18/03/2016

En aurons nous fini un jour avec la guerre d’Algérie ?

En aurons nous fini un jour avec la guerre d’Algérie ?

La toute récente polémique entre l’actuel et l’ancien président de la république en dit long sur ce passé qui ne passe pas. Pourquoi ? Pour la bonne raison que la colonisation avait fondé ses espoirs sur un postulat qui se révèle faux depuis un certain nombre d’années. On avait dit alors que l’Algérie c’est la France. Ensuite, on s’est rendu compte qu’il y a une civilisation arabo musulmane d’un côté de la Méditerranée et une civilisation européenne, judéo-chrétienne, de l’autre. Et que l’une ne pouvait pas assimiler ni même intégrer l’autre.

La colonisation ne fut pas une bonne chose dans l’absolu, car on n’a pas à s’imposer chez les autres, cependant, et c’est là tout le paradoxe passionnel qui nous oppose, cette même incursion chez d’autres, leur a permis d’avancer, de se socialiser, bref d’évoluer avec le concours d’une grande puissance européenne. Mais du côté des colonisés d’antan, on voit la chose autrement. L’actuel président algérien, que nous avons pourtant soigné dans nos meilleurs hôpitaux et qui continue de venir faire des visites de routine médicale dans notre pays, n’a pas hésité à nous accuser de génocide culturel. Ce qui est tout de même un peu outrancier.

Il y a donc un passif passionnel entre les deux pays. Il suffit pourtant de voir le nombre d’Algériens qui ont la double nationalité, de leurs étudiants et leurs travailleurs en France, pour comprendre qu’on ne peut pas rompre les liens qui perdurèrent 132 ans, même si l’indépendance remonte à plus d’un demi siècle.

La langue de culture des Algériens instruits et cultivés demeure le français. Il y a entre les deux pays une sorte d’attirance-répulsion, un amour-haine, ce que les Allemands nomment eine Haßliebe.

On peut agir sur ce qui est froid et logique, mais guère sur le psychologique ni le passionnel. Et c’est là tout le drame. Il y a en Algérie une grande fragilité politique et ce n’est pas la répression militaire qui y changera quelque chose. Cette fragilité est arrivée par la baisse du prix du pétrole, ce qui réduit considérablement la rente pétrolière. Or, les gouvernants achetaient la paix sociale en subventionnant tant de denrées de première nécessité.

Il faut régler à ces graves problèmes en démocratisant la vie publique. A moins que des politiciens populistes n’imputent même cela à la France.

09:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/03/2016

Que va devenir le cardinal Barbarin ?

Que va devenir le cardinal Barbarin ?

En conceptualisant cet éditorial dans mon esprit, un parallélisme m’est subrepticement venu à l’esprit. On sait que comparaison n’est pas raison. Mais tout de même : une malédiction poursuivrait elle les plus hauts responsables religieux du pays ? Car, bien que ce soit pour des raisons radicalement différentes, l’ancien grand rabbin de France a dû lui aussi quitter son poste. C’est curieux comme rapprochemen…

Même si cela fait de la peine, même si le cardinal est un homme de valeur, ce qui lui est reproché est grave et ne laisse pas indifférent. Même le Premier Ministre y est allé de son couplet, invitant ce prince de l’église à prendre toutes ses responsabilités, c’est très clair, il lui demande de partir. Le plus triste, c’est que c’est ce qui va arriver : déjà les plaintes se multiplient et je suis très peiné de voir cet homme, victime de sa bonté, devenir la cible d’attaques. Mais il faut aussi penser aux victimes qui ont souffert et subissent encore ce traumatisme de l’enfance.

Je crois que l’écrasante majorité des prêtres catholiques, astreints au célibat et à la chasteté, sont des êtres bons, honnêtes et dévoués à leur église, mais une seule brebis galeuse suffit à compromettre tout un groupe, toute une corporation.

Le cardinal Barbarin va hélas devoir partir car le vent de protestations va sen s’amplifiant. Qu’a t il fait ? On lui reproche de ne pas avoir sévi plus énergiquement. Et il faut bien reconnaître que ce phénomène de pédophilie était traitée avec une inexcusable mansuétude jusqu’ici. Désormais ce n’est plus le cas.

17:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/03/2016

Les modifications de la loi sur le travail . une France coupée en deux !

Les modifications de la loi sur le travail . une France coupée en deux !

Je viens d’écouter le Premier Ministre Manuel Valls sur les modifications apportées à la loi sur le travail. Je ferai deux commentaires, l’un sur la personnalité de l’intéressé, l’autre sur l’ambiance dans le pays.

Manuel Valls est apparu entièrement différent de ce qu’il est généralement. Les commentateurs avisés de la chose politique ont dit qu’il s’était hollandisé, allusion ironique au plus grand tricoteur de synthèse du pays qu’est François Hollande, ancien premier secrétaire du PS. L’homme fait preuve de retenue, même si, sous la glace on sent la braise qui ne demande qu’à rougeoyer de nouveau.

Sur le pays, à présent : la France est coupée en deux, toujours cet antagonisme entre une droite et une gauche, déjà signalé par feu Georges Pompidou qui redoutait qu’un jour, un dirigeant casqué et botté vienne trancher ce nœud gordien.

