04/04/2016

Ce qui restera d’Obama au niveau de la politique étrangère

Ce qui restera d’Obama au niveau de la politique étrangère

C’est bien la visite à Cuba et la fin de la guerre froide. Ce ne sera ni la couverture maladie universelle, ni le traité avec l’Iran, ni même une meilleure représentation des Noirs dans l’administration américaine, ce sera essentiellement le retour progressif de Cuba dans le giron des nations démocratiques. Cela prendra du temps mais Barack Obama a compris qu’il fallait rétablir un minimum de relations convenables avec une île qui se trouve tout près du territoire des USA

Le président US et ses conseillers ont fait une analyse très simple et qui est fondée : Les frères Castro sont au bout du rouleau Fidel est gravement malade et son frère Raoul est très âgé. Leurs successeurs tenteront évidemment d’avoir la même poigne mais ils n’auront pas le charisme des frères Castro. En plus, on ne peut pas aller constamment à l’encontre du développement historique : la jeunesse cubaine entrera de plus en plus en contact avec les touristes US, sans même parler des investisseurs qui inonderont l’île de dollars. Impossible de continuer à contrôler l’internet, Face book, les tweet et tout le numérique. C’est physiquement impossible

Pendant que je compose, on entend le grand concert des Rolling Stones, ovationné par près d’un demi million de Cubains en délire ! Or, pendant plus de trois décennies, il était interdit d’écouter une telle musique taxée de musique subversive et décadente. Aujourd’hui, c’est la grande place de La Havane qui accueille les chanteurs et leurs fans.

Je pense aussi au discours de Gorbatchev à Berlin est, fustigeant ceux qui s’opposaient au vent de l’Histoire. Et en effet, peu de temps après, les gouvernants communistes étaient balayés par ce même vent de l’Histoire.

Il n’est pas excessif d’étendre le raisonnement à la situation cubaine. Les Cubains de Floride , rejetés par le régime castriste depuis des décennies vont reprendre pied chez eux et en tant que citoyens US ils pourront aider leurs familles respectives restées sur place. La Hava changera de visage. Les vieilles façades de la ville auront disparu dans peu de temps. Un pilote d’Air France, habitué du trajet Paris La Havane Paris confiait que certaines maisons de La Havane menaçaient ruine mais avaient un certain charme.

Et n’oubliez pas les amateurs de bons cigares qui pourront, notamment aux USA, s’approvisionner sans problème alors que précédemment, c’était interdit. Certes, le même scénario avait été tenté par Richard Nixon avec la Chine au travers de pongistes de deux pays. Et même si la Chine est devenue un pays presque capitaliste, le pouvoir du parti unique n’en est pas moins là.
Mais voilà, avec ses onze millions d’habitants seulement, Cuba n’est pas la Chine

21:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.