17/10/2017

Le résultat des élections législatives en Autriche

On a l’air de s’étonner de ce qui se passe en Autriche. Il était absolument prévisible que des petits pays, de forte tradition catholique, comme l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, pour ne citer que les plus connus, réagissent ainsi contre ce qu’ils considèrent comme un danger majeur pour leur identité nationale et religieuse, l’islamisation ou la menace islamiste. Les chancelleries occidentales avaient voulu mettre la Hongrie, la république tchèque, la Bulgarie, etc… à l’index, en raison de leur refus réitéré d’accueillir des réfugiés musulmans ou arabo-musulmans, sans comprendre, je ne dis pas justifier, les causes d’une telle attitude. Pour la Hongrie, il ne faut pas perdre de vue que la magyarisation a été le bouclier anti-ottoman. Pour l’Autriche, il ne faut pas oublier que les armées ottomanes campaient il y a environ un demi millénaire, aux portes de Vienne. Quant à la Pologne, en dépit de ses dérives autoritaires récentes, sa population considère le catholicisme comme le ciment unificateur de l’identité nationale;: il y a une fusion entre l’appartenance religieuse et l’appartenance nationale. En termes clairs, pour être un Polonais authentique, ces gens considèrent qu’il faut être catholique Imaginez ce que cela a impliqué pour les trois millions de Juifs résidant en Pologne avant la seconde guerre mondiale…

Pour l’Autriche, il y a en plus, un élément bien particulier;: pour qui connaît Vienne ou y a séjourné suffisamment longtemps, l’imbrication du pays dans l’arrière-pays de l’Europe centrale (Mitteleuropa, terme forgé par les généraux prussiens) est frappante;: les panneaux indicateurs au cœur de Vienne donnent les noms suivants, Budapest, Prague, Bratislava, etc…. En outre, Vienne est passée de superbe capitale de l’Autriche-Hongrie, la double monarchie, au chef-lieu d’un pays de moins de dix millions d’habitants. Quel rabougrissement;!

Dans l’esprit de l’électeur autrichien moyen, un afflux massif de populations non européennes est proprement inacceptable. D’où la montée en puissance des partis conservateurs et d’extrême droite. Vu de l’extérieur, même en Europe, cela paraît dangereux, inacceptable, mais pour l’Autrichien moyen, c’est presque une mesure de sauvegarde nationale. J’ajoute que les attentats un peu partout en Europe ont montré les limites d’une politique d’ouverture. Même la chancelière allemande dont j’avais signalé le fameux talon d’Achille en la matière récemment et ici-même, a dû modérer ses ardeurs et limiter l’accueil des réfugiés à 200.000 personnes pour l’année suivante. Je rappelle que précédemment, son pays avait accepté de recevoir plus d’un million de réfugiés. Cela a pulvérisé la fameuse raréfaction des visas d’entrée dans l’Union Européenne, d’autant que ces nouveaux venus sont motivés par la situation économique.

Il y aura à Vienne certainement un gouvernement des conservateurs et de la droite extrême puisque, le corps électoral leur a donné la victoire, les social-démocrate, arrivée en seconde position, n’attire plus personne.

Il y a quelques années, du temps de Jörg Haider, l’Union Européenne avait poussé de hauts cris et exclu de facto l’Autriche de toutes les grandes décisions. Il est peu probable qu’il en soit ainsi cette fois-ci. Penchons nous un instant sur la nouvelle situation;: les choses ont changé, les questions de replis identitaires, d’invasion islamique, voire d’islamisation, occupent les esprits. Voyez les 10 millions d’électeurs de Marine Le Pen qui aurait très bien pu crever le plafond de verre, n’;était la thèse de Florian Philippot sur la souveraineté monétaire;: elle aurait fait plus de 40° si elle avait eu le courage de prendre ses distances. Tant d’idées que l’on n’osait pas jadis exposer clairement font la une des journaux. De plus en plus de gens doutent légitimement de l’insertion réussie de toutes ces populations qui se débattent dans des difficultés sans nom.

J’ai entendu hier un ancien ministre de la ville dire son découragement;; il rappelait que le ministère de la ville avec Jean-Louis Borloo avait englouti des dizaines de milliards, (et ce déjà du temps de Michel Rocard), mais sans résultats tangibles. Les choses auraient même empiré selon les spécialistes. On peut s’interroger sur la résistance du corps traditionnel français à intégrer des gens issus d’autres cultures, c’est-à-dire non-judéo-chrétiennes. Tous ces gens se sont retrouvés parqués dans des cités sans âme, déshumanisés, pleins de rancœur à l’égard d’une socio-culture qui les rejette, sans le dire vraiment.

Vous comprenez mieux à présent les hésitations, voire les refus des Autrichiens d’accueillir des gens chez eux, qui ne sont pas de la même culture. Faut-il condamner cette attitude? Cela ne servira à rien. Leurs idées se sont enracinées dans l’esprit des gens dont on a fait vibrer la fibre nationaliste et religieuse. Allez faire comprendre à quelqu’un que les églises resteront des églises, les synagogues des synagogues et des temples protestant des temples…

L’Europe doit comprendre qu’il faut appeler un chat un chat. L’Etat Islamique est en très mauvaise posture dans la zone syro-irakienne. Des milliers de djihadistes battus et haineux vont chercher à regagner les pays d’Europe dont ils sont devenus les ressortissants. Et déjà la crainte d’attentats étreint les gouvernements. Au point que la ministre française des armées a clairement souhaité que ces combattants soient tués sur place… Et personne n’a osé le lui reprocher.

Le défunt chancelier Helmut Kohl avait reproché à l’UE d’être un club chrétien car on refusait d’y admettre la Turquie… Je crois qu’il ne mesurait pas l’étendue de l’inquiétude des gouvernements et des populations. S’il y avait un référendum sur question en France, les électeurs voteraient non à plus de 80%.

L’Europe devait renforcer son identité culturelle. Elle doit retrouver son âme.

08:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Cher Professeur,
Même les juifs, si respectueux de l'Autre, se sont révoltés et ont pris les armes (Juda Macchabé, Bar Kochba) quand des étrangers ont voulu leur imposer une autre culture, une autre religion.
Et, cher Professeur, un juif si pointilleux sur la préservation de son identité peut-il reproché à l'Autre de vouloir aussi préserver la sienne ?
Helmut Kohl, le réunificateur de l'Allemagne et donc un grand chancelier, a aussi ses défauts et ses manques. Evitez de les souligner :).

Écrit par : Alain | 17/10/2017

Vous avez omis, Monsieur, de préciser que les armées ottomanes ne sont pas entrées à Vienne grâce à Jan III Sobieski, le roi de la Pologne, et ses soldats. A propos de la situation de Juifs en Pologne avant la seconde guerre mondiale, je vous invite de lire sur Wikipedia l'histoire de synagogues en Pologne d'avant la guerre et de regarder quelques photos de ces magnifiques lieux de culte, dont quelques uns fondés par les nobles polonais.
Au plaisir de vous lire,
amb

Écrit par : amb | 17/10/2017

Les commentaires sont fermés.