22/07/2017

La lutte autour des lieux saints à Jérusalem

La lutte autour des lieux saints à Jérusalem

Quand on voit les tristes développements de  toute cette affaire on a du mal à discerner par quel cheminement on en est arrivé là où nous sommes.

Il y a quelques jours, deux policiers israéliens ont été lâchement assassinés par des terroristes arabes d’Israël ; les deux hommes étaient en faction près d’une porte de la vieille ville. Ls terroristes ont bénéficié de complicités comme le montre, sans la moindre discussion possible, les films de la vidéosurveillance. Le gouvernement israélien qui exerce sa souveraineté sur tout le territoire de la cité du roi David, sans toutefois avoir la haute main sur la mosquée en tant que telle (gérée directement par les Jordaniens) a dû prendre des mesures, et ce pour plusieurs raisons : d’abord, au plan intérieur et extérieur, il est responsable de la sécurité des personnes et des biens ; ensuite il ne peut pas permettre que les terroristes transforment un lieu saint en arsenal, et enfin il se devait de prendre des mesures pour empêcher que de telles attaques ne se reproduisent.

Les autorités militaires et policières ont fait valoir le fait suivant : en raison de la topographie des lieux saints, les cours de la mosquée Al aksa surplombent quelque peu le mur dit des Lamentations où des milliers de Juifs viennent prier tous les jours. Si des terroristes jetaient d’en haut des grenades ou des explosifs sur les fidèles en oraison, ce ne serait pas deux mais plusieurs dizaines de victimes qu’il faudrait alors déplorer. Et, en règle générale, un lieu où l’on vient prier ne saurait se transformer en zone de guerre. C’est fort de ces considérations que l’Etat d’Israël a installé les portiques de sécurité autour desquels se cristallise tout le problème.

Voyons aussi le problème du côté des Arabes. Selon eux, cette installation des portiques de sécurité ne sert la sécurité qu’en apparence, les Israéliens pratiqueraient une tactique de grignotage visant à priver, en fin de compte, les Arabes de leur lieu de prière.

Cette version des faits peut se comprendre mais elle ne résiste ni à la critique ni même à l’examen impartial. Que dirait on d’un Etat souverain qui laisse les armes circuler en toute liberté, qui permet qu’on tue ses policiers en toute impunité ? Une telle situation serait intenable et injustifiable.

Alors, pourquoi tant de graves incidents autour d’un tel malentendu ? C’est qu’aucune confiance n’est disponible, chacun prêtant à l’autre des noires arrière-pensées qu’il n’a pas toujours. Comment sortir de la crise dont tout le monde se mêle, jusques et y compris le président turc qui fait preuve de modération et d’activisme à la fois ? Ce qui est étonnant, venant de sa part. On note, cependant, que l’Egypte et l’Arabie saoudite font preuve d’une grande retenue, malgré les protestations d’usage, mais c’est vraiment le service minimum.

Il faut donc souhaiter que les choses rentrent dans l’ordre, même si ce problème entre Israéliens et Palestiniens, et au-delà entre Juifs et Arabes, ne disparaitra pas de sitôt.

Une dernière remarque : j’ai toujours pensé que ce conflit israélo-palestinien avait des racines religieuses profondes. Ce n’est sûrement pas le fruit du hasard si la scène s’embrase autour d’un problème religieux. J’ai toujours pensé qu’on aiderait puissamment à la résolution de ce conflit en déblayant le terrain au plan théologique. Il y a trop de haines recuites, notamment du côté arabe qui ne peut pas vivre avec l’idée que le drapeau des Juifs flotte fièrement au=dessus de leurs têtes et de leurs mosquées. Et pourtant, du point de vue du principe de réalité, il faudra bien s y faire.

Et puis, il existe d’autres moyens de s’entendre et même de cohabiter y compris avec des ennemis. Si les choses ne se calment pas rapidement, de grands changements sont à craindre au sein de la société israélienne qui doute de plus en plus de la possibilité de s’entendre avec ses voisins. Et le statut,  la question de l’avenir des Arabes israéliens va se poser en des termes encore inconnus à ce jour.

