comité Olympique Française

    Décidément, l’attribution des JO à la Chine se révèle comme la pire ânerie jamais commise par une organisation de renommée internationale. Comment avoir pu penser que la Chine, la plus vieille civilisation du monde avec son milliard et demi d’hommes, allait se laisser fléchir et se convertir, comme un doux agneau, aux idéaux de l’Occident démocratique ?
    Après le parcours chaotique de la flamme olympique, traitée comme un passager clandestin dans les grandes capitales occidentales, voici, que le Comité Français entend interdire aux athlètes de l’Hexagone le port du badge pour un monde meilleur au motif qu’un tel insigne politiserait les JO.
Mais cette formule figure dans la charte olympique et en plus, les athlètes avaient reçu le soutien du Secrétaire d’Etat Bernard Laporte. Décidément, ce n’est pas qu’au gouvernement qu’il y a une petite cacophonie…
Il faut, en tout état de cause, trouver un moyen de faire fléchir le gouvernement chinois. Si nous laissons passer cette occasion rêvée des JO, jamais nous ne pourrons ramener la Chine à la raison. Ce pays a tout misé sur les JO à Pékin pour redorer son blason et bénéficier d’une couverture télévisuelle internationale pendant des semaines, avec, à la clef, des retombées  positives sur des années.
Plusieurs chefs d’Etats et de gouvernements ont déjà menacé de ne pas assister aux cérémonies d’ouverture des JO… Peut-être devrions nous menacer de les imiter si la Chine n’assouplit pas sa position.

 

08:29 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/04/2008

Les manifestations des lycéens

 

    La persistance des manifestations lycéennes ne laisse pas d'inquiéter. Au sujet de ces mouvements de rue, l'ancien ministre de l'éducation nationale avait dit un jour lorsque la pâte dentifrice est sortie du tube, il est quasi impossible de l'y remettre… Il faut que Monsieur Darcos trouve les arguments qui conviennent pour conviancre les lycéens qui semblent toutefois être un peu actionnés par une autre corporation, celle des adultes, plus concernés et qui a intérêt à faire reculer le minsitre. Mais ceci est impossible car la réductions de postes (un peu plus d'un millier) a déjà été votée par le parlement.

    Ce qu'il faut faire, c'est réformer le lycée. Chaque fois que l'on entreprend une réforme à l'Education Nationale, les enseignants présentent toujours la même demande: plus de moyens! Or, ce ministère est celui qui compte le plus d'agents. Il faut donc sortir des sentiers battus et envisager des moyens conventionnels. A l'ère de l'informatique et de l'internet triomphants, on devrait trouver quelque chose qui satsifasse tout le monde… ou presque! 

17:02 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/04/2008

LA fonction publique en France

  Le projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires.

Le secrétaire d’Etat à la fonction publique française, M. André Santini, vient de donner le coup d’envoi à une rénovation de grande ampleur du statut des fonctionnaires. On ne réalise pas vraiment ce que représente la fonction publique dans l’Hexagone : près de 6 millions d’hommes et de femmes répartis en fonctionnaires d’Etat, des collectivités territoriales et des hôpitaux. Et si vous multipliez ce chiffre par trois (un couple et au moins deux enfants) vous réalisez ce que cela représente au plan sociologique.
Qu’est ce qui va changer ? D’abord, la mobilité. Les agents pourront être détachés plus facilement, changer d’affectation, voire rejoindre le secteur privé en créant ou en reprenant une entreprise et aussi quitter tout simplement, s’ils le souhaitent, le statut. Pour cela, le gouvernement offre jusqu’à deux ans de salaire.
Les syndicats n’ont évidemment pas manqué de dénoncer ce plan social qui ne veut pas dire son nom… Mais soyons sérieux ! Comment maintenir en l’état une telle masse salariale, même si les fonctionnaires sont à une écrasante majorité, sérieux, consciencieux et compétents. Mais voilà, le monde change, des regroupements, des mutualisations et des redéploiements s’imposent.  La formule moins de monde mais plus d’efficacité s’impose. Les recrutements tels que les préconisaient les ordonnances de l’immédiat après-guerre ne sont plus de mise. La France était alors à reconstruire, on avait besoin de tout, les hommes étaient morts sur le front ou dans les camps en Allemagne. La situation est , aujourd’hui, radicalement différente.
Mais nous devons éviter un écueil : ne pas provoquer de sous effectifs dans des secteurs névralgiques, la santé, l’enseignement et la sécurité. Pour le reste, il faut briser le confinement et introduire un air frais dans une corporation qui en a bien besoin.

06:50 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

08/04/2008

LA MOTION DE CENSURE DU PS CONTRE LE GOUVERNEMENT DE FRANÇOIS FILLON…

 

  LA MOTION DE CENSURE DU PS CONTRE LE GOUVERNEMENT DE FRANÇOIS FILLON…

    Les Socialistes français vont donc tenter de censurer le gouvernement d e François Fillon, avec pour central, non point la situation socio-économique, mais la politique étrangère, et notamment l’envoi de 800 hommes en Afghanistan. Sans oublier la réintégration de l’OTAN. Cette motion n’a aucune chance d’aboutir. L’opposition a constaté que le gouvernement de Monsieur Fillon disposait, malgré tout, de l’appui de la population, consciente de l’absence de toue autre politique de rechanger, eu égard à la situation économique en Europe et dans le monde. Elle a donc décidé de porter le fer dans un autre domaine, celui de la politique étrangère, espérant faire éclater des contradictions au sein de la famille gaulliste… C’est une peine perdue. La majorité ne se fissurera pas, peut-être tout au plus quelques voix se feront entendre, mais pas au point de paraître significatives…
    La seule démarche susceptible de marcher et de faire le PS de l’ornière, c’est une démarche résolument social-démocrate, incarnée aujourd’hui par le courant de Dominique Strauss-Kahn et animée par Pierre Moscovici, lequel parle d’une opposition mesurée et constructive. Mais comme toujours, le PS n’a pas compris que l’obsession de l’élection présidentielle pollue le débat interne, chaque leader de moyenne importance se croyant promis à un destin national, au lieu de œuvrer modestement au renouveau  du parti.
    Enfin, la politique de l’ouverture a considérablement affaibli le PS qui s’entête à ne pas le reconnaître. Il n’y a plus un seul PS mais une infinité de courants. Quel est le lien qui unit Madame Royal à Monsieur Emmanuel, à Monsieur Mélenchon, à Monsieur Fabius, à Monsieur Moscovici, sans parler de tant d’autres qui tirent à hue et à dia ?
    Ce n’est pas m »priser les aspirations des uns et des autres que de ls iganler…

 

08:56 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/04/2008

Libération des membres de l'arche de Zoé

 

    On pousse un soupir de soulagement depuis la libération des six membres emprisonnés de cette Arche de Zoé qui fit tant parler d'elle… Saurons nous un jour le fin mot de cette histoire? J'ai encore entendu ce matin des déclarartions de quelques prévenus qui réaffirment leur intégrité, leur bonne volonté et leur souci exclsuif de sauver les enfants du Darfour, menacés par la guerre et la mort…

    Est-ce la justice parvien dra à faire la lumière sur toute cette histoire? Ce qui me paraît exorbitant, c'est de voir la logistique mise en ligne par l'Arche de Zoé: un avion de ligne (et pas un petit cessna!) avec un équipage… Ce n'est pas rien…  

13:06 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

27/03/2008

La sitaution économique de la France

 

    La situation économique, sans être catastrophique, menace de nous réserver des lendemains difficiles; suite à l'annonce que l'indice de croissance serait proba    blement inférieur à 2%, toutes les prévisions sont à revoir. On sait que ce que réprésente un petot point de croissance en emplois crés ou, au contraire, supprimés. Et on sait aussi que la revendication principale des Français depuis des mois, tient à l'aygmentation de leur pouvoir d'achat.

    Par ailleurs, le gouvernement envisage sans le dire vraiment un allongement de la durée des annuités de travail, lesquelles passeraient à 41 ans. Les syndicats ne sont pas pour… Comment faire? Le président de l'Assemblée Nationale l'a dit clairement: nous sommes le pays où l'on travaille le moins et aussi (ce qui est heureux) celui où l'espérance de vie est la plus longue… Comment faire coïncider ces deux données? Sûrement pas en refusant de bouger sur le temps de travail.

    On peut prévoir un peu d'agitation dans les mois à venir. Et c'est regrettable car la France prend dès le mois de juillet la présidence de l'Europe et entend faire faire des progrès sérieux à l'UE. Mais pour ce faire, il faut donner l'exemple. Et le bon. Et comme dit le proverbe: charité bien ordonnée commence par soi-même… 

13:03 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La situation économique de la France

 

    La situation économique, sans être catastrophique, menace de nous réserver des lendemains difficiles; suite à l'annonce que l'indice de croissance serait proba    blement inférieur à 2%, toutes les prévisions sont à revoir. On sait que ce que réprésente un petot point de croissance en emplois crés ou, au contraire, supprimés. Et on sait aussi que la revendication principale des Français depuis des mois, tient à l'aygmentation de leur pouvoir d'achat.

    Par ailleurs, le gouvernement envisage sans le dire vraiment un allongement de la durée des annuités de travail, lesquelles passeraient à 41 ans. Les syndicats ne sont pas pour… Comment faire? Le président de l'Assemblée Nationale l'a dit clairement: nous sommes le pays où l'on travaille le moins et aussi (ce qui est heureux) celui où l'espérance de vie est la plus longue… Comment faire coïncider ces deux données? Sûrement pas en refusant de bouger sur le temps de travail.

    On peut prévoir un peu d'agitation dans les mois à venir. Et c'est regrettable car la France prend dès le mois de juillet la présidence de l'Europe et entend faire faire des progrès sérieux à l'UE. Mais pour ce faire, il faut donner l'exemple. Et le bon. Et comme dit le proverbe: charité bien ordonnée commence par soi-même… 

13:02 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook