17/11/2015

Ce qu'il faut retenir du discours au congrès de Versailles

 

Ce qu’il faut retenir du discours de François Hollande au Congrès à Versailles

Sans chercher à amoindrir la portée ni la valeur du discours du Président Hollande, il faut bien reconnaître qu’en dépit de la solennité et de la douleur ressentie par toute la France, l’intervention manquait de souffle. Certes, il y a un virage incroyable, toutes les doctrines de la diplomation française sont abandonnées, au grand dam de Laurent Fabius. Enfin, M. Hollande a compris qu’il fallait oublier Bachar et se concentrer sur Daesh, n’en déplaise aux monarchies pétrolières du Golfe. Enfin, on a compris qu’il fallait fermer les mosquées extrémistes et déchoir de la nationalité française ceux qui commettent des actes de terrorisme.

Mais on se pose des questions : pourquoi avoir tant attendu ? Depuis les lendemains de ce terrible mois de janvier de cette même année, la France avait été durement touchée, il fallait réagir. Et même dans le cas présent, les questions nécessaires n’ont pas été posées au ministère de l’intérieur : comment s’explique cette cécité, cette ignorance de ce qui se tramait ?

Différentes questions existentielles se posent : devons nous continuer à accorder la nationalités française sans trop de discernement ? Devons nous dépenser encre tant de milliards pour la réhabilitation des banlieues ? Ne faut il pas exiger fermement de ceux qui veulent vivre en France un minimum d’amour de la patrie ? Existe t il une compatibilité entre l’essence de ces terroristes et la culture européenne, de nature judéo-chrétienne ?

On a vu avec une certaine surprise que le président actuel a accédé aux demandes du FN qui fait de ces mesures un axe central de sa politique.

L’heure est grave. Il faut rechercher l’intérêt national exclusivement. Il faut laisser de côté les luttes partisanes. Les attentats barbares d’hier nous forcent à avoir désormais une vue manichéenne des choses : d’un côté le bien, et de l’autre, le mal.

Des journalistes, désemparés, posent des questions sans réponse à des spécialistes, authentiques ou prétendus tels : comment des gens peuvent ils ainsi, du jour au lendemain, sombrer dans le djihadisme ? Et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est la faute de la France. Quand je pense que la grande majorité de ces terroristes ont français et qu’ils ont abattu, sans ciller, des dizaines de leurs compatriotes au motif qu’ils ne sont pas leurs coreligionnaires…

Et c’est encore plus absurde : à la télévision, deux hommes arabo-musulmans déploraient la mort de leurs deux sœurs qui laissent des orphelins derrière elles…

Et l’un des tueurs était chauffeur de bus dans une banlieue… C’est incroyable. On croit rêver.

Le parti au pouvoir va sûrement perdre les élections régionales. Mais il est des victoires qui discréditent ceux qui les remportent en usant de moyens peu recommandables et des défaites qui honorent sans jamais couvrir de honte ceux qui les subissent.

08:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Pendant ce temps, les compagnies pétrolières françaises achètent du pétrole de "l'état islamique" via la Turquie.

Écrit par : Jésus | 17/11/2015

Les ripostes armées de la France en Syrie sont totalement disproportionnées.

Écrit par : Jésus | 17/11/2015

J'ai retenu autre chose de ce discours, FH a annoncé à ses partenaires européens qu'il s'apprêtait à s'assoir sur les objectifs budgétaires qui avaient été fixés dans le cadre du pacte de stabilité. Encore une preuve que la construction de l'Euro est une chimère...

Sinon je ne suis pas d'accord sur la totalité de votre billet. Tout d'abord, je ne pense pas que sombrer dans une vision manichéenne soit une solution. Nous sommes le bien et eux le mal, ça rassure sans doute, mais ça empêche de faire les nécessaires analyses. Le gouvernement au pouvoir est le premier responsable de ces attaques au travers de sa politique internationale et ça, on ne doit pas le cacher. Cette tentative honteuse de demander au pays une union nationale pour faire taire les voix discordantes me donne la nausée. Union nationale contre l'horreur d'accord, mais pas derrière ce gouvernement qui est la cause de tout cela.

Et quand j'entends un responsable de parti se prétendant républicain demander rien de moins que la création de camps de concentration pour parquer des gens qui ne sont que "soupçonnés de radicalisation", autrement dit sans qu'ils aient encore commis le moindre crime ni qu'ils aient eu droit à un jugement, ça me donne aussi envie de vomir. On a critiqué Guantanamo, mais au premier attentat, on veut faire la même chose.

La prévention ce n'est pas ça. La prévention, c'est lutter contre les causes. Le résultat d'une telle injustice au contraire, ça sera d'augmenter toujours plus le nombre de personnes prêtes à se radicaliser. Avec de telles idées, contraires à tout ce que représente la France, nous ne sommes qu'au début d'une grande vague d'attentats.

Écrit par : Kad | 17/11/2015

Kad, en tout cas, on est en droit d'affirmer que daesh n'a pas menti. Il a annoncé clairement et précisément au mois de mars, que plus de 2 millions de migrants allaient venir en Europe depuis tous les bords de la méditerranée.

Que parmi ces migrants seraient cachés des membres de daesh !

Que ces membres de daesh allaient mettre l'Europe à feu et à sang !

Et depuis quelques jours, le gouvernement français ne parle plus de "déséquilibrés" appréciés par leur entourage !

Écrit par : Jésus | 18/11/2015

Les commentaires sont fermés.