28/10/2017

La Catalogne indépendante… sur le papier !

La Catalogne indépendante… sur le papier !

Déjà le 17 octobre on attirait ici même l’attention sur l’aspect irresponsable du président actuel (mais désormais déchu et susceptible de poursuites judiciaires) de la province catalane, partie indissociable du royaume d’Espagne. Et, comme je le pensais au fond de moi-même, le leader indépendantiste a choisi la fuite en avant, pour ne pas avouer qu’il avait été débordé par ses alliés d’extrême gauche, désireux, voire fortement désireux, d’en découdre avec le gouvernement central de Madrid.

Cette attitude était prévisible, tant ce gouvernement catalan s’était laissé prendre ou piéger par sa propre rhétorique indépendantiste : un étudiant de première années à la Fondation des sciences politiques de Paris verrait au premier coup d’œil que la Catalogne n’est pas viable dans l’ensemble politique et géographique où elle se trouve. Comment fera t elle pour rester dans la zone euro ? Qui l’acceptera dans l’Union Européenne ? Qui assurera la sécurité dans les rues et les chemins ? Qui veillera sur les frontières ? Qui paiera les fonctionnaires ? Quelles sont les réserves d’or de la banque centrale du nouvel Etat ? Comment gérer le fort endettement de cette province ? Quelles garanties donnera t elle de sa solvabilité ? ET cette liste est loin d’être exhaustive…

On a l’impression que les indépendantistes se sont dit ceci : on proclame d’abord l’indépendance et pour le reste on verra après. J’ajoute qu’aucun état au monde ne reconnaîtra un tel Etat. Et, pour le moment, les auteurs de cette indépendance entre guillemets vont devoir répondre de leurs actes devant les tribunaux. Tout en respectant la présomption d’innocence, fondement indispensable de la vie démocratique, il faut rappeler que cet acte est passible de trois décennies de prison. Sans compter les dommages pour lesquels les banques, les entreprises et autres acteurs économiques vont pouvoir demander réparation. Je rappelle que de grandes banques sises à Barcelone ont déjà déménagé leur siège social… Et qu’elles vont être suivies par d’autres grandes compagnies. De site florissant et relativement prospère, cette partie de l’Espagne va probablement sombrer dans le marasme économique. Ceux qui ont copieusement arrosé cet acte insensé la veille, se réveilleront ce matin avec ce qu’il faut bien appeler la gueule de bois..

Ma question est : comment des gens aussi éduqués, aussi instruits, aussi équilibrés, ont-ils pu se laisser entraîner dans une telle impasse ?

Car c’est littéralement une impasse : ce fameux article 155 a été mis en marche ; il met toute la Catalogne sous tutelle administrative depuis Madrid. La police, la justice, la télévision, les services publiques, les hôpitaux, tout ce qui vit et agit dans cette province va passer sous tutelle. Certes, certains parlent de désobéissance civile, je crains plutôt qu’il faille parler de guerre civile.

Car les autorités madrilènes, soutenues par l’Europe entière, ne vont pas se laisser impressionner. Elles utiliseront la force, s’il le faut, et les tribunaux leur donneront le droit d’agir à leur guise. Sans même parler des destitutions qui sont en cours. On parle même de l’éventualité d’arrêter les principaux acteurs de ce que Madrid considère comme une sinistre mascarade… Lorsque les forces de sécurité de Madrid ont reçu l’ordre d’entraver le déroulement du référendum (illégitime et illégale, de toutes façons) on a vu à la télévision comment les choses se ont passées.

Je comprends que Madrid ne veuille pas parler avec des gens qui créent un fait accompli et après coup, appellent à la négociation. Mais pour négocier quoi ? Le non-négociable ? Impossible ! Je persiste à croire que le petit jeu du président catalan déchu était intenable sur la durée : c’est ce qui lui firent comprendre les partisans de la gauche extrême de sa région. Et, ne pouvant plus reculer, au risque de faire éclater sa coalition, il a tout bonnement cédé.

En effet quand il a parlé d’indépendance en disant dans le même souffle qu’il la suspendait, cela m’a fait penser à un raisonnement de Hegel parlant de Dieu, mais Hegel, lui au moins, compte parmi les hommes les plus intelligents que la terre ait jamais portés, ce qui n’est pas le cas de notre bon petit ex-président catalan. Hegel a dit : Dieu est, sans être, tout en étant.

Certes, il faudra peut-être réparer certains points que les Catalans considèrent comme une injustice ou un mauvais traitement, mais de là à agir comme certains l’ont à Barcelone, il y a un monde.

Mais revenons pour finir à Hegel qui a fait que cette formule connût une vaste notoriété alors que dans le cas qui nous occupe, ces simagrées seront balayées par le vent de l’Histoire…

09:40 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cher Professeur,
Et si nous faisions un comparatif entre les réactions européennes à la démence politique des dirigeants catalans et les mêmes réactions européennes non seulement à la démence mais aussi au terrorisme arabes qui prétendent obtenir un état palestinien sur les ruines d'Israël ?
Et que dire des réactions internationales aux revendications kurdes ?
L'indépendance catalane n'a pas plus de sens que la création d'un état palestinien. Alors que la création d'un état kurde aurait du sens. Mais haro sur la Catalogne et les kurdes et soutien aux arabes. La Catalogne hors de l'Espagne est une imbécilité gauchiste, l'état palestinien un acte antisémite ni plus ni moins, et le non soutien aux kurdes une énorme, oui une énorme lâcheté politique.
L'Europe telle qu'elle fonctionne est décidément à vomir. Elle ne sait que soutenir ou rejeter les horribles imbécilités de nos gouvernants. Elle a perdu de vue son objectif de travailler à l'harmonie - pas l'uniformité - entre les peuples.

Écrit par : Alain | 28/10/2017

Les commentaires sont fermés.