08:20 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

Commentaires

Il serait temps de faire comprendre ce que le gouvernement Israélien a compris c'est à dire qu'ils ne faut pas se laisser influencer par des mouvances Européennes ou touristes en mal d'occupation
C'est un confit qui doit se régler entre israéliens et Arabes
Quand on sait les nombreux étudiants sans travail on comprend qu'ils soient partout et veuillent se mêler de tout y compris au niveau politique
De nombreux non internautes sont de cet avis
Bonne journée Monsieur Hayoun

Écrit par : lovejoie | 22/07/2017

Cher Professeur,
D'abords, c'est bien de pouvoir à nouveau lire vos billets.
Ensuite, le devoir d'Israël est de protéger ses citoyens et de permettre à tous de prier sur leur lieu de culte. L'interdiction faite aux juifs de prier sur le Mont du Temple est simplement ignominieuse. Autant que les agissements des arabes, israéliens ou non.
Bien sûr que c'est une question religieuse, qui remonte à plus de 1400 ans.
Quand les juifs d'Arabie ont refusé de se convertir à Mahomet. Vous connaissez certainement mieux l'histoire que moi, Professeur.
Aujourd'hui, Israël paye la faiblesse de Dayan et de Meir qui ont laisse le Mont du Temple aux jordaniens, qui avaient pourtant perdu la guerre (des 6 jours). Il serait juste temps de réparer cette faute et d'assurer, d'assumer la souveraineté d'Israël sur tout son territoire : Jérusalem unifiée (et libérée, je vous le rappelle, en 67) y compris le Mont du Temple, la Judée-Samarie, le Golan, voire Gaza.
Et expulser purement et simplement les arabes que cela dérange et qui ne prêtent pas allégeance en bonne et due forme à l'état d'Israël.
Comme on dit dans la campagne française : "chacun chez soi et les vaches seront bien gardées". La paix n'adviendra que lorsqu'Israël assumera ses victoires militaires et imposera au monde ses légitimes revendications et le respect de son droit à l'existence. Ce qui n'est toujours pas le cas.

Écrit par : Alain | 22/07/2017

Pourquoi les musulmans refusent ils de passer des portiques anti-métaux. Leurs âme seraient elle faite de métal. Pour prier est il nécessaire d'avoir sur soi du métal ?
Je ne comprend pas cette attitude. Tous les lieux sensibles du monde doivent être équipées de systèmes propres a protéger des attentats leurs utilisateurs. l'assassinat de deux policiers n'est il pas suffisant à justifier de telles mesures. Opposer une croyance qu'elle q'elle soit à la sécurité des individus qui ne cherche qu'a se rendre sur un lieu de prière est déjà en soit un acte criminel.

Écrit par : Maendly Norbert | 22/07/2017

Ces tensions entre israel et la Palestine me font penser aux histoires des nombreux crimes ressortis des limbes de la part d'habitants de la Franche Comté pour dégouter tous les ceux désireux de s'y installer
La France se régale des peurs collectives et le plus marrant c'est de voir les nombreux Français partis s'établir en Israel
De nombreux Suisses y vont régulièrement passer leurs vacances ayant appris dès 2003 à surpasser ces peurs souvent exacerbées grâce à la concurrence entre agences de voyages
Le vinaigre n'a jamais attiré les mouches !

Écrit par : lovejoie | 24/07/2017

Al-Aqsa n`est que la pointe de l`iceberg. En fait, tout tourne toujours autour du probleme non-réglé des Palestiniens qui n`en finit pas de déstabiliser la région et, au-dela, de pourrir la vie politique internationale. Dans l`état actuel des mentalités, ni la solution du "un État" ni celle de "deux États séparés" ne sont pratiquables. D`autre part, l`identité nationale palestinienne étant tellement récente qu`elle ne devrait pas pouvoir tout bloquer comme elle le fait maintenant. Les politiques et les intellectuels de la communauté internationale devraient donc avoir le courage de dire que la seule solution pratiquable serait d`attribuer a la communauté palestinienne un territoire éloigné d`Israel ayant suffisamment d`atouts naturels pour permettre une autonomie économique a une population a composante principale d`agriculture. Ce territoire existe peut-etre meme en Europe Centrale, il suffirait d`en retirer les terres arables aux quelques multinationales agricoles qui en ont la jouissance, quitte a ce que celles-ci concluent par la suite des contrats avec les palestiniens nouveaux propriétaires. Évidemment, on sort la du cadre du "politiquement correct" mais il faut savoir ce qu`on veut, un état de guerre interminable ou la paix. Dommage qu`Ariel Sharon soit mort prématurément, avec son courage et sa volonté de fer estimés meme par beaucoup de ses ennemis il aurait probablement résolu la question.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

Sans vouloir sortir du sujet, il me semble que la solution d`attribuer aux Palestiniens un nouveau territoire quelque part en Europe Centrale ou de l`Est pourrait peut-etre solutionner du meme coup et au moins partiellement le probleme des quelques millions de tsiganes de ces régions qui, faute d`un marché du travail qui puisse les accueillir, ne cessent de s`enfoncer dans une misere abyssale. En ce moment, les tsiganes sont les Palestiniens d`Europe Centrale et tout le monde a l`air de s`en fiche royalement.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

Accorder un état aux Palestiniens en Europe centrale ? Voilà qui va plaire aux Polonais et aux Hongrois...
La place des "Palestiniens" est en Jordanie. Il suffit de regarder un carte...

Écrit par : Géo | 24/07/2017

Ce lieu est le véritable coeur du conflit.

En terme historique, il a d'abord été le temple des juifs. Ce n'est qu'après que les chrétiens puis les musulmans se le sont approprié.

Pour le monde chrétien (et parfois dans son inconscient), reconnaître que les juifs ont la légitimité d'y retourner s'oppose à leur vision que la dispersion d'Israël résulte de l'hérésie du peuple juif et que la légitimité a été restaurée en Jésus.

Et pour le monde musulman, reconnaître que les juifs ont la légitimité sur ce lieu revient à légitimer qu'Isaac est le fils héritier d'Abraham et non Ismaël.
En conséquence, le retour d'Israël sur ce lieu est une question existentielle et inacceptable.

L'Islam le combat dans divers affrontements que l'on observe sur le terrain mais aussi en politique internationale. La chrétienté le combat de façon plus subtile en délégitimant systématiquement Israël, par exemple au travers du récent vote de l'UNESCO.

On est pas sorti de l'auberge...

Écrit par : archi-bald | 24/07/2017

@Géo La carte n`est pas tout car la Jordanie manque de terres arables et déja la plupart des Palestiniens y vivant sont dépendants de l`aide internationale. En effet, je pensais particulierement a la Hongrie mais aussi a la Roumanie qu`une grande partie de la population active a quittées ou est en train de quitter pour s`établir principalement dans les grandes villes allemandes et anglaises sans idée de retour. Dans ces deux pays, les villages et pas mal de petites villes se vident et la main d`oeuvre commence a cruellement manquer dans tous les secteurs, surtout en Hongrie. Évidemment les partis d`extreme-droite ultranationalistes seraient furieux d`accueillir une population nouvelle mais ces partis ne représentent qu`une relativement petite fraction des électeurs (environ 10% en Hongrie) et ils ne sont pas a craindre car ils aboient bien plus qu`ils ne mordent.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

JJ@ Votre ingénierie sociale est tout aussi compliquée à mettre en place que l'ingénierie agronome qui créerait des terres arables en Jordanie. Qui dépendent de l'eau d'abord, il suffit de demander aux Israéliens, spécialistes mondiaux en la matière...
Les terres d'Europe centrale seront bientôt réinvesties par les Européens, le processus est déjà en cours. Très fertiles, plates...

Écrit par : Géo | 24/07/2017

@Géo La Jordanie est dans l`essentiel un désert. Pour en faire une terre fertile il faudrait un océan d`eau douce alors qu`il n`y a pas meme d`eau salée. Si les Israéliens n`ont pas réussi a transformer leur propre désert malgré leur génie technologique, ce n`est pas en Jordanie qu`on y arrivera. S`il est vrai qu`il y a de l`eau potable sous les déserts de Libye, il y a aussi des populations tres belliqueuses alors que dans le Bassin des Carpathes il y a de l`eau, de la terre, et de moins en moins de jeunes. Les terres d`Europe Centrale sont déja "réinvesties" comme vous dites mais par les multinationales de l`agro qui y font de l`intensif ultra-mécanisée avec emploi massif de pesticides dans le seul but de faire un max de profit au détriment de l`environnement.

Écrit par : JJ | 24/07/2017

JJ@ "Évidemment les partis d`extreme-droite ultranationalistes seraient furieux d`accueillir une population nouvelle..."
Coincidence, je suis en train de lire le livre de Raymond Courvoisier, ancien délégué du CICR devenu directeur de l'UNRWA. C'est peu dire qu'il est très pro-palestinien...
En 1953, une expédition menée par lui visite les régions traversées par le Khabour, une immense contrée que le Gouvernement de Damas offre pour installer les Palestiniens. Des cavaliers apparaissent. Très accueillants et hospitaliers. Mais dès qu'ils apprennent de quoi il s'agit, leurs visages se ferment :
"- Ici nous sommes chez nous, et seuls les hommes de cette région peuvent y vivre. Les hommes du bord de mer, les citadins mourraient. Il ne faut pas qu'ils viennent." p.227 "Ceux qui ne doivent pas mourir"

Sans autre commentaire de ma part...

Écrit par : Géo | 24/07/2017

ou comment réparer l'incroyable décision des frontières factices décidées par les britanniques

Écrit par : divergente | 24/07/2017

Les commentaires sont fermés.