25/02/2017

Israël à la croisée des chemins (al parashat derakhim)

 

 

Israël à la croisée des chemins (al parashat derakhim)

 

 

 

La question des habitations à construire dans des territoires sous administration israélienne mais non reconnus par l’ONU occupe tous les esprits en Israël.

 

 

 

Voici de quoi il s’agit : peut on intégrer à l’Etat hébreu plus de deux millions d’Arabes en annexant ces territoires ? N’irions nous pas vers un Etat binational comme le préconisait Martin Buber sa vie durant ?

 

 

 

Les partisans de la droite israélienne pensent qu’on peut s’en accommoder tout en conservant les structures sionistes de l’Etat juif. A quoi leurs adversaires objectent qu’il n‘en sera rien et que c’est juste une vue de l’esprit. Israël resterait ce qu’il est, même s’il devait administrer une si forte population non juive.

 

 

 

L’avenir d’Israël en tant qu’Etat juif va donc se jouer dans les mois et les années qui viennent. Sauf si une nouvelle majorité venait à se dessiner et à faire pencher la balance dans une autre direction.

 

 

 

Est ce que la solution dite de deux états est réaliste ? Certains considèrent qu’un Etat palestinien arabe ne serait qu’une étape sur la voie de la reconquête totale. Mais depuis les déclarations de D. Trump, certains comme le président égyptien considèrent qu’on pourrait créer un Etat palestinien au sud de Gaza dans le Sinaï égyptien, largement désertique et attendant d’être repeuplé.

 

 

 

Mais voit on vraiment les Palestiniens en haloutsim ? Les voit on faisant refleurir le désert comme le firent les pionniers de la fin du XIXe siècle ?

 

10:04 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Le désert du Sinai, quel somptueux cadeau! A la communauté internationale, ensuite, de nourrir ce nouvel État sorti des sables, n`est ce pas? Vous seriez probablement fou de joie si on vous prenait votre jardin en vous donnant, en échange, un bout de désert rocailleux. Si d`aucuns veulent plus de territoires, pourquoi ne vont-ils pas eux-memes coloniser le désert? Beaucoup d`israéliens ont déja compris qu`un État ne pouvait guere avoir d`avenir sur des bases de sélection religieuse et encore moins ethnique (raciale?).

Écrit par : Jean Jarogh | 25/02/2017

Le probleme, comme souvent, c`est l`extrémisme d`une frange de la population minoritaire mais d`autant plus "bruyante" et intransigeante. Extrémisme des "orhodoxes" et autres nationalistes fanatiques d`un coté, extrémisme de la rébellion armée de l`autre (Hamas). Le premier pas vers une solution viable est donc un gvt israelien qui y soit disposé et, de l`autre coté, le refus clair et net de la violence de la part d`une majorité de palestiniens. Pas besoin d`etre un génie pour voir que les deux extrémismes se nourrissent l`un de l`autre. La nouvelle donne, c`est Trump qui, c`est a craindre, ne fera qu`envenimer la situation. Pour ce qui est de la solution a la question palestinienne, je crois qu`elle ne pourrait de toute maniere pas venir toute prete de la politique mais qu`il faudrait donner l`occasion aux gens de vivre ensemble en paix pendant qqs années apres quoi il leur serait plus facile de décider ENSEMBLE de la forme a donner par la suite a leur coexistence pacifique. Il faudrait pouvoir donner du temps au temps. Il faudrait...

Écrit par : Jean Jarogh | 25/02/2017

"....l’ONU...." Et vous faites référence à l'ONU Monsieur RH? N'êtes-vous pas au courant de l'avoeu de Ban Ki-Moon:

Ban Ki-moon affirme que l'ONU se concentre "de façon disproportionnée" sur Israël

"Des décennies de manoeuvres politiques ont créé un nombre disproportionné de résolutions, de rapports et de comités contre Israël", a déclaré Ban Ki-moon

Ban Ki-moon a déclaré que le volume "disproportionné" des résolutions des Nations unies contre Israël a «freiné la capacité de l'ONU à remplir pleinement son rôle» AFP / Getty
Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré que l'organisation avait un volume «disproportionné» de résolutions contre Israël , ce qui, selon lui, «a empêché les Nations Unies de remplir efficacement leur rôle».

S'adressant vendredi au Conseil de sécurité des Nations unies , M. Ban a déclaré: "Au cours de la dernière décennie, j'ai soutenu que nous ne pouvons pas avoir un parti pris contre Israël à l'ONU.

"Des décennies de manoeuvres politiques ont créé un nombre disproportionné de résolutions, de rapports et de comités contre Israël.

"Dans de nombreux cas, au lieu d'aider la question palestinienne, cette réalité a déjoué la capacité de l'ONU à remplir son rôle de manière efficace".

En réponse, l'ambassadeur israélien à l'ONU, Danny Danon, a déclaré que M. Ban avait «admis la vérité claire», ajoutant que l'hypocrisie de l'ONU envers Israël avait «brisé des records au cours de la dernière décennie».

M. Danon a poursuivi: "Pendant ce temps, l'ONU a adopté 223 résolutions condamnant Israël, alors que seulement huit résolutions condamnant le régime syrien comme il a massacré ses citoyens au cours des six dernières années. Ceci est absurde.

"Avec un nouveau Secrétaire Général qui prendra ses fonctions le mois prochain, nous attendons avec impatience la possibilité d'une nouvelle ère d'équité à l'ONU".

http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/ban-ki-moon-united-nations-disproportionate-israel-focus-resolutions-palestinians-human-rights-danny-a7481961.html

Écrit par : Patoucha | 26/02/2017

@Jean Jarogh

"Beaucoup d`israéliens ont déja compris ...."

Vous les avez rencontrés?!

C'est fou tous les "connaisseurs" qui s'expriment ces derniers temps...
On croirait avoir affaire à des pro de la politique.
Dans la blogosphère de la TdG, nous tournons la page très rapidement d'un sujet à l'autre!

Écrit par : Patoucha | 26/02/2017

Est ce vraiment que seul Israel est à la croisée de chemin et qui serait décidée librement par Israel ou c est plutôt aussi ceux sont les Palestiniens et leurs territoires occupés (et non pas disputés, nuance !) qui seront, certes, devant un carrefour et qui seront obligés de choisir entre un plan A ou B ou C ...?

Le drame qui va guetter tous ces plans est le risque certain d aboutir à un Apartheid qui deviendrait institutionnel, légal et voire même « moral » comme les fameuses et éternelles colonies dans les territoires occupés selon les décrets successifs de Ms Netanayou et Trump. La croisée des chemins est bien là, n en déplaise à qui que ce soit…

Écrit par : Charles 05 | 26/02/2017

Les commentaires sont fermés.