01/09/2017

Le drame français 

C’est plutôt triste de devoir faire un tel constat le jour même de la rentrée générale, un 1er septembre ! Nous ne parlerons pas du suicide français car le titre est déjà pris et surtout parce notre propos s’oriente différemment. Il ne s’agit pas ici de critiquer ce qui se fait ou ne se fait pas, il s’agit d’analyser l’opinion que les habitants de ce pays se font d’eux-mêmes. Ce qu’ils croient être encore, ce qu’ils imaginent et comment cet imaginaire se fracasse au premier contact avec le réel.

Le pessimisme, le «déclinisme», le spleen ne sont pas mon fort. Mais j’avoue que les débats occasionnés par la publication (enfin) des ordonnances concernant la loi travail sont assez édifiants. Voici une série d’ordonnances que je ne suis pas en mesure d’analyser faute de compétence mais dont je peux comprendre l’utilité, malgré quelques imperfections puisque la perfection n’est pas de ce monde… Mais la France contemporaine se penchera-t-elle un jour, enfin, sur sa vraie valeur ?


Depuis des décennies – et les différents partis politiques ici le reconnaissent dans fard - la France ignore obstinément sa vraie situation et regarde ailleurs. Les mises en garde de la chancelière allemande, les fiascos de certaines conférences internationales, les résultats plus que décevants au plan socio-économique (malgré une embellie que l’on souhaite durable), le chômage qui commence tout juste à décroitre mais qui reste l’un des plus hauts d’Europe, tous ces indices n’ont pas réussi à convaincre les Français qu’ils ne sont plus ce qu’ils croient être.

Quelques rappels : il y a quelques décennies, le secrétaire d’Etat US Henry Kissinger disait avec une cruauté plutôt raffinée que la France était une grande puissance de taille moyenne! Plus proche de nous, le premier Ministre François Fillon se déclarait à la tête d’un Etat en faillite… Et toutes ces déclarations, et bien d’autres, n’ont pas réussi à convaincre les habitants de ce pays qu’ils se reposaient sur leurs lauriers et que le réveil risquait d’être brutal.

Un important diplomate allemand, aujourd’hui à la retraite après avoir été en poste à Paris, me disait lors d’un déjeuner que si l’on continuait sur cette lancée, la France serait en cessation de paiement, comme… la Grèce ! Imaginez ce que fut ma digestion à l’issue de ce déjeuner.

La France continue de se gargariser de phrases creuses comme l’exception culturelle française, le modèle social français, la qualité de vie à la française !! Mais personne ne veut parler franchement aux gens et leur dire la vérité. Si le Français moyen avait l’intelligence ou la chance de vivre un peu à l’étranger, de lire la presse ou de regarder une télévision étrangère, il tomberait de très haut. Mes longues années de professeur à Berlin, Heidelberg, Genève et Bâle, sans omettre de brefs passages à New York lors de l’octroi d’une bourse Fullbright Commission m’ont appris à prendre cum grano salis les proclamations de tant de gouvernements, de gauche comme de droite. Et cette remarque m’offre une transition avec la période actuelle et l’arrivée de Emmanuel Macron à la tête de l’Etat.

Ne revenons pas cruellement sur ces bévues initiales lorsqu’un tout jeune homme s’installe aux commandes et s’imagine qu’en appuyant sur un bouton (encore faut-il que ce soit le bon) il va tout changer, il va convaincre l’opinion public ou, en faisant de la communication, il va donner l’impression d’agir… Tout ce que fait l’actuel président n’est pas nécessairement mauvais, il faut même lui donner du temps mais il doit d’abord regarder la France droit dans les yeux. Cette expression avait été utilisée lors des vœux de nouvel an par Monsieur Valéry Giscard d’Estaing, effrayé par un monde devenu incontrôlable : si quelqu’un vous dit qu’il sait ce qui va nous arriver, regardez le droit dans les yeux et ne le croyez pas…

Le gouvernement actuel n’est pas meilleur que ses prédécesseurs mais il n’est pas pire, non plus. Bien qu’il soit difficile de tomber plus bas que le précédent gouvernement.  Son défaut majeur est d’être constitué de simples technocrates dans un pays qui adore la politique, les débats et les élections à tout va, au point d’en avoir une indigestion.

Le président vient tout juste de s’en rendre compte : Jupiter se met soudain à douter. Et pour réagir, il accorde une interview fleuve à un hebdomadaire.. Nous attendons les retombées que nous espérons bonnes pour lui. Ce qu’il y a de dramatique dans cette situation, c’est que personne ne s’est encore levé pour nous dire l’état réel du pays : ne vit-il pas au-dessus de ses moyens depuis de longues années, creusant impunément des déficits abyssaux et rejetant toute mesure d’économie afin de réduire progressivement les dysfonctionnements. L’actuelle loi offre un excellent banc d’essai . Elle essaie de tenir la balance égale entre les intérêts des employeurs et ceux des salariés. Et c’est là que le bât blesse !

L’histoire syndicale de ce pays est l’histoire de la haine sociale opposant les uns aux autres. Séquelles d’une lointaine Révolution qui n’a pas résolu le problème ? Pourquoi en va-t-il autrement en Allemagne ou en Grande Bretagne ? Pourquoi cette haine viscérale des uns contre les autres ? Il y a quelques années, une femme communiste, ancienne ministre je ne sais où, disait en parlant des grèves : les grèves, cela doit faire mal, très mal… Pensez-vous que le journaliste qui l’interviewait l’a corrigée en disant qu’il était indigné ? Pas du tout. D’ailleurs, l’essentiel de la presse, à de rares exceptions près, adopte une posture idéologique.

Mais alors qui va ouvrir les yeux de ce peuple, quand marchera-t-il enfin vers la lumière, si l’on me permet cet emprunt au prophète Isaïe… Georges Pompidou avait dit un jour que ce dilemme social en France ne serait réglé que par un homme caqué et botté qui trancherait ce nœud gordien… Heureusement, cela ne s’est pas produit. La France ne peut pas continuer à vivre au-dessus de ses moyens. Il faut qu’elle se réforme, même si la réforme est dure et comporte tant de privations.

Quel pays peut continuer à soigner des gens venus des quatre coins du monde, pour rien ? Comment assumer ce déficit de plusieurs milliards ? Le service publique français, cette intouchable vache sacrée, justifie-t-il tous les écarts ? J’ai été sensible aux protestations des retraités et des étudiants qui voient leurs maigres ressources amputées de quelques dizaines d’Euros. Et voilà que déjà l’agenda des grèves du mois de septembre se garnit à grande vitesse. Les gens ne comprennent plus l’utilité des sacrifices qu’on leur demande, ils consentent de moins en moins à l’impôt. C’est grave car sans cette redistribution, il n y a plus de cohésion sociale. C’est-à-dire la dislocation du groupe social.

La France devrait cesser de jouer à la grande puissance au niveau mondial. Qu’elle restaure déjà sa position et son renom au sein de la petite Europe. Qu’elle reste à sa place. Les rêves de grandeur (l’indépendance nationale, une certaine idée de la France, etc…), reliquat d’un gaullisme qui n’est plus d’actualité, sont creux. Il faut se réveiller et viser ce qui est à la portée de ce pays.

Je finirai en me référant à une phrase de Bismarck après la guerre de 1871. Il avait intelligemment opposé la Kontinetalpolitik à la Weltpolitik. M. Macron devrait se contenter de la Kontinentalpolitik !  L’urgence, c’est de réformer la France et je pense qu’il a déjà commencé. En qualité de professeur des universités, j’ai accueilli avec une certaine gêne la perspective selon laquelle tous les bacheliers de France n’avaient pas vocation à aller dans l’enseignement supérieur.

En Allemagne, cela fait des siècles qu’on l’a compris et que l’apprentissage est fort bien vu. Ici, ce n’est pas le cas. Les gens de ma génération se souviennent de ce qu’on disait aux élèves académiquement moins doués que les autres, mais tout aussi valables et prometteurs, dans d’autres filières. On va vous orienter, leur disait-on. Et cela était vécu par les élèves et leurs familles comme un douloureux déclassement.

10:33 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

La France se fait coloniser par ses colonies, elle confond "donner et se laisser prendre". ça me fait mal de voir ça mais j'ai aussi peur que la Suisse ne se laisse avoir alors qu'elle n'a jamais coloniser personne.

Écrit par : Maendly Norbert | 01/09/2017

J'apprécie beaucoup le soin que vous prenez à définir la situation actuelle de la France.
Il semblerait que les Français aient une grande difficulté à voir l'ensemble, mode qui est dans l'air du temps où tout doit aller vite et être résolu par des mesures miracle. Chaque groupe crie haut et fort son mécontentement ou son désaccord perçu à partir de son propre espace, avec des slogans qui servent de mots-clefs, sans tenir compte vraisemblablement de la place de son îlot dans la nation toute entière et son territoire global.
Un octogénaire savoyard me disait l'autre jour avec philosophie et résignation que les gens ne se réveilleront que lorsqu'il y aura une troisième guerre mondiale...
A voir le déluge au Texas, on peut aussi dire qu'un déluge se prépare et qu'il vaut la peine de préparer son arche...

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/09/2017

En Belgique, parait-il que l'on pose la question suivante : savez-vous pourquoi les autoroutes belges sont éclairées la nuit et pas les autoroutes françaies ?
Et bien parce que les français se prennent pour des lumières...
Je doute que les belges fassent référence en l'occurrence à l'"Aufklärung" à la française...

Écrit par : Alain | 01/09/2017

Les commentaires sont fermés.