09/01/2019

Les chemins de la nouvelle gouvernance

 

Les chemins de la nouvelle gouvernance : comment gouverner depuis le 17 novembre…

Telle est, ni plus ni moins, la question qui se pose aux gouvernants actuels, pressés de trouver , dans l’immédiat, un moyen de sortir de la crise actuelle. Une crise qui est loin d’être une simple anicroche, un incident de parcours. C’est bien plus grave que cela, c’est plus qu’une crise de régime, c’est une crise politique à grande échelle. Et en un si peu de semaines, même si on peine à trouver un schéma directeur, un principe explicatif qui puisse nous fournir le fil d’Ariane que chaque homme politique actuel de quelque envergure recherche, nous sommes condamnés à tâtonner dans l’obscurité… Car, si vous résumez la totalité des débats qui se donnent libre cours dans la presse écrite ou audio-visuelle, vous constatez, après quelque temps de réflexion, que les motivations d’une telle crise son insaisissables. Comment cela ?

Ce que les manifestants veulent et revendiquent, qu’ils soient casseurs occasionnels ou professionnels, gilets jaunes authentiques ou manifestants agissant derrière des paravents qui leur permettent de cacher et leurs noms et leurs motivations réelles, tous les mots d’ordre ne résistent pas un seul instant à la critique et encore moins à l’analyse. Si la situation n’était pas aussi grave, si les violences n’étaient pas aussi inouïes, notamment contre les forces de l’ordre prises à partie avec une rare sauvagerie, on pourrait se gausser des slogans de ces gilets jaunes qui donnent l’impression qu’on peut renvoyer un président élu, comme cela, en toute simplicité, qui veulent rentrer à l’Elysée, s’en prennent à un ministère, si minime soit-il, mais qui n’en restent pas moins un lieu de pouvoir, issu d’un régime démocratique participatif…

Lire la suite

17:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Sigmund Freud et Romain Rolland : dialogue entre Un juif athée et un chrétien sans église*

 

  

     Sigmund Freud et Romain Rolland : dialogue entre

               Un juif athée et un chrétien sans église*

Voici un ouvrage hautement instructif, puissamment construit et très érudit qui met face à face deux personnalités marquantes du début du XXe siècle : le juif sans judaïsme, S. Freud, véritable Christophe Colomb d’un nouveau continent de l’esprit, et le prix Nobel de littérature de 1915, Romain Rolland, deux génies en quête de causes célèbres… Comment ces deux coryphées ont-ils fait pour se reconnaître, se rencontrer et se voir ? La grande guerre y est pour beaucoup, la dureté de l’époque ayant poussé quelques rares âmes sœurs à se rapprocher et à échanger sur la folie humaine, au point de coûter des millions et des millions de vies humaines. Au fond, la correspondance entre les deux grands hommes ne se monte qu’à dix-huit pièces et prend, matériellement, peu de place, même dans ce volumineux ouvrage si solidement documenté et si bien construit.

La comparaison entre la vie des deux hommes, certaines similitudes dans leur vie personnelle ou familiale, est bien menée, sans oublier les chevilles ouvrières qui ont permis le rapprochement. Dans ce conteste, la palme revient à Stefan Zweig que j’apprécie tant (mis à part ses obsessions sexuelles) qui fut très proche des deux hommes et s’employa à les mettre en contact l’un avec l’autre : Romain Rolland qu’il porta aux nues et considéra comme une sorte de divinité tutélaire de son esprit, et Sigmund Freud, issu de ce même judaïsme autrichien que lui, et résident dans la ville de Vienne, comme lui. L’approche de ces deux Juifs des choses de ce monde se rejoignait d’une certaine manière, même si Zweig peut être considéré comme le «vil instrument de la Providence». Cela ne rabaisse nullement l’auteur de la belle nouvelle Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme mais veut montrer que parfois les grands événements, les rencontres les plus improbables sont causées par des personnalités que l’on ne soupçonnait guère… Un autre exemple : c’est dans l’appartement romain d’une de ses conquêtes féminines que Zweig, éternel coureur de jupons, a pris connaissance du grand roman de Rolland, Jean-Christophe, ce qui l’incita à se rapprocher de l’auteur et à lui déclarer sa flamme. Or, Freud avait lui aussi lu le roman, quoiqu’en d’autres circonstances, et rêvait d’entrer en contact avec son auteur.

Lire la suite

11:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook