20/04/2016

L’humour de François Hollande en visite au Caire

L’humour de François Hollande en visite au Caire

A la question d‘un journaliste français qui lui posa une question sur son incroyable chute dans les sondages, le président français a répondu avec humour : vos prières sont les bienvenues. Eclat de rire général dans la salle. Ce fut une bonne réponse.

Reconnaissons trois choses : cette baisse dans les sondages est unique, sans précédent ; en ce qui concerne le président de la République, la presse est absolument sans cœur et fait preuve d’une cruauté à nulle autre pareille ; et enfin le président a de l’humour car cela ne doit pas être simple pour lui de lire ou d’entendre matin, midi et soir, chaque jour que Dieu fait, de si sinistres nouvelles. Un hebdomadaire, réputé sérieux, va jusqu’à lui demander cette semaine, dès la couverture, de renoncer. Il est vrai que la même requête est aussi adressée à Nicolas Sarkozy.

Comment expliquer cette chute brutale dans les enquêtes d’opinion ? La France a connu d’autres crises ; du temps du premier ministre Edouard Balladur, on était en récession et l’opinion se disait qu’après l’élection présidentielle, seule élection vraiment majeure dans ce pays, l’économie repartirait… Ce ne fut pas le cas et nous traînons une sempiternelle crise depuis 30 ans. Et pourtant, on n’avait pas connu un tel phénomène de rejet.

Certains ajoutent que c’est le reniement des valeurs (socialistes) sur lesquelles il a été élu qui vaut au président une telle réprimande dans les sondages. C’est partiellement vrai. Mais cet homme a tout de même accompli des réformes. Eh bien, tout l’actif est largement occulté par un passif, réel ou imaginaire. Pourquoi ?

En fait, c’est un climat, une ambiance contre lesquels même les meilleurs conseillers en communication ne peuvent rien. Et puisqu’on en parle, disons que, sans chercher de boucs-émissaires, le président devrait faire le ménage dans la cellule communication de l’Elysée. Il est inconcevable que des gens dominant leur métier aient encouragé le président à exécuter la prestation télévisée qui fut la sienne la semaine dernière et qui fera hélas date. Les mêmes lui avaient conseillé de participer à Périscope où les contre coups furent terribles. Peut-être faudrait il garder le silence pendant de longs mois, le temps que s’estompent de si désolants souvenirs.

Mais il ne faut pas imputer au président tous les maux qui s’abattent sur le pays ; on voit bien, notamment avec l’occupation de la place de la République à Paris, que le modèle de gouvernance est en train de changer, faisant passer le modèle actuel pour une inexplicable survivance du passé. Les gens veulent prendre en main leur vie, leur avenir, ils attendent tout d’hommes politiques qui n’ont pas fait leurs preuves. Ils souhaitent donc une démocratie plus participative.

En conclusion, François Hollande n’est absolument pas pire que les autres. Ce rejet est absolument injuste. Et nous devrions tous faire preuve d’un peu plus de compréhension, quelle que soit notre sensibilité politique.

Un homme qui a de l’humour ne peut pas être intrinsèquement mauvais.

Maurice-Ruben HAYOUN in Tribune de Genève du 20 avril 2016

09:42 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

C'est pourtant simple !
Avant les élections tous les candidats sont bons, voire très bons pour ne pas dire extraordinaires. C'est donc l'élection qui les rend mauvais et incompétents.

Au fond, en France mieux vaut être premier ministre. On peut être mauvais sans avoir été élu. Juste choisi, probablement, à en croire la rue, par plus mauvais que lui...

François Hollande plus mauvais que les autres ? Je ne crois pas non plus mais moins aimé que les autres ! C'est tellement pratique et intellectuellement satisfaisant d'avoir un bouc-émissaire sous la main.

Au fond la France est restée très royaliste : on attend tout du roi alors qu'il n'est que président de la République. Dieu merci, on ne guillotine plus les souverains.Les présidents non plus. Ouf.

Écrit par : Michel Sommer | 20/04/2016

Il n'est as mauvais: il est catastrophique.
Souvenez-vous quand même de quelle manière le président Sarkozi a été traité par la presse majoritairement à gauche, tout le monde le sait. Alors, si la presse traite Hollande sévèrement, c'est justifié.

Écrit par : Papon Dom | 21/04/2016

Les commentaires sont fermés.