04/10/2017

La fête des tabernacles, Soukkot.

Dans le monde entier, dès ce soir, tant en Israël que dans le reste du monde, les Juifs entament la fête de soukkot (pluriel de soukka, cabane). Il s'agit de se souvenir de ces cabanes que Dieu a installées dans le désert afin d'abriter la traversée du désert des enfants d'Israël.

La tradition veut que l'on y prenne tous ses repas, voire même d'y dormir, en souvenir de la traversée du désert, suite à la sortie d'Egypte. Mais philosophiquement, le sens de cette fête est plus profond. Le thème est clair: si les lois du monde terrestre s'étaient appliquées sans restriction, sans intervention divine, le peuple juif aurait dû disparaître sans laisser de trace. Comme tant de peuples dont parle la Bible mais ont été perdus pour toujours. Grâce aux interventions divines, directes ou indirectes, visibles ou invisibles, le peuple d'Israël a survécu afin de porter plus avant sa vocation dans ce même monde.

C'est pour témoigner leur reconnaissance au Seigneur que les juifs quittent pendant toute une semaine des maisons bâties en dur pour vivre sous des feuillages, comme leurs ancêtres après la sortie d'Egypte. Ils témoignent aussi de leur acceptation de la loi divine, sans laquelle ils n'auraient pas survécu.

C'est aussi une fête joyeuse, suite aus solennités du mois de tichri (septembre) où l'on commémore le Nouvel An et la journée redoutable de Kippour, où le jeûne de 24heures est de rigueur

Ces fêtes n'en sont pas, ce sont des actes austères où les enfants d'Israël prient Dieu de les inscrire dans le livre des vivants. Mais ils prient aussi pour le reste de l'humanité, à l'instar de leur patriarche Abraham qui, mieux que Noé, pria non seulement pour lui-même mais aussi pour les autres, notamment pour les villes pécheresses, pour Isaac et pour Ismaël. Sans oublier sa propre femme Sarah, frappée d'une stérilité temporaire.

Les religions, dans leur ensemble, se nourrissent de rites et de métaphores pour s'ancrer dans la vie quotidienne des gens. C'est aussi le sens de soukkot où le fameux bouquet festif symbolise l'unité organique du peuple juif: il y en a qui n'ont aucun mérite, d'autres qui ont tous les mérites et d'autres qui en ont certains mais pas tous. Unis, à l'instar du bouquet festif, ils constituent une totalité acceptable aux yeux du Seigneur.

C'est une façon de célébrer l'unité profonde du peuple d'Israël aux yeux de Dieu.

17:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Tout d'abord je vous souhaite bonnes fêtes Nouvel an, Yom Kippour et Soukkot.
Merci Monsieur Maurice-Ruben Hayoun pour ce beau texte qui me laisse sentir une grande bonté de cœur et une soif pour que la paix puisse régner dans tous les cœurs quelques soient les appartenances religieux ou géographiques.
Dommage que la désinformation est beaucoup plus puissante que les beaux gestes qui surgissent de temps en temps par-ci, par-là, et qui retarde la naissance du monde nouveau dans lequel LE TRAVAIL BIEN FAIT sera notre religion commune.
Merci encore et bonne journée.
Mohamed Bellahsen
Royaume du Maroc.

Écrit par : Bellahsen Mohamed | 05/10/2017

Monsieur
Je lis régulièrement vos chroniques , toujours très fines et soulevant des questions
Je relève votre propos " le peuple d Israël ..... Porter plus en avant sa fonction dans le monde "
Je ne vois pas malheureusement beaucoup d enfants d Israël qui ont cette notion dans leur intellect
Cependant j adhère aux 4 espèces de souccot symbole de l unité d Israël
Bien à vous
Hag sameah

Écrit par : Magen | 10/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.