07/07/2008

DÉSORMAIS, QUAND IL Y AUNE GRÈVE EN FRANCE, ON NE LA SENT PLUS…

DÉSORMAIS, QUAND IL Y AUNE GRÈVE EN FRANCE, ON NE LA SENT PLUS…
    Cette petite phrase fait couler beaucoup d’encre et constituera certainement l’une des premières trouvailles d’une certaine presse, avide d’ exploiter des sujets brisants pour occuper ses plumes, quelque peu désœuvrées en ce début d’été.
    Mais tout d’abord, une remarque préliminaire : déjà à l’époque de Georges Pompidou, on s’élevait en France contre la politique dite des petites phrases. Une certaine presse, au lieu de se concentrer sur les grands sujets qui requièrent travail, application et compétence (e.g. le G8, la hausse du prix des carburants, des produits alimentaires, etc), se jette sur une petite phrase, détachée de son contexte, et que l’on jette littéralement en pâture à une opinion publique qui s’en repaît, faut de pouvoir se mettre autre chose sous la dent…
    Que l’on me comprenne bien, je n’attaque pas la presse, je ne dénigre pas le journalistes, j’en suis un occasionnellement, mais je considère que l’on ne devrait pas occulter les vrais problèmes ou préoccupations de l’actualité, en créant des dérivatifs. Depuis samedi soir, on ne parle que de la phrase du président Sarkozy devant les cadres de l’UMP. Mais cette phrase lapidaire, prononcée et accueillie dans un grand éclat de rire, ne visait nullement à humilier ni à railler.
    Son sens était bien le suivant : désormais, grâce à l’instauration d’un service minimum et d’un préalable nécessaire à toute mise en grève, les usagers que nous sommes tous ne sont plus pris en otage par une poignée de gens. Car la grève s’adresse à un employeur (l’Etat, les entreprises etc…) mais ne doit pas chercher à nuire à des millions de gens. Qu’avez vous à faire si les agents de la RATP, d’EDF, de la SNCF réclament à l’Etat des augmentations ? Pouvez vous les accorder. Bien sûr que non ! Et pourtant, ; on vous fera souffrir aussi longtemps qu’on n’aura pas eu satisfaction… Curieuse logique !
    L’exégèse de cette petite phrase, livrée par M. Claude GUEANT, me paraît très satisfaisante et bien fondée : grâce à la nouvelle réglementation, il n’ y a plus de grève anarchique, ni de grève prise d’otage. D’ailleurs, dans un pays civilisé, on dispose de tant d’autres façons de faire aboutir ses revendications. Par exemple : en travaillant mieux et plus. Ce que presque tous font.

09:53 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

06/07/2008

POUR BIEN GOUVERNER LA FRANCE, FAUT-IL ÊTRE POPULAIRE ?



POUR BIEN GOUVERNER LA FRANCE, FAUT-IL ÊTRE POPULAIRE ?
    Cette question mérite d’être posée. Depuis l’élection du président Sarkozy, l’ère précédente apparaît comme l’ancien régime.  Que s’est-il passé ? Une chose très simple ? Toutes les réformes, pourtant nécessaires et placées à la remise, sont soudain réapparues : environ 55 en un an ! Pas étonnant que les anciens pouvoirs constitués, les baronnies, les camarillas, bref les groupes de pressions et d’intérêt se soient ligués contre le nouveau pouvoir pour tenter de le discréditer. En vain. Quelques exemples :
a)    fallait-il ne pas réagir après la terrible bévue de Carcassonne, alors que la méprise du sous officier aurait pu tourner au massacre ?
b)    la suppression de la publicité à la télévision publique entre 20h et 6 heures du matin : devait-on laisser des animateurs et des émissions nulles abêtirent les Français aux heures de grande écoute ?
c)    la réintégration de l’OTAN/ devait-on continuer comme si on est toujours une grande puissance militaire alors que le budget des armées connaît des coupes sombres ? C’eût été céder au mythe néo-gaulliste…
d)    les trente-cinq heures : devait-on laisser ce carcan juguler toute innovation de l’économie française ?
e)    le service minimum : fallait-il faire de millions de travailleurs de véritables otages de quelques grévistes toujours prêts à défendre mordicus des intérêts purement catégoriels ?
f)    Nous sommes avec le Luxembourg, je crois, le seul pays à faire de la poste un service public alors qu’il faudrait la transformer société anonyme : est-ce un crime ? Certes, non.

La liste pourrait se poursuivre à l’infini : tant de changements vous rendent nécessairement impopulaire, mais si le redressement du pays est à ce prix, il ne faut pas hésiter. Que l’on médite donc le montant de la dette de la France : un peu plus de 15.000 € par personne. Même les nouveaux-nés…

21:55 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

01/07/2008

L’EMISSION D’ANTENNE 2, CE SOIR, SUR JAQUES CHIRAC

L’EMISSION D’ANTENNE 2, CE SOIR, SUR JAQUES CHIRAC
Avec pour principale actrice, mais aussi de très nombreux participants, Claude Chirac, la fille cadette du président, très sûre, maîtresse d’elle-même, dans la droite ligne de son président de père. L’émission est très bien faite, les témoignages tous positifs ou sur la réserve, mais aucun n’a dévoilé le vrai Chirac, ni même simplement le Chirac des zones d’ombre, le Chirac inquiétant, celui des «affaires», comme aident à le souligner certains milieux en France. Celui qui a su survivre aux attaques et aux complots, même de ses propres amis.
L’aspect le plus émouvant, le plus touchant, c’est le départ de l’Elysée après 12 années de présidence, et au terme de près de quatre décennies de vie politique. Un homme, quoiqu’on en pense, aux qualités et au destin extraordinaires… Un homme assez fatigué, visiblement déprimé à l’idée de quitter le pouvoir, même s’il tient à n’en rien montrer et à rester de marbre. Le témoignage des proches collaborateurs et de sa fille sont unanimes : l’homme a mal vécu les dernières semaines au palais de l’Elysée  et les premiers mois dans son appartement quai Voltaire…
Avant que son ami François Pineau ne le fasse venir à Saint-Tropez, Chirac s’ennuie à en mourir. Songez qu’à Biarritz on va jusqu’à lui refuser l’entrée d’un restaurant à cause du petit chien qu’il tient en laisse.
Les échanges furent très riches mais certains aspects sont restés dans l’ombre. Volontairement ? Par exemple, pas un mot sur l’accident vasculaire cérébral dont le Président D- soit loué, est sorti pratiquement indemne, mais qui a laissé le président atteint psychologiquement. Car, à partir de ce moment là, il savait que c’était la fin et qu’il ne se présenterait pas à un troisième mandat. Et puis, il y eut les rivalités et les affaires qui ont empoisonné la fin du quinquennat.
Mais l’épisode le plus touchant est constitué par la maladie de la fille aînée, Laurence, c’est peut-être cela le mal qui rongeait le président et qui lui donnait cet air enjoué, bon vivant et rigolard, un peu par ricochet. Comment résister aux blessures et aux coups de l’existence sinon en se redressant et en croquant la vie à belles dents, surtout si elle a été un peu dure avec vous…

00:32 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

29/06/2008

ET VOILA QUE CELA REPART AU PARTI SOCIALISTE…

 

  ET VOILA QUE CELA REPART AU PARTI  SOCIALISTE…
    Dans tous les pays démocratiques, il y a la possibilité, au moins théorique, d’une alternance politique. Qu’on la souhaite ou non, c’est normal. Pour y arriver, il faut que les partis minoritaires, c’est-à-dire qui n’ont pas gagné les dernières élections, aient appris quelque chose, se soient modernisés, en une phrase, qu’ils aient tiré les leçons de leurs échecs successifs. En un mot, appris quelques chose.
    Est-ce que le PS est enfin dans cette situation ? Il est permis d’en douter quand on observe les premières manœuvres, dont celle de Madame Ségolène Royal. Ce qui frappe chez les socialistes, c’est leur indiscipline et leur maladresse politique : ne jamais s’entendre, ne jamais s’unir, ne jamais apprendre ni comprendre que la France n’est plus la même, que sa sociologie a changé, que les Français sont impliqués plus que jamais dans la mondialisation et que les recettes d’hier ou d’avant-hier ne sont plus guère opérantes…
    Ne doit-on pas la vérité aux Français sur le pays, son économie, son endettement, sa véritable place dans le monde et en Europe ? En fabriquant des contributions d’un autre âge, les différents dirigeants du PS ne servent ni leur parti ni le pays. Quand on jette un coup d’œil sur la toile, on se rend compte que plus aucune frontière, plus aucune barrière n’est efficace et que l’univers est devenu un village. Enfin, le système qui consiste à dire que l’Etat peut diriger, contrôler, dicter sa loi au marché est battu en brèche chaque jour que D- fait. Le meilleurs exemple qui touche d’ailleurs chacun d’entre nous est livré par la hausse inconsidéré du prix du pétrole : qui peut intervenir ? Quel pays peut juguler cette hausse qui nous frappe tous ? Aucun, pas mêmes les USA. Alors, un peu de sagesse, de réalisme et d’acceptation de vivre avec son temps.

