26/12/2016

Angela Merkel et les migrants : calcul assumé ou conduite inconsciente ?


 

Angela Merkel et les migrants : calcul assumé ou conduite inconsciente ?

 

L’attentat de Berlin commis par un Tunisien qui aurait dû être expulsé du pays depuis belle lurette, a profondément miné la position de la chancelière allemande qui caracolait pourtant en tête de tous les sondages. La fille de pasteur avait été réélue avec un bon score par son parti et envisageait de concourir pour un nouveau mandat, le quatrième. Mais mieux encore que tous ces bons chiffres, ce qui confortait le plus la position de l’ancienne protégée de Helmut Kohl, c’est l’absence de tout rival d’envergure, susceptible de constituer un recours, une alternative à la chancelière.

 

Sa politique inconsidérée (unbesonnen) concernant les migrants risque de lui coûter très cher. Je ne reprends pas les critiques féroces de l’opposition qui crie au scandale, je ne m’arrête pas, non plus, sur les angoisses des citoyens allemands qui ont peur de cette insécurité nouvelle, en leur propre pays, je citerai seulement les critiques issues des propres rangs du parti de la chancelière… Un haut responsable a eu cette phrase terrible : ce n’est pas ainsi que nous allons assurer la sécurité de ce pays. A t il tort ? Non point.

 

Avoir laissé rentrer en Allemagne des centaines de milliers de personnes sans contrôle aucun, avoir imaginé qu’on pouvait intégrer autant de gens d’une autre culture, des gens qui sont ce qu’ils sont, c’est-à-dire avec un tout autre Fühlen und Denken, c’était de l’inconscience. Au fond, quand quelqu’un reste trop longtemps au pouvoir, il se croit infaillible, un peu comme l’infaillibilité pontificale (Unfehlbarkeitsdogma). Les motifs qui ont guidé la décision de la chancelière sont double : d’une part, le désir sincère d’aider les êtres humains dans la détresse, surtout dans l’âme d’une protestante, fille de pasteur de surcroît, et dernier mais non moindre, le souci foncier d’aider, de soutenir par des béquilles la natalité dans le pays. Les projections sont claires : dans quelques années il manquera des millions de bras à l’industrie allemande. Et moins de travailleurs signifie, à terme, moins de revenus, moins d’état-providence, et c’est l’adieu au modèle social allemand. La chancelière a décidé seule. C’est son erreur qui risque de lui être fatale.

 

Mais, de plus, en prenant des mesures unilatérales (voir son visite au Turc R.T. Erdogan) elle a mis en danger l’ensemble de l’Europe. Et l’équipée sauvage du terroriste islamiste le prouve : il a pu quitter Berlin sans être inquiété, arriver à Chambéry, prendre le train pour Turin, poursuivre jusqu’à Milan où fortuitement, grâce à la sagacité de deux policiers italiens, sa trajectoire s’est arrêtée pour toujours.

 

En accueillant chez elle tous ces gens, la chancelière a feint d’oublier qu’elle leur ouvrait l’Europe entière. Cela fait penser à une anecdote aussi vieille que le monde : quelqu’un prend place dans une embarcation pour une traversée. Il y a avec lui d’autres passagers qui sont du voyage. Ce passager atypique a soudain envie de forer un trou sous son siège, mais uniquement sous lui-même, pense-t-il naïvement. Les autres passagers hurlent et lui disent de cesser car il met en danger l’ensemble du navire. Et lui répond : Mais c’est ma place, j’ai payé mon billet comme il se doit. Je fais ce qui me plaît… Mais voilà il met en péril tous les autres !

 

Mais voilà la morale de l’histoire : il ne risque pas que sa seule vie, mais bien celle de tous les autres. Appliqué au cas qui nous concerne, cela signifie que les terroristes, basés en Allemagne, peuvent se déplacer à leur guise dans tout l’espace du continent européen. En soi, c’est acceptable, mais en l’espèce, c’est pour semer la mort et la désolation. Donc, cela devient inacceptable.

 

En agissant comme elle l’a fait, la chancelière a elle-même compromis ses chances de succès aux élections de septembre. Ses concitoyens qui ne badinent pas avec la loi et l’ordre, le respect des droits d’autrui, n’avaliseront pas ses choix. Il n’est pas sûr que ses concitoyens lui apportent leurs suffrages.

 

Donald Trump a déjà réagi et dans le sens que nous connaissons, c’est-à-dire pour dénoncer la politique de la chancelière. Vu le retournement total de la politique US à partir du 20 janvier, il n’est pas exclu que d’autres candidats de la CDU se déclarent contre leur candidate naturelle.

 

Pour finir, il y a pire : toutes la presse, allemande mais aussi européenne dénonce les manquements de l’appareil sécuritaire allemand ; les grands journaux ont parlé de fiasco. C’est la première fois que l’efficacité allemande est prise en défaut. Certains se sont gaussés de la déclaration du ministre fédéral de l’intérieur ; après le neutralisation de l’assassin, il a dit avoir poussé un soupir de soulagement.

 

Un ministre de l’intérieur ne devrait pas parler ainsi. Il a fait preuve d’un grand laxisme, il ne savait même pas que le terroriste avait quitté le sol allemand. Et quand on pense que c’est par hasard que les Italiens l’ont intercepté, on se demande à quoi tient la sécurité dans ce continent : Une main providentielle, en cette période de fêtes, a étendu sa protection sur nos pays.

 

Mais pour combien de temps ?

 

Maurice-Ruben HAYOUN in Tribune de Genève du 26 décembre 2016

 

 

12:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.