29/09/2015

Vladimir Poutine, superstar

Vladimir Poutine, superstar

C’est un rétablissement prodigieux que V. Poutine vient de réussir à la face du monde entier, lui, le réprouvé, l’homme d’Etat aventurier qui a osé modifier les frontières de son pays avec l’Ukraine en annexant la Crimée. Du jamais vu dans l’histoire depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Et voilà que bien qu’isolé et sous sanctions de l’UE et en butte à l’ostracisme de la France qui refuse de lui vendre les navires de commandement Mistral, qu’il avait pourtant payés, il se produit à la tribune de l’ONU, ose plaider en faveur de Bachar, le bourreau de son peuple, et contraint même le président Obama à le suivre dans le soutien au boucher de Damas. Le président US a livré un baroud d’honneur pour sauver les apparences mais a dit clairement sa volonté de travailler avec les Russes qui pourtant soutiennent Bachar..

Même si Bachar est ce qu’il est, à savoir un tyran infréquentable, il a la baraka. On le donnait perdu il y a encore peu de temps, ses généraux faisaient défection les uns après les autres, ses collaborateurs les plus proches étaient scrutés pour discerner leurs intentions profondes, bref son armée entrait en déliquescence et même son allié iranien prenait une place de plus en plus envahissante, au point que la haute hiérarchie militaire syrienne (ou ce qu’il en reste) en a pris ombrage.

En convaincant les Russes de le soutenir jusqu’au bout et à placer en seconde place la question de la transition politique, V. Poutine a remporté une victoire éclatante. Les uns après les autres, les dirigeants se rallient à sa position : même les Turcs qui sont aux premières loges, ont observé le passage de l’armada russe traversant le Bosphore… Si les Américains ont donné leur aval, la France suivra nécessairement.

V. Poutine fera d’une pierre deux coups : il va rétablir la situation en Syrie, même si cela va prendre du temps et il est presque certain qu’il enverra des soldats sur le terrain pour encadrer les troupes de la coalition arabe..

Moralement et militairement, c’est une défaite, un revers pour l’Occident qui doit céder la place aux Russes lesquels ont fait une bonne analyse de la situation : d’abord on se débarrasse de l’EI et ensuite la nouvelle Syrie ne serait plus comme celle d’avant.

Il ne m’étonnerait pas que les Russes aient déjà quelques idées sur la question.

09:48 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

PS:

Erdogan ne demande pas mieux que de voir fuir quelques millions de ses compatriotes vers cette Europe si accueillante !

Écrit par : Corto | 29/09/2015

L'Occident n'a plus le choix.
S'embourber encore et encore ou suivre les Russes pour en finir avec l'enfer?

Il faut reconnaître que ce sont les Américains qui ont apporté les matières propres à donner des idées aux Russes. "L'occasion fait les larrons".
Et si le succès est au rendez-vous des idées russes, cela veut dire qu'ils les ont bien travaillées.
Il reste à la coalition, et pas des moindres, à méditer l'aventure.

Pendant que les chancelleries de la "Coalition" étaient actives sur le devant de la scène internationale, leurs économies subissaient un "Smart"pillage, en un temps record, c'est-à-dire le temps d'un crime, le temps d'un chaos en Syrie... Quatre années fatales qui vont jeter leurs peuples dans les rues qui vont réclamer du pain et du travail.
Avec cela, non sans s'ingénier des auto-goals avec le boomerang des sanctions antirusses et le déferlement des réfugiés en provenance des territoires convoités.
Pour repeupler l'Europe vieillissante, ces exodes sont un avènement qui doit colmater ses chroniques inquiétudes sociales et économiques.

Oui! Tout cela ressemble à une tragi-comédie grecque!

Écrit par : Beatrix | 29/09/2015

Les commentaires sont fermés.