C’est là que le bât blesse : c’est une France qui refuse de suivre ou d’accompagner l’autre France . Mais il faut comprendre les gens. Comment voulez vous, qu’après tant d’années de protection, de jouissance de ce fameux modèle social français, les nationaux, je ne parle des étrangers ou des nouveaux venus, renoncent soudain à leur sécurité et à leurs avantages sociaux : sécurité de l’emploi, allocation familiales, allocations chômage, frais médicaux remboursés, université et enseignement supérieur gratuits, etc… Même l’Allemagne qui est bien mieux logée que la France a adopté de force les jobs à moins de 500 € par mois là où la France augmente l’indice de ses fonctionnaires et le smig…

Que l’on me comprenne bien, je n’émets pas d’opinion personnelle mais me contente simplement d’analyser la situation. La France, vu ses déficits abyssaux, ne pourra pas continuer indéfiniment sur cette voie. Manuel Valls a justement tenté de redresser la barre et a dû reculer en rase campagne car le président de la République ne pense qu’à une chose : se représenter pour être réélu.

Or, certains signaux soulignent que cela n’est pas une simple formalité. L’équation de l’exécutif est simple : trois personnes émergeront de cette bataille électorale : Hollande, Le Pen, Sarkozy. L’actuel président pense être au premier tour, loin derrière Marine Le Pen. Les Français réagiront comme du temps où son père fut au second tour, ils ont triomphalement réélu Jacques Chirac… Fr. Hollande rêve d’un remake…

Ce n’est pas gagné, mais tant de choses peuvent se produire d’ici là. Et dans le camp de la gauche et dans celui de la droite. Si c’est A. Juppé qui triomphe aux primaires, le scénario sus cité tombe à l’eau. A gauche, on n’exclut pas d’autres candidatures, sans même parler de Montebourg ni des écologistes ! Il y a Jean-Luc Mélenchon qui raflera au moins 6 ou 7 % sinon plus. Il y a les écologistes qui feront un score plus modeste. Et tout ceci représente autant de voix en moins pour le candidat de la gauche, quel qu’il soit.

Alors peut être faudrait il changer entièrement de logiciel. Les sages comprendront ( al faham yafham : ha-mévin yavin)

10:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/03/2016

L’électorat allemand désavoue la politique migratoire de Madame MERKEL

L’électorat allemand désavoue la politique migratoire de Madame MERKEL

C’était prévisible, c’était même attendu, ce qui démontre que nul n’est à l’abri de fautes d’appréciation et la longévité au pouvoir ne constitue pas une assurance tous risques contre l’erreur. Rien ne nous préserve de l’erreur, si ce n’est une attention accrue et la capacité d’écoute. Les sondages et le reste de l’Europe ont alerté la Chancelière qui n’a pas voulu en tenir compte. Le résultat ne s’est pas fait attendre (blieb nicht aus). Les électeurs ont durement sanctionné le parti de Madame Merkel qui a perdu des voix partout. Cela ne présage rien de bon pour les élections législatives générales qui auront lieu dans 18 mois.

Que la Chancelière prenne garde ! Le dernier titre du Figaro, pourtant peu suspect de politique germanophobe, était assez révélateur ; il disait que la France ne compte plus pour la Chancelière. En effet, elle avait, avant la réunion de Bruxelles, reçu le Premier Ministre turc qui fit, par la suite, preuve d’une arrogance et d’un cynisme peu communs. Il a même fait un chantage aux visas et aux réfugiés : il fait flèche de tout bois pour forcer l’entrée de son pays dans l’Union Européenne. Mais qui, en Europe, à part Madame Merkel, voudrait avoir une frontière commune avec le Syrie ou, pire, avec des républiques musulmanes, anciennement soviétiques ? C’est impensable.

Durant le weekend François Hollande a reçu ses homologues et collègues sociaux-démocrates d’Europe ; et à la fin il a dénoncé le chantage de la Turquie, il a cloué au piloris son exigence concernant les visas ! Imaginez ce qui se passerait si l’on supprimait les visas d’entrée des citoyens de ce pays : il arriverait aux autres pays de l’UE ce qui arrive aux Allemands, ce serait un flux continu, incontrôlé et contre lequel on ne pourrait rien faire ( post festum).

On a déjà eu l’occasion de dire ici même dans ces colonnes que les motivations profondes de la Chancelière n’apparaissaient pas clairement. Son pays contient déjà une forte minorité turque, notamment dans un quartier de Berlin, le Kreuzberg. Et tous les Turcs ne sont pas un danger ni un risque pour une nation chrétienne, loin de là, mais à forte dose, cela pourrait le devenir. Encore une fois, je le souligne, il ne faut pas généraliser mais voila les autres partis de droite et d’extrême droite l’ont fait. Et ils ont gagné ! Les électeurs les ont suivis.

Les historiens dateront probablement d’hier l’inversion de la courbe de popularité de la Chancelière. Je connais bien les Allemands pour avoir enseigné de nombreuses années dans leurs universités : Berlin, Heidelberg. Je sais quels sont les ressorts de leur culture. Leur réaction était prévisible. Non pas qu’ils soient xénophobes ou racistes mais tout simplement parce qu’ils ne sont pas prêts à renoncer à leur civilisation judéo-chrétienne. Ils tiennent à leurs valeurs : qui pourrait le leur reprocher ?

La Chancelière pourrait être prochainement menacée par le syndrome Margaret Thatcher, débarquée sans ménagement par son parti : désavouée, elle s’en est allée, tristement chez elle. Pourtant, des années durant, elle avait joui d’une très forte popularité.

Alors que devrait elle faire pour stopper la décrue (die Ebbe) : elle ne doit pas tenter d’imposer au reste de l’Europe, ses tendances turcophiles puisque même la France dénonce les atteintes aux droits de l’homme par M. Erdogan. Elle ne doit pas demander la suppression des visas.

Le fera t elle ? Franchement, j’en doute. Mais alors que deviendra le front franco-allemand ? Et que deviendra Schengen ?

Maurice-Ruben HAYOUN in Tribune de Genève du 14 mars 2016

10:31 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/03/2016

L'esprit du judaïsme: le midrash de Rabbi Bernard

Bernard-Henri Lévy* et sa confession judaïca ou le midrash de Rabbi Bernard

En reposant ce beau livre après l’avoir lu attentivement de la première à la dernière ligne, je me sens assailli par des souvenirs, ravivés d’ailleurs par l’ouvrage lui-même qui cite au moins trois ou quatre fois Le testament de Dieu dont la lecture avait suscité en moi (et chez tant d’autres gens) des sentiments mêlés… Et pourtant, quarante ans après (tiens, un chiffre symbolique qui n’est pas passé inaperçu dans le livre !) l’auteur, jadis âprement critiqué de toutes parts, parachève une entreprise de longue haleine en signant cette émouvante confession juive qui m’a personnellement ému, même si je suis, moi, un authentique spécialiste des études bibliques, judéo-arabes et judéo-allemandes. J’ai découvert dans ce livre une sensibilité juive que j’avais moi-même troquée depuis fort longtemps contre une approche historico-critique des sources juives anciennes… Une désignation que l’auteur ne reprendrait sûrement pas à son compte, lui qui examine d’abord la vie, la vitalité de la spiritualité juive, son arborescence à travers les âges, et surtout son refus affiché de séparer les époques historiques ; et l’on voit les sages du Talmud côtoyer les philosophes juifs médiévaux ou encore les grands maîtres hassidiques des XVIII-XIXe siècles. Cette attitude trahit une empathie profonde avec l’objet étudié qui n’est jamais réifié, jamais distant de celui qui l’étudie car en réalité, il ne l’étudie pas, il le vit. Ceci n’est pas sans rappeler l’attitude de Franz Rosenzweig (1886-1929), privilégiant le Lernen qui disait que le judaïsme n’était pas son objet d’étude, mais sa méthode, son approche des choses. Une vision juive de l’univers, eine jüdische Weltanschauung. On retrouve cette critique de l’analyse desséchante d’un courant spirituel allemand que j’aime bien pour l’avoir longuement étudié, la science du judaïsme (Wissenschaft des Judentums), et dont le péché véniel fut de verser dans un historicisme de mauvais aloi… On cherchait les sources juives ou non juives de telle ou telle doctrine ou pratique, et on excluait systématiquement ce sentiment religieux qui se donne libre cours de la première à la dernière page de ce livre, L’esprit du judaïsme.

Le lecteur averti ou non averti découvrira avec surprise l’itinéraire qui a mené à cette étape qu’on espère être la dernière sur le chemin de l’auteur. Il a mis près de quarante ans à mûrir son projet, un peu comme les enfants d’Israël, condamnés après la sortie d’Egypte, à errer dans le désert jusqu’à ce que leur nature d’anciens esclaves disparaisse pour donner enfin naissance à des hommes nouveaux, libres et marchant allégrement à la rencontre de leur destin, la Révélation et le don de la Tora sur le Sinaï. Un autre aveu d’ignorance de ma part : certes, l’auteur s’est fait aider pour tout ce qui touche à la langue hébraïque, à l’araméen du Talmud, mais j’ignorais qu’il avait si bien retenu la ou les leçons de ses maîtres… Pas de fautes dans les transcriptions de l’hébreu en français, pas de confusion dans le genre des noms cités. Bref, le contraire de ce qu’on insinuait au sujet de l’auteur : parler de choses qu’il ne connaît pas et ne parler, en fait, que de lui-même ! Mais là, miracle : c’est justement cette implication de lui-même qui en fait le grand intérêt, s’il n’était pas entré dans l’histoire avec toute la force d’engagement dont il est capable, ce livre n’aurait pas marqué une étape majeure dans l’évolution spirituelle de son auteur.

J’évoquais les maîtres, ceux qui ont catéchisé Bernard-Henri Lévy, et qui sont au moins au nombre de trois. Il y a tout d’abord la Bible et notamment le livre de Jonas que l’auteur a étudié à la loupe, y compris en s’aidant de l’original hébreu, ce qui donne un cachet particulier à son exégèse biblique ; eh oui, BHL, par ce livre, en est devenu un, mais sans jamais adhérer à la méthode de la critique biblique, adhérant dans tous les cas étroitement à l’approche traditionnelle du midrash et de Rashi. ; ensuite il y a Emmanuel Levinas qui a exercé sur notre auteur une influence indélébile au point que maintes idées de l’auteur de Difficile liberté ont été incorporées à ce livre ; enfin, le troisième mais non le moindre est Benny Lévy, cet homme, aujourd’hui disparu, qui a effectué une étrange translation qui l’a mené du maoïsme le plus radical à une religion juive non moins radicale. L’auteur et son homonyme (ce fait n’a pas été sans importance dans leur rapprochement) se sont très bien entendus, en dépit de leurs différences qui sont fort nombreuses : BHL cite sur toute une page les reproches amènes de son ami au sujet de sa perte de temps et de son gaspillage d’énergie au service de causes qu’il n’affectionnait pas vraiment. Ayant le sens de la formule, l’auteur n’hésite pas à écrire en italiques : de Mao à Moïse… On peut aussi lire, dans ce même contexte, les parties consacrées aux Ninive modernes, véritable apologie de l’action de l’auteur en Ukraine, mais surtout en Libye…

L’arrière-plan de ce livre-confession (au sens d’affirmation et de revendication de son identité juive) n’est autre que la délicate situation actuelle des Français juifs. L’auteur ne renonce pas à l’héritage de ce pays auquel les Juifs ont tant apporté et qui leur tant donné. Les pages, nombreuses et émouvantes, qu’il consacre à l’œuvre mais aussi à la vie de Rashi, m’ont frappé. L’œuvre de ce vigneron champenois qui a enrichi notre connaissance du vieux français de son temps en le transcrivant en caractères hébraïques dans ses ire-remplaçables commentaires et bibliques gît au fondement même de tout le judaïsme rabbinique. Sa particularité est aussi de s’être nourri de l’humus de notre pays. BHL a bien fait de lui rendre un si vibrant hommage.

C’est un fait historique établi que le judaïsme a fait l’apostolat du messianisme à l’humanité, lui a donné le monothéisme éthique et a réussi à le convaincre de l’universalité de la loi morale. Il s’est aussi préoccupé du sort de l’humanité non-juive, ce que Levinas nommera le souci de l’autre, traduction d’une expression allemande puisée chez Hermann Cohen… Le Décalogue comprend à la fois des lois relevant de l’éthique universelle, mais au moins une règle qui ne s’adresse qu’aux Juifs, à savoir le respect de la solennité et du repos du sabbat. Les sages du Talmud ont donc voulu montrer que leur sollicitude ne s’arrêtait pas aux portes de leur nation (contrairement à la cité grecque pour qui la barbarie commençait dès qu’on avait quitté Athènes) ; ils ont édicté les sept lois de Noachides qui constituent la base de toute humanité se disant civilisée.

Un mot de l’antisémitisme qui fait partie intégrante de l’histoire juive comme une écharde plantée dans un doigt fait hélas partie du corps. Le grand spécialiste allemand de la Rome antique Th Mommsen, qui défendit Grätz contre son adversaire Heinrich von Treitschke, a écrit ceci : Israël n’était pas seul lorsqu’il fit son apparition sur la scène de l’Histoire ; il avait un frère jumeau, l’antisémitisme !

BHL en parle dans les cent premières pages de son livre. En les lisant, je me suis souvenu d’un bel adage talmudique qui s’énonce ainsi et qu’i n’a pu germer que dans l’esprit d’un homme issu d’une communauté en butte à des constantes persécutions : le Saint béni soit-il nous envoie le remède avant la maladie (ha-qadosh baroukh hou makdim ha-terufa la makkaà.

Cité plus haut, Heinrich Grätz, père de l’historiographie juive moderne, relevait que du Moyen Âge chrétien à l’époque nazie, la littérature talmudique avait concentré sur elle les attaques les plus virulentes et les plus injustes. C’est pourtant à ce même Talmud que BHL tresse des couronnes très méritées. Je cite, en guise conclusion, une de ces perles de la sagesse qu’un regard biaisé et malveillant empêche de voir : Le miséricordieux (Dieu) préfère le cœur (Rahamana libba ba’é)

Maurice-Ruben HAYOUN

* L’esprit du judaïsme, Grasset

 

16:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

11/03/2016

Bible et poésie de Michael Edwards, Editions de Fallois

Bible et poésie de Michael Edwards, Editions de Fallois

J’ai lu ce livre avec l’impatience que l’on devine et en un laps de temps assez court, non pas que le sujet ne fût pas important mais simplement en raison de mon vif intérêt pour la littérature biblique. Et j’ai perçu sous la plume de l’éminent auteur, le seul Britannique membre de l’Académie française, en plus de son attachement viscéral à une certaine forme de catholicisme, (il parle de sa conversion à cette religion), une véritable passion pour le sujet traité.

Ce livre est le résultat d’une série de conférences prononcées en différents lieux mais sa cohérence est tout à fait acceptable ; je me suis posé la question de l’intitulé du titre : Bible et poésie… Et pas Poésie biblique ni la Poésie dans le Bible. La raison est vite trouvée et nous vient des pages sagaces que l’auteur consacre au langage en général lequel possède plusieurs facettes dont certaines nous demeurent secrètes, comme le prouve, du reste, l’approche des kabbalistes juifs ou chrétiens, et aussi, on dirait même, surtout, les poètes. M. Edwards relève avec justesse que la première intervention du premier homme ne se fait pas n’importe comment (Dès que le premier homme ouvre la bouche, il le fait en vers…) Et la Bible qui se présente, tant chez les Juifs que chez les Chrétiens, comme la parole de Dieu, confère à la langue, de ce seul fait, une indéniable solennité, une sorte d’allusion à un état de langue presque adamique que nous aurions perdu, ce verbe qui a justement servi à Dieu lors de la création. Il y a là une nostalgie ou un espoir de cet univers divin disparu qui survit tant bien que mal dans un niveau de langue que l’on qualifie volontiers de poétique. Le verbe créateur, le logos, ne saurait s’apparenter à ce qui apparaît prima faciae du langage.

Bien que l’auteur dénie aux théologiens, aux philosophes et autres spécialistes le droit d’interpréter les Ecritures en substituant leurs propres idées à celles du texte commenté ou traduit, cela ne doit pas nous empêcher de rappeler que pour Johann Georg Hamann (1730-1790), le grand adversaire de la philosophie et de l’Aufklärung en général, quand la genèse parle de la création de l’homme par Dieu, cela signifie simplement qu’il le dota de la faculté de parler. Il lui donna le langage qui le distingue essentiellement de l’animal. Et ce même Hamann eut un excellent disciple qui n’est autre que Johann Gottfried Herder dont l’ouvrage Vom Geist der ebräischen Poesie n’a pas quitté mon esprit lors de la lecture de ce livre de M. Edwards.

Pourquoi, interroge l’auteur, tant de poésie dans la Bible ? Et il y a lieu de se poser la question tant les récits paraboliques, les apophtegmes, le machal et le nimchal constituent un genre omniprésent dans la littérature biblique. Mais l’auteur n’en parle pas car il confesse son ignorance de l’hébreu, ce qui ne le prive pas de faire certains rapprochements et comparaisons particulièrement bienvenus.

En lisant ses développements sur le caractère vivant, parlé de la Bible, je n’ai pu m’empêcher de penser à la traduction allemande de la Bible hébraïque par Martin Buber et Franz Rosenzweig qui insistaient, eux aussi, sur le caractère vivant et parlé des Ecritures qui sont là pour être récitées à haute voix… Or la poésie accomplit justement cet effet.

Et si je reviens sur cette fameuse conversion qui a changé du tout au tout le cours pris par la vie de l’auteur, c’est parce qu’elle lui a arraché des paroles particulièrement frappantes : la parole écrite redevint voix au moment où je l’entendis. C’est exactement ce que dirent les deux traducteurs allemands en livrant leur travail. Buber a dit expressément : Vous dites un livre, moi je parle d’une voix qui s’adresse à moi… La seule différence est que les deux savants juifs pensent à la parole du Dieu de la Bible hébraïque (que M. Edwards nomme constamment Ancien Testament par opposition à au Nouveau) alors que l’académicien pense exclusivement à Jésus-Christ. (Les mots même de la Bible vibrent de puissance et ne pas bâillonner cette puissance doit être le premier souci du traducteur… p 29).

Et nous nous trouvons là, grâce à cette phrase lumineuse, in medias res. M. Edwards s’interroge justement sur la compatibilité de la version originale et de la version traduite, surtout quand il s’agit du passage de l’hébreu ou de l’araméen, deux langues issues du sémitique nord et parlées par Jésus, vers la langue grecque dont le génie n’a rien à voir avec les deux cultures religieuses précédentes. Déjà l’original hébraïque offre certaines difficultés que Renan, titulaire de la chaire d’hébreu et d’araméen au Collège de France, qualifiait de quasi-insurmontables. Par exemple, la prédiction d’Isaïe qui parle d’une alma (le féminin de élém signifiant jeune homme) qui sera enceinte et accouchera d’un fils, Jésus, et où la théologie chrétienne veut voir la naissance virginale : tout dépend de la traduction : s’agit-il d’une jeune fille, d’une vierge (qui se dit betoula) ou d’une femme ayant déjà eu un relation sexuelle avec un homme… C’est dire l’importance cruciale d’une traduction exacte !

Un poète, grand amateur de textes poétiques, ne pouvait pas porter dans son cœur les interprétations théologico-philosophiques qui délaissent le sens obvie (quand il existe) pour se griser de gloses d’une autre nature. Même si j’ai consacré ma vie à l’étude des ces Religionsphilosophen du Moyen Age et de l’époque moderne ( de Maïmonide à Hermann Cohen, d’Al-Farabi à Averroès) je trouve la remarque de M. Edwards plutôt fondée : on ne peut prouver ni l’existence ni l’inexistence de Dieu… C’est sûr, mais on peut tout de même essayer et toute la culture européenne est né de cet effort à la fois désespéré et séminal.

La langue poétique marque aussi les limites de l’intellect humain quand il lui prend l’envie de tenir un discours sur Dieu. Maimonide le notait déjà au XIIe siècle dans son Guide des égarés, lui qui s’était évertué à réinterpréter dans un sens philosophique tous les homonymes bibliques les qualifiant d’anthropomorphismes inacceptables pour un monothéiste pur et dur. Le propre de la poésie, écrit M. Edwards, est plutôt de rendre sensible la nature corporelle du langage ; c’est très bien vu et s’applique parfaitement à la poésie dans la Bible. Sa nature inspirée la place en meilleure situation pour appréhender des réalités qui transcendent notre humaine condition.

Mais il y a un autre aspect qui est aussi mis en lumière par M. Edwards dans son livre : il s’agit de paraboles, des allégories et du discours figuré présents dans la littérature prophétique. Je ne multiplierai pas les exemples : voyez les tout premier chapitres du prophète Isaïe qui compare Israël à la vigne du Seigneur ou encore les passages où il vante la merveilleuse sagesse du Seigneur qui mène son monde comme l’agriculteur cultive son champ, avec science, persévérance et ingéniosité. Aucune opération ne doit endommager le champ et porter préjudice à quelque chose d’autre.

Et puis il y a les magnifiques livres dits sapientiaux (Proverbes, Ecclésiaste, Job ( sans oublier les Psaumes et le Cantique des Cantiques, ces deux derniers ouvrages étant largement traités dans ce livre.

La structure lexicale Cantique des Cantiques rappelle l’arabe qui parle du secret des secrets (Sar al-asarar) et le latin Canticum canticorum ou encore secretum secretorum pour désigner une forme au superlatif. Le génie de la Bible est d’avoir fusionné le fond et la forme au point que les paroles de sagesse semblent n’exister que sous cette forme. Lorsque les Proverbes s’adressent au sot comme un père s’adresse à un fils, il y a à la fois de la solennité et de la proximité, il n y a plus aucune distance. Le jeune homme interpellé semble très proche, nul doute qu’il fera siennes les paroles que le sage lui prodigue. Mais cette proximité à Dieu, conçu une divinité tutélaire, un Dieu d’amour, compatissant et miséricordieux, saute aux yeux quand on lit les Psaumes. Le sentiment religieux qui s’en dégage identifie son ou ses auteurs comme l’homme ou les hommes les plus religieux que la terre ait jamais portés. Lisez le Psaume 119, ce Psaume alphabétique le plus long de toute cette littérature (175 versets), il recourt à plus de cent-cinquante termes pour désigner les commandements divins ! Et ce Psaume 19 réputé pour cette fameuse harmonie des sphères, les mondes supérieurs qui entonnent des hymnes à la gloire du Dieu d’Israël… Et le Psaume 98 où les fleuves sont invités à battre des mains : n’est –ce pas un spécimen unique de poésie ? Et le Psaume 104 qualifié de Psaume cosmologique puisque il retrace en termes si concrets et si saisissants le récit de la création, les premiers pas de l’homme sur cette terre, vaquant à ses occupations, cultivant la terre et cherchant des moyens de se nourrir…

Quant au livre de Job ces quarante-deux chapitres n’ont pas fini d’intriguer les exégètes et les critiques : comment imiter le cri de Job sur son fumier qui dit : je te connaissais par ouï-dire mais à présent mon il t’a vu, c’est pourquoi je méprise (ma condition humaine)…

Il y aurait encore tant de choses à dire. Ce beau livre est très stimulant. Il faut le lire, il m’a appris aussi une chose qui est un enseignement de la Bible hébraïque et des Evangiles : la gloire ne doit pas être cherchée en soi mais bien en Dieu.

Maurice-Ruben HAYOUN in Tribune de Genève du 11 mars 2016

18:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/03/2016

Que va devenir la loi travail ?

Que va devenir la loi travail ?

Cette affaire a été improvisée et risque de très mal se finir pour le gouvernement et notamment pour son chef. On note d’ailleurs un prudent retrait du chef de l’Etat qui ne s’implique pas trop afin de ne pas cristalliser sur sa personne le mécontentement croissant de la population. Certains observateurs gouvernementaux se bercent d’illusions en pensant minorer l’importance des manifestations d’hier. Ils se trompent. Il suffit de voir que deux autres manifestations sont déjà programmées, l’une pour la semaine prochaine, l’autre pour la fin de ce même mois de mars. Cela commence à faire beaucoup. Me El Khomry dont je répète qu’elle n’a pas la carrure pour être un barreur par gros temps est intervenue ce matin sur France Info pour dire, entre autres, que le gouvernement, toujours aussi mal inspiré, allait taxer les CDD pour forcer le patronat à embaucher. On ne peut pas imaginer pire maladresse : cela fait penser au célèbre adage paysan, on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif… Parfois on se demande qui conseille vraiment ce gouvernement… En fait, il faut réécrire cette loi, discuter avec les gens et ensuite, seulement ensuite, proposer un projet de loi. Or, là, on a fait l’inverse : au début, Manuel Valls, cédant à sa nature impétueuse, a commencé par parler ou laisser d’autres parler de l’article 49-3 ; et comme si cela ne suffisait pas, il a fallu qu’il surenchérisse en disant qu’il irait jusqu’au bout… La réaction de ses propres amis, du moins les frondeurs, ne se fit pas attendre ; ils répliquèrent par une mise en garde encore inédite. S’il y a un forcing de la part du gouvernement, et si la droite présentait une motion de censure, eh bien, ils la voteraient ! On n’était encore jamais allé aussi loin dans l’escalade… Que faire ? Surtaxer les CDD est une petite rustine, le gouvernement est à court d’idées et je le répète, le trio de tête dont j’ai précédemment parlé, Hollande, Valls, Macron, ne semble pas être sur la même ligne. Et je ne parle même pas de cette brave Me El Khomry dont la meilleure de toutes les attitudes serait d’observer un silence prudent car si, d’aventure, les deux têtes de l’exécutif décidaient d’abandonner le projet, elle en serait la dernière informée. C’est dur la politique, c’est même parfois cruel. Le gouvernement ne devrait pas laisser pourrir la situation, il devrait se sortir de cette mauvaise passe en écoutant notamment les jeunes qui ne veulent pas de la société qu’on leur prépare et dans laquelle il seraient contraints de vivre après notre départ. Certes, la France a toujours été rétive aux réformes, c’est une mentalité qu’il faut changer, mais pas suivant la méthode choisie. La vie, c’est être heureux, se lever chaque matin plein d’allant. Ce n’est pas avoir la rage au ventre en se rendant à son travail (quand on en a un).

