30/12/2016

De la vieillesse par Jacques ABIHSSIRA, en réponse à mon prédent éditorial

De la vieillesse par Jacques ABIHSSIRA, citoyen helvétique, qui a lu mon article sur la vieillesse et a réagi. Je souhaite faire partager ses réflexions avec tous mes lecteurs.
Bonne et heureuse année 2017

 

MRH

 

 

Cher Maurice,

 

Le commentaire que tu nous a fait parvenir sur la vieillesse est d’une justesse absolue sur la réalité des faits, hélas! hélas! pour l’humanité.

 

Tu ne peux pas imaginer à quel point ton écrit est arrivé à point nommé, pour me permettre de communiquer avec un esprit en éveil permanent comme le tien et faire quelques échanges de valeur.

 

Le constat fait des conséquences de la vieillesse est d’une acuité incontestable et douloureuse, mais seulement si on se place pour le regarder sous le prisme de la déliquescence et de la perte des valeurs morales engendrées par la soi-disant société moderne qui fait peser sur l’humanité entière d’un poids énorme les conséquences désastreuses de la disparition de toute notion morale ou philosophique comme repère ou refuge nécessaires pourtant à la vie des hommes et à leur équilibre.

 


  
 

 

Cher Maurice,

 

Le commentaire que tu nous a fait parvenir sur la vieillesse est d’une justesse absolue sur la réalité des faits, hélas! hélas! pour l’humanité.

 De la vieillesse

 

La culture et les valeurs transmises dont nous sommes issus, toi comme moi, et dont nous avons hérité grâce à D’ et à nos parents Z’l, nous permettent de nous élever au-dessus de la mêlée et de jeter un regard positif sur toutes les séquences de la vie à l’instar de tous nos prédécesseurs (parents,philosophes et croyants).

 

Nos prédécesseurs ont marqué la vie par le sceau de la joie, de la gaité et de l’espoir.

 

La vie nous est donnée comme un joyau pour être vécue intensément jusqu’au dernier souffle.

 

La vie d’un bébé a un sens

La vie d’un adolescent a un sens

La vie d’un adulte a un sens

La vie de quelqu’un qui a eu la chance d’accumuler une existence de plusieurs décennies a un sens

 

C’est dire à quel point l’homme contribue à tous les âges a apporter la sève dont a besoin la vie, pour lui-même et pour les autres.

 

Nous, comme tu le sais nous avons baigné dans cette philosophie, le jeune n’a pas la même importance que le vieux qui lui, par l’accumulation des expériences et des savoirs, a beaucoup de choses à transmettre. L’école qui est la sienne n’est comparable à aucune autre, par sa force probante et sa justesse de vue, issue du vécu et de la confrontation avec les choses de la vie.

 

Nous qui sommes issus de cette belle lignée, restons dans nos croyances, transmises, acquises et voulues.

 

Continuons avec force et conviction dans la perpétuation des hautes valeurs morales, à commencer par celles de la famille pour toujours la consolider et l’unir dans le respect de la hiérarchie des valeurs, dans la consécration des moments de joie et de forte intensité qui la consolident et l’affermissent.

 

Ces moments sont d’abord les moments de tous les jours agrémentés par les circonstances heureuses qu’une vie traverse, les naissances, les mariages, les joies de toute sorte partagées en famille, les fêtes, les tables de festivité.

 

Toutes ces choses arrivent comme pour jeter une lumière de vie rejaillissant sur tous les visages et créent l’effet d’une consécration.

 

Si on reste ancrés dans ces valeurs, et nous le sommes, alors gageons que nous partons pour la traversée de notre existence avec un passeport pour aller vers la joie, la sérénité et une vie pleinement satisfaite.

 

L’homme en général se conduit avec ingratitude et oublie, dans un élan d’orgueil et de certitudes envers son créateur et au lieu de faire venir vers lui les causes d’espérance et d’optimisme, passe son temps à être le fossoyeur de son avenir et de son bien-être.

 

Ce qui lui arrive de mal, il ne le doit qu’à son manque de volonté et aux choix qu’il fait de s’en remettre à la société des hommes, espérant naïvement que c’est de là que viendra sa planche de salut.

 

Mais ce faisant, il oublie que son avenir ne peut dépendre que de son déterminisme.

 

Il ne faut pas s’étonner dès lors des conséquences désastreuses que vivent un grand nombre de personnes âgées laissées sur le côté de la route par leurs proches, par la gouvernance aveugle de la société, tous en perte de repères, et au lieu de placer le curseur éducatif sur la famille, s’amusent à nous faire croire que les enseignements de toute sorte prodigués pourraient pallier à l’absence de cette valeur centrale qui sans elle il n’y aura jamais de cohésion sociale.

 

En ce qui nous concerne, gardons-nous de ces mauvais exemples et gardons notre force de conviction et de croyance pour échapper à ce "trou noir"  vers qui convergent inéluctablement toutes ces sociétés dites modernes et éduquées….

 

 

Merci de l’éveil que tu as suscité chez moi qui m’as permis de me pencher à mon tour sur une question aussi cruciale.

 

Je suis demandeur encore…

 

Affectueusement

 

Jacques ABIHSSIRA

15:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.