09/10/2016

Les hommes politiques et les femmes: le cas de Donald Trump…

Les hommes politiques et les femmes: le cas de Donald Trump…

Les récentes révélations concernant certains agissements particulièrement choquants à l’endroit des femmes, de la part du candidat républicain à l’élection présidentielle US auront au moins un effet bénéfique, ont au moins un mérite : attirer enfin l’attention sur une insupportable injustice commise à l’endroit des femmes par des hommes disposant d’un pouvoir, qu’il soit financier ou politique et parfois les deux.

Je ne reviendrai pas sur les détails signalés avec une veulerie incroyable par cet homme qui veut diriger la plus puissante nation au monde. Je risquerai simplement quelques réflexions sur deux aspects de cette injustice : ceux qui usent de leur position de force pour mettre des femmes, dépendant d’eux, sous coupe réglée, et aussi, hélas, des femmes qui usent de leurs charmes pour obtenir ce qu’elles veulent : une nomination politique ou administrative, une augmentation de salaire ou une mesure individuelle qu’elles ne peuvent pas obtenir par des moyens plus légaux…

Qu’on me comprenne bien car je veux éviter tout malentendu : je condamne absolument et sans la moindre réserve, les mœurs inqualifiables de ces hommes politiques ou de ces patrons, ou de ces petits chefs, qui écrasent, avilissent ou assujettissent de pauvres femmes, qui doivent travailler pour subsister et assurer le quotidien de leurs familles, surtout quand elles élèvent seules leurs enfants. Refuser d’accorder leurs faveurs à ceux dont elles dépendent économiquement signifie presque toujours la perte de l’emploi, être victime de bassesses et de brimades dans leur vie quotidienne, au travail, avec des répercussions presque automatiques dans leur vie privée…

Des êtres qui s’aiment n’ont pas à être conformistes ni à bannir certaines pratiques amoureuses que chacun ou chacune est libre d’aimer, de rechercher ou de prodiguer. Mais dans le cas qui nous occupe, on assiste à un cynisme éhonté et même fier de sa conduite, présentée comme une victoire, un triomphalisme personnel.

Dans les milieux de pouvoir (culturel, économique, politique) les femmes ont longtemps subi et continuent de subir le diktat des hommes : l’homme (avec un petit h) ne doit pas être un loup pour la femme… Quand les deux s’aiment, ils se complètent, s’unissent, voire, pour les plus chanceux et les plus comblés, fusionnent… C’est tout le contraire de présenter ces privautés sexuelles comme une domination, un asservissement, une dévaluation…

A ce cynisme masculin qui dure depuis des temps immémoriaux, largement impuni et devenu presque une banalité, fait face, depuis peu, un cynisme de même nature, mais incarné par des femmes qui entendent user à l’égard des hommes des mêmes armes que ces derniers utilisent contre elles… Elles aussi recherchent le plaisir arraché à l’homme, el compromettent par des maternités dissimulées pour être ensuite brandies au grand jour, ruinant la vie familiale des imprudents qui pensaient jouir impunément d’une double vie… Elles instrumentalisent les hommes comme ces derniers les ont cyniquement instrumentalisées…

Récemment, une chaîne de télévision a diffusé un filme américain où un homme marié, un magnat de l’industrie a eu une aventure avec une femme qui se retrouve enceinte de ses œuvres, lui demande de reconnaître l’enfant et de tout abandonner pour la rejoindre… Ce qu’il refuse de faire, provoquant par là même la ruine de se vie de famille.

Changer l’homme, voici la chose la plus dure à faire. Pour rénover la politique, introduire plus de justice sociale, égaliser les relations entre les sexes, bref instaurer un ordre éthique universel, c’est qu’il faut modifier en profondeur. Chaque jour que Dieu fait, nous prenons nos repas ou conduisons nos voitures en écoutant les médias égrener le nombre de morts causés par la guerre et des catastrophes naturels : la ruine de l’existence de milliers de nos congénères ne nous coupent pas l’appétit. Nous sommes devenus comme les bactéries résistant aux antibiotiques… C’est peu glorieux.

Certains, les plus cyniques ou les plus désabusés d’entre eux, que les femmes sont imprévisibles, d’humeur changeante, imprudentes, intéressées, ambitieuses, manipulatrices, et j’en passe ! Cela peut être vrai dans certain cas comme pour les hommes mais de là à en faire une généralisation, voilà une ligne rouge qu’il est interdit de franchir.

 

09:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.