 

09:46 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/06/2008

LA REFONTE DE L’AUDIOVISUEL FRANÇAIS…

LA REFONTE DE L’AUDIOVISUEL FRANÇAIS…
    Les dés sont jets, la publicité à la télévision publique entre 20 heures et six du matin sera interdite dès janvier 2009.. C’est une bonne nouvelle pour tous, surtout pour les jeunes et leurs familles. Au lieu de nous servir des émissions de mauvaise qualité, financées par une publicité dépourvue de discernement et mue exclusivement par le profit, la télévision publique sra astreinte à la prestation de qualité, ce qui, croyez moi, constituera un novum dans paysage.
    Ceux qui étaient devenus les marchands du temple de la publicité crieront au scandale et au contrôle de l’audiovisuel, ils ne parviendront pas à masquer l’étendue de leur échec. Tant d’argent public et privé dépensé impunément pour promouvoir des choses ineptes.
    Ce n’est pas une reprise en main, c’est une mesure d’assainissement.
    Je salue aussi la prise de responsabilité par l’exécutif : le Président de l’audiovisuel public sera désormais nommé par l’exécutif, sur proposition du CSA. Qui s’en plaindrait ?
    L’impact actuel de la télévision est tel qu’il serait suicidaire de s’en désintéresser. Mais là encore, est ce que la France suivra ? Il faut l’espérer et le souhaiter.

15:49 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/06/2008

LA FIN DE LA PUBLICITÉ A LA TÉLÉVISION PUBLIQUE

LA FIN DE LA PUBLICITÉ A LA TÉLÉVISION PUBLIQUE
    Conformément au vœu du président de la République, la publicité devrait disparaître des écrans de la télévision publique d’ici à 2012.  Outre la révolution que cette mesure est censée entraîner pour les programmes (plusieurs heures par semaine à combler par d’autres émissions qu’il faut produire et donc financer)  se pose la question de savoir comment combler le trou occasionné par les manques de recette : près d’un milliard d’euros par an… C’est principalement sur ce point que la commission présidée par Jean-François Copé a dû travailler. Elle rend ses conclusions et propose, entre autres, de taxer les fournisseurs d’accès à l’internet et de s’intéresser aussi à la téléphonie mobile… En revanche, il semble que l’augmentation de la redevance soit abandonnée.
    La suppression de la publicité à la télévision publique est une bonne chose, à ce détail près qu’elle peut contribuer à la paupérisation d’un secteur déjà mal en point. Les aspects positifs, en revanche, ne sont pas négligeables : d’abord, cet assèchement du circuit financier va éradiquer quantité d’émissions bêtes et abêtissantes et chasser de leurs postes tant d’animateurs qui trompent notre jeunesse et la découragent de s’engager dans la voie du travail et de l’effort. Ensuite, de nombreux regroupements de moyens s’opéreront, ce qui va réduire des effectifs souvent pléthoriques. Enfin, la qualité devrait être de retour sur nos écrans. Comme chaque euro sera désormais compté, les chaînes publiques, si elles survivent, devront en compatibles.
    C’est une véritable révolution qui se prépare. Elle portera un coup fatal au vedettariat, à l’argent facile et l’insoutenable légèreté de l’être.

08:29 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

24/06/2008

UN NOUVEAU GUIDE SPIRITUEL POUR LES JUIFS DE FRANCE…

 

 

UN NOUVEAU GUIDE SPIRITUEL POUR LES JUIFS DE FRANCE…
    Le dimanche 22 juin les grands électeurs de la communauté juive de France se sont donnés une nouvelle direction spirituelle en la personne du grand rabbin Gilles Bernheim, 54 ans, rabbin et philosophe à la fois, ouvert sur le monde qui nous entoure et partisan sincère du dialogue judéo-chrétien.
    Ce qui distingue le nouvel élu de con prédécesseur, c’est d’abord le style. Bernheim est posé, ne se permet jamais la moindre plaisanterie dans se prêches afin de mettre les rieurs de son côté ou de charmer une salle composée d’auditeurs d’Afrique du Nord, et notamment de Tunisie…
    Le nouvel élu pêche peut-être par un sérieux excessif, mais j’avour que ce trait de caractère me plaît. Mais il y a aussi le programme qui a emporté l’adhésion des électeurs : voulant retrouver une voix juive dans la société et les media, ans en abuser, le nouveau Grand Rabbin veut s’engager plus avant dans les grands débats qui agitent notre temps, là où son prédécesseur, rompu aux techniques de la communication, s’entêtait à rester dans un univers traditionnel quasi-hermétique.
    Toutefois, rendons justice et hommage à l’ancien titulaire du poste, il est entré vivant dans l’histoire du judaïsme contemporain ; il a dû  faire face à des moments très difficiles qui ont d’ailleurs compromis sa santé. Stoïque, il n’en a pas moins continué à assumer ses fonctions en dépit d’une santé chancelante. Nous lui souhaitons bonne santé et bonne chance dans sa nouvelle existence.
    Et Gilles Bernheim, comment conçoit-il sa nouvelle charge ?
Il faut souhaiter que, contrairement à son prédécesseur, le nouvel élu, sache résister à l’appel absorbant des media, lesquels sont constamment à l’affût de petites phrases ou de révélations. Par exemple, il faut avoir le courage de refuser un micro ou éconduire un journaliste…
    Souvenons nous de ce qu’écrivait le général de Gaulle dans ses Mémoires : le papier supporte tout et le microphone diffuse n’importe quoi…
 

09:07 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/06/2008

ACTE ANTISEMITE OU REGLEMENT DECOMPTES CRAPULEUX ?

ACTE ANTISEMITE OU REGLEMENT DECOMPTES CRAPULEUX ?
    ce qui s’est passé vendredi dernier dans une rye du XIXe arrondissement de Paris est parfaitement inacceptable et absolument condamnable. Comment peut-on, dans une rue de la capitale française s’acharner à coups de barre de fer sur jeune homme au seul motif qu’il est juif ? Depuis que cette triste et sombre affaire a commencé, les thèses contradictoires s’affrontent.
    Le quartier en question a connu depuis deux ou trois décennies une alarmante recrudescence d’actes de délinquance et de violence. Dans l’entre deux guerres, le quartier des Buttes Chaumont était très prisé, certaines façades d’immeubles figurent parmi les plus belles de Paris. La célèbre et très moderne Fondation Rothschild s’y trouve rue Manin.  Au XIXe siècle et au début du XXe, une certaine bourgeoisie y avait élu domicile ; mais comme le disait Charles Baudelaire dans un poème,le cœur des villes change plus vite que le cœur des hommes…
Malheureusement, le cas qui nous occupe n’a rien de poétique. Se pose de nouveau la sempiternelle question : la France est(-elle antisémite ? Je réponds comme l’éditorialiste du Figaro ce matin : non !
Nous devons rester vigilants et non pas confondre alarmisme avec vigilance. En fait, un meilleur policier dans nos grands villes empêcherait certaines bandes délinquantes d’y troubler la quiétude de nos concitoyens.

22:59 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

ACTE ANTISEMITE OU REGLEMENT DECOMPTES CRAPULEUX ?

 

ACTE ANTISEMITE OU REGLEMENT DECOMPTES CRAPULEUX ?
    ce qui s’est passé vendredi dernier dans une rye du XIXe arrondissement de Paris est parfaitement inacceptable et absolument condamnable. Comment peut-on, dans une rue de la capitale française s’acharner à coups de barre de fer sur jeune homme au seul motif qu’il est juif ? Depuis que cette triste et sombre affaire a commencé, les thèses contradictoires s’affrontent.
    Le quartier en question a connu depuis deux ou trois décennies une alarmante recrudescence d’actes de délinquance et de violence. Dans l’entre deux guerres, le quartier des Buttes Chaumont était très prisé, certaines façades d’immeubles figurent parmi les plus belles de Paris. La célèbre et très moderne Fondation Rothschild s’y trouve rue Manin.  Au XIXe siècle et au début du XXe, une certaine bourgeoisie y avait élu domicile ; mais comme le disait Charles Baudelaire dans un poème,le cœur des villes change plus vite que le cœur des hommes…
Malheureusement, le cas qui nous occupe n’a rien de poétique. Se pose de nouveau la sempiternelle question : la France est(-elle antisémite ? Je réponds comme l’éditorialiste du Figaro ce matin : non !
Nous devons rester vigilants et non pas confondre alarmisme avec vigilance. En fait, un meilleur policier dans nos grands villes empêcherait certaines bandes délinquantes d’y troubler la quiétude de nos concitoyens
 

22:56 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/06/2008

VERS UN NOUVEAU PLAN EN FAVEUR DES BANLIEUES ?

 

VERS UN NOUVEAU PLAN EN FAVEUR DES BANLIEUES ?
    Cette fois ci, c’est incontestable, le gouvernement veut s’occuper des banlieues et intégrer ses habitants dans le cadre d’une cité normalement constituée. Ce plan est à la fois ambitieux et innovant. Il ne s’agit plus d’opérations en trompe l’œil, mais d’un sérieux coup de main, destinée à désenclaver ces ghetti aux portes de la capitale et de nos métropoles.
    La ministre de la ville et sa Secrétaire d’Etat se sont entendues et peuvent désormais faire appel à tous les ministères qui vont puiser dans leurs budgets respectifs pour changer la situation. Après ce plan, ne seront laissés pour compte que ceux qui le désireront parce qu’ils refusent la socio-culture française.
    L’une des mesures phare consiste à conduire des collégiens et des lycéens hors de chez eux afin de favoriser ce que l’on nomme la mixité sociale. C’est une bonne mesure qui, si elle s’applique sans heurts, permettra aux adolescents en question de voir autre chose. Et de sentir qu’ils ne sont pas rejtés. En espérant que cela les conduira à rejeter une fois pour toutes les actes de violence.
 

14:18 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook