10/04/2017

L'élection présidentielle française vue de New York

Mais quelle histoire. Ici, sans télé ni journaux français mais avec l'application BFM TV sur le smartphone on prend ses réelles dimensions et on réalise ce qu'on est, par rapportt au reste du monde: peu de choses, hélas, trois fois hélas. Il est loin le temps où le général de GAulle et son idée de la France ne sont plus d'actualkité. Ni la grandeur de la France...

Un exemple tout simple: alors que chez nous, l'idée du travail le dimanche a mis des millions de gens dans les rues de France, hier, dimanche, en plein Madison, tout etait ouvert, je dis bien tout au point que je me demandais que jour on était. Icic, tout est plus pragmatique, plus direct, plus rapide. Ils n'ont aucune idée de la burocratie ni des complications administratives. Mais il y a aussi le revers de la médaille.

Il n'est pas d'être vieux, malade ou chômeur à NY.

Hier soir, avant d'aller domrir, je parlais avec Paul W. de son travail: il se lève à 6heures dyu matin, est au bureau vers 7h et demi, travaille jusqu'à 20 heures et mange en travaillant. Il me raconte la mésaventure de son collègue plus âgé, un homme de 58 ans. Il vient de ^'etre licencié pour non apport suffisant à la société de finances où il oeuvrait. Depuis il cherche vainement du travailk,  il doit vendre sa maison car il ne peut plus en payer les traites...

La suite de la dégringolade ne va pas tarder: divorce, prolétarisation etc.. maladie, etc...

Les François devraient savoir qu'ils ont de la chance et comprendre qu'ils vivent dans un pays de Cocagne en ronchonnant.

Chanez de sport national!!

16:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.