03/09/2017

Le drame français II :  une débauche de débats et d’émissions politiques… 

Ce n’est contradictoire qu’en apparence : les Français détestent les hommes politiques mais ne peuvent se passer de débats politiques. C’est devenu leur drogue nationale quotidienne. Il suffit, pour s’en convaincre, de relever le nombre d’émissions politiques nouvelles, prodiguées autant par les radios que par les télévisions. Et qui trouvent généralement preneurs. Pourtant, rares sont celles qui tiennent ce qu’elles promettent. Pourquoi ? Pour la bonne raison que les émissions ne sont pas bien préparées, que les participants usent le plus souvent de la langue de bois et aussi parce que certains tabous (l’immigration non-chrétienne et non-européenne, la place de certaines religions dans la société française et aussi la perte de l’homogénéité de cette dernière, etc…) ne sont jamais évoqués.

Cette avalanche de débats renforce le désarroi au lieu de contribuer à éclairer les gens, à les former politiquement : l’abondance n’a jamais remplacé la qualité. Je sais, abondance de biens ne nuit point, mais on ne parle pas de la même denrée. En fait, les Français expriment, par cette boulimie, une insatisfaction profonde ; ils veulent qu’on parle de leurs vrais problèmes, pas uniquement ceux de la vie quotidienne (qui sont, certes, très importants), mais aussi de leur avenir sur le long terme, par exemple : A quoi ressemblera leur pays dans dix ou vingt ans, quelle place occupera la laïcité dans leur vie quotidienne, leurs conditions de vie seront elles meilleures que celles de leurs parents et grands parents ou, au contraire, pires…

Lire la suite

20:50 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/09/2017

Le drame français 

C’est plutôt triste de devoir faire un tel constat le jour même de la rentrée générale, un 1er septembre ! Nous ne parlerons pas du suicide français car le titre est déjà pris et surtout parce notre propos s’oriente différemment. Il ne s’agit pas ici de critiquer ce qui se fait ou ne se fait pas, il s’agit d’analyser l’opinion que les habitants de ce pays se font d’eux-mêmes. Ce qu’ils croient être encore, ce qu’ils imaginent et comment cet imaginaire se fracasse au premier contact avec le réel.

Le pessimisme, le «déclinisme», le spleen ne sont pas mon fort. Mais j’avoue que les débats occasionnés par la publication (enfin) des ordonnances concernant la loi travail sont assez édifiants. Voici une série d’ordonnances que je ne suis pas en mesure d’analyser faute de compétence mais dont je peux comprendre l’utilité, malgré quelques imperfections puisque la perfection n’est pas de ce monde… Mais la France contemporaine se penchera-t-elle un jour, enfin, sur sa vraie valeur ?

Lire la suite

10:33 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook