26/11/2015

La France pavoise, mais est ce vraiment toute la France…

La France pavoise, mais est ce vraiment toute la France…

C’est la question que l’on est en droit de se poser, sans être nécessairement un esprit chagrin. On la pose en se souvenant de la réaction des habitants des banlieues et de leurs enfants dans les écoles de la République, à la suite des attentats contre Charlie-Hebdo et l’Hyper cacher. De nombreux établissements scolaires avaient été le théâtre du refus de jeunes musulmans, nés en France, de respecter la minute de silence à a mémoire des victimes. Au motif que les caricatures du prophète de l’islam avaient suscité une juste réaction. Le phénomène fut si grave que des sanctions furent prises à l’encontre des récalcitrants…

Aujourd’hui, presque deux semaines après les sanglants attentats de Paris, le président de la République a eu la bonne idée de demander qu’on lui accroche des drapeaux tricolores vendredi matin à toutes les fenêtres des maisons. Il serait intéressant de scruter ce que va être la réaction de gens qui voient toujours en la France une nation inamicale, tout en vivant sur son sol.

Je souhaite vraiment me tromper mais je crains que nous ayons quelques surprises, surtout en Seine Saint-Denis où de véritables cellules djihadistes ont été mises au jour et en définitive détruites ou arrêtées.

Certes, il faut se garder de toute généralisation abusive ; je persiste à croire que l’écrasante majorité des gens de ces départements limitrophes de Paris et d’ailleurs ne cherche qu’à vivre en paix, à pratiquer leur religion sans nuire aux autres et à aspirer à un avenir meilleur pour leurs enfants. Mais ce sont aussi ces mêmes régions qui ont envoyé le plus de combattants en Syrie et en Irak.

On ne peut pas rester indifférent à ce qui se passe. Chacun devra choisir son camp. Et la France est en guerre, elle n’est pas en guerre contre la Suède ni contre la Finlande, mais contre l’islamisme de Daesh et d’autres organisations.

Alors, nous verrons bien vendredi si tous ont pavoisé et si certains refusent de le faire.

09:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ce qui est difficile, mais probablement indispensable en démocratie, c'est de respecter un pays et des institutions qui sont servis par une classe politique souvent plutôt méprisable, surtout lorsque l'on pense ou constate qu'elle n'a pas fait grand-chose pour soi.
Mais remplacer ce respect, qui doit en fait être le respect pour de valeurs portées par la culture de ce pays, par le respect d'idéologies religieuses (avec leur part de politique) qui prônent la soumission et l'obéissance à des coutumes barbares d'un autre temps est la pire des erreurs que peuvent commettre des esprits déçus dans leurs aspirations sociales, parfois désespérés, généralement peu instruits et soumis aux forces auto-destructrices générées par la configuration hormonale de l'adolescence. D'autant plus qu'elles sont exploitées sans vergogne par des adultes ou des vieillards qui n'ont à coeur que leur seul pouvoir et profit .

Écrit par : Mère-Grand | 26/11/2015

Les commentaires sont fermés.