08:57 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

09/03/2016

Semaine délicate pour l’exécutif français : la jeunesse est dans la rue

Semaine délicate pour l’exécutif français : la jeunesse est dans la rue

La situation se détériore de plus en plus dans l’Hexagone. Et c’est la loi dite El Khomry qui a versé de l’huile sur le feu. Franchement, on ne voit pas comment la loi pourrait passer sans être dénaturée, entièrement vidée de son contenu. Les syndicats et les jeunes n’accepteront pas de corrections à la marge, ils veulent une réécriture, tandis que les autres organisations de travailleurs, CGT en tête, réclament le retrait pur et simple de cette loi. On a donc affaire à des réformistes s’opposant à des fondamentalistes. Mais même les premiers mettent en garde le gouvernement : ils n’accepteront pas des modifications cosmétiques.

Le gouvernement fait face à un vrai dilemme : il ne peut pas se déjuger gravement en capitulant en rase campagne, il ne peut pas, non plus, ne rien faire puisque tout l’intérêt de la loi est de faire baisser le chômage et de rendre plus aisée une éventuelle candidature de Fr Hollande en 2017, enfin il ne peut pas, sans graves conséquences pour son chef, retirer le projet purement et simplement. La situation de Manuel Valls serait alors intenable avec les développements que l’on sait.

Je ne souscris pas à des raisonnements machiavéliques faisant état d’un terrifiant stratagème fourbi par un membre de l’exécutif contre l’autre. On aurait tendu un piège au Premier Ministre le laissant s’empêtrer dans un chaos sans nom qui conduirait à son départ, ce que des socialistes de plus en plus nombreux semblent souhaiter, notamment depuis la tribune au vitriol parue dans Le Monde et cosignée par Martine Aubry et d’autres frondeurs.

Les mêmes qui développent ce raisonnement à la fois tortueux et invraisemblable ajoutent que le président n’aurait pas apprécié qu’on lui force la main, ni même les arrière-pensées de quelques uns, spéculant sur son éventuel départ au terme de son mandat…

De telles spéculations portant sur un divorce entre les deux têtes de l’exécutif ne tiennent pas la route. Certes, les tempéraments sont différents, les approches aussi, mais si on avait voulu remplacer le Premier Ministre, c’était au moment du remaniement du gouvernement qu’il fallait le faire… Qui s’aventurerait à changer d’attelage à moins de 14 mois de l’élection présidentielle ? Et le remplacer par qui ? Sapin, Royal, Macron ? Impossible

Pour le moment les manifestations vont avoir lieu et le gouvernement scrutera leur importance. Et surtout si les jeunes sont dans la rue et bloquent les lycées, ce sera une autre paire de manches.

09:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

08/03/2016

L’Union Européenne, la Turquie et les réfugiés : les contours d’un chantage

L’Union Européenne, la Turquie et les réfugiés : les contours d’un chantage

Les concepteurs, les fondateurs et les dirigeants (actuels ou passés) de l’Union Européenne ont été et sont en dessous de tout. Ils ont mis au monde un enfant sans jamais penser à le protéger des aléas de l’existence ni des appétits insatiables de puissances étrangères désireuses de s’inviter, à tout prix, à la table de la nouvelle entité politique. Beaucoup de choses ont été faites à la va vite et, pour ne parler que des problèmes actuels, cette invasion migratoire qui ne dit pas son nom n’a jamais été envisagée, pas même par les experts les plus affutés…

La Turquie avec ses 85 millions d’habitants a su exploiter à son avantage la crise en accueillant sur son sol des millions de réfugiés, réels ou supposés, pour en faire ensuite une monnaie d’échange et adopter sans la moindre gêne, une position de force à la table des négociations. Ce pays dicte ses conditions : nous reprenons tous les réfugiés quels qu’ils soient, mais vous nous donnez au total 6 milliards, vous supprimez les visas d’entrée en Europe pour les Turcs et vous accélérez notre entrée dans l’Union.

Or, si la clause financière peut paraître acceptable, les deux dernières ne le sont pas du tout. Ce serait une invasion qui ne dit pas son nom. Si vous laissez entrer les gens sans visa, il est sûr et certain qu’ils ne repartiront pas, plus jamais ils ne rentreront chez eux. Les pompes aspirantes sont trop tentantes en Europe… Et l’on peut comprendre que des gens qui ne veulent plus vivre dans un régime qui ne respecte pas la liberté de la presse, souhaitent migrer vers des horizons plus cléments. Mais voilà, même les pays nordiques, jadis réputés pour leur tradition d’hospitalité, adoptent une attitude qui se rapproche de celle du FN ! Du jamais vu…

Le gouvernement turc actuel fait preuve de beaucoup de cynisme ; il sait que les opinions publiques occidentales sont traversées par un profond sentiment de culpabilité et surtout de compassion : comment rester insensibles, en effet, devant tant de tragédies humaines, tant de noyades, tant d’enfants livrés à eux mêmes sur un sol étranger, ne disposant d’aucune ressource, ne parlant pas la langue du pays ? Les Etats sont des monstres froids mais dans ce cas d’espèce c’est bien pire…

La Turquie veut installer un dispositif dont elle serait la maitresse exclusive et qui s’avérera un véritable nœud coulant pour l’Europe civilisée : elle propose d’organiser, de réguler le flux des réfugiés vers l’Europe, mais elle pourra, selon son désir, en accroître ou en réduire le débit. C’est un doigt puissant pressé contre la veine jugulaire de l’Europe. Et quand donc ce processus prendra-t-il fin ? Jamais, ou selon la volonté de l’Etat régulateur qui pourra ainsi dicter sa loi à l’Europe qui risque d’être submergée.

Mais dans ce contexte, la responsabilité de Madame Merkel est immense : c’est elle qui a dicté ce compromis car il sert ses intérêts, mais ce n’est pas une bonne affaire sur le long terme. Elle croit que les gens qu’elle accueille ont la même culture, les mêmes mœurs ; or, rien n’est moins vrai. Et une certaine soirée à la gare centrale de la ville de Cologne aurait dû lui mettre la puce à l’oreille… Il lui faudra éviter les fautes commises par des pays voisins qui n’ont pas su ou pas voulu assimiler correctement ces populations au lieu de se contenter d’une intégration sommaire…

Mais il ne faut pas oublier l’éthique, même si certains s’en servent pour faire pression et faire sauter des digues. Il y a l’universalité de la loi morale : quand quelqu’un a faim ou froid, quand il est souffrant, quand il risque de se noyer, de mourir, on doit se porter à son secours, l’aider à se rétablir. Quelles que soient sa religion, la couleur de sa peaux, ses origines ethniques ou autres… Mais une fois qu’il est rétabli, il doit pouvoir rentrer chez soi. Et c’est là tout le problème : ils n’ont plus de chez soi !

Maurice-Ruben HAYOUN in TDG du 8 mars 2016

09:13 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

07/03/2016

La loi travail dite loi El Komri

La loi travail dite loi El Komri

Je ne vous cacherai pas que j’écris juste après avoir écouté Jean-Luc Mélenchon dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV. Certains de ses arguments m’ont aidé à comprendre les raisons qui ont poussé près d’un million d’hommes et de femmes à signer la pétition qui demande ni plus ni moins que le retrait de la loi en question.

Je pense que l’exécutif ne sait pas très bien où il va, tant l’idée d’une nouvelle candidature pour 2017 l’obsède. Tout ce qu’il fait, toutes les lois qu’il propose, toutes les mesures qu’il entend prendre sont soit tardives, soit inappropriées. J’ai récemment rencontré un ami, un très haut fonctionnaire, ancien des lieux de pouvoir, qui me disait ne pas comprendre qu’ l’on propose une loi si grave, aux conséquences si générales, moins de 15 mois avant les élections présidentielles. Et il poursuivait en ces termes : c’est la panique de voir le chômage augmenter qui pousse Messieurs Valls et Hollande à faire passer cette loi ; car, sans baisse du chômage, l’horizon est bouché pour 2017…

De mon point de vue de non spécialiste, j’oscille entre deux attitudes contradictoires. Il y a du bon dans cette loi mais il y a aussi bien des sujets d’inquiétude. Il existe une mentalité française qui est ce qu’elle est, les Français sont rétifs aux réformes, ils aiment la douceur de vivre, ils ont vécu durant des siècles dans un cocon. Il tiennent à leur mode de vie, devenu le modèle social français, ils aiment la douceur de vivre : qui pourrait le leur reprocher ?

Mais voilà, ce monde là a changé. Il n’existe plus. L’émission de ce matin rappelait même que la plupart des embauches se faisait en CDD et non plus en CDI. Or, les Français dans leur écrasante majorité refusent cette précarisation galopante de leur existence : qui pourrait le leur reprocher ? Certes, mais il faut aussi tenir compte de la réalité, ce que les Allemands appellent das Realitätsprinzip… Tous les pays d’Europe ont dû assouplir ou réformer leur Code du travail pour être en adéquation avec la situation présente. On dit toujours que la France tarde à engager les réformes. Et ce n’est pas faux. Mais pour quelle raison ?

Eh bien, celle-ci nous est fournie par les différentes manifestations prévues pour le début et la fin de ce mois. Mais circonstance aggravante, la jeunesse descend dans la rue. Etudiants et lycéens ne veulent pas de l’avenir qu’on leur prépare. Ils voient dans le trio Hollande-Valls –Macron un ensemble qui ne fait pas l’affaire… Le problème est qu’il est très difficile de calmer les jeunes, de les ramener sans encombre dans les lycées et les universités. On n’envoie pas les CRS ou les garde-mobiles contre ses enfants. Ce sont pas de casseurs ni des criminels.

Ce qui frappe bien plus, c’est que ce sont des dirigeants socialistes, horrifiés par la politique du trio sus mentionnée, qui ont invité en sous main les jeunes à aller manifester. Notamment l’UNEF qui a toujours été un vivier du PS. Er, c’est l’UNEF qui est à la manœuvre… C’est dire combien le crédit des dirigeants actuels est sérieusement érodé.

Pourront-ils inverser la courbe du chômage en 13 mois ? Ils devraient réfléchir à deux fois avant de précipiter l’ensemble du pays dans des troubles graves et dans un chaos sans nom…

09:46 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook