03/09/2015

L'Europe face aux pérégrinations: migrants ou réfugiés?

L’Europe face aux pérégrinations ; migrants ou réfugiés ?

Le fluidité terminologique est souvent un indice révélateur car quand on hésite sur la désignation d’un fait ou d’un évènement, c’est que celui-ci nous cause problème ou nous met mal à l’aise. Les Français parlent de migrants, les Allemands qui ont commencé par leur faire bon accueil avant de se raviser, parlent, eux, de Flüchtlinge (réfugiés). D’autres évoquent les demandeurs d’asile, en allemand Asylbewerber derrière lesquels se cachent parfois des réfugiés économiques.

Dans tous les cas, il s’agit d’êtres humains qui ne peuvent plus, ne supportent plus l’état de guerre, de misère ou de dictature dans leurs pays d’origine. Il faut vraiment que vos conditions de vie soient insupportables pour que vous quittiez tout et que vous traversiez les mers et les océans au péril de votre vie et de celle de votre famille.

Contrairement à la démarche humanitaire et généreuse de la chancelière allemande, cette fille de pasteur qui n’a pas oublié les leçons de l’Evangile et la morale protestante qu’elles ont sécrétée, certains Länder comme la Bavière changent d’avis et ne peuvent plus faire face à la pression des réfugiés. Ce qui montre bien qu’il ne fallait pas détourner le regard des horreurs dans ces pays arabo-musulmans mais traiter le problème sur place au lieu d’admettre chez soi des milliers de fuyards, hommes, femmes et enfants quittant des lieux où la vie devient impossible.

Mais était-ce la solution ? Quel pays peut –il admettre des millions de réfugiés ? Même la riche Allemagne ne le pourrait pas en raison des spécificités ethniques et sociologiques. Il faut se projeter dans dix ou quinze ans, lorsque ces gens seront installés dans des pays d’accueil occidentaux, issus de la culture judéo-chrétienne, comment feront ils ? Se fondront ils dans la masse ou vont-ils constituer des ilots dans un océan étranger ?

Il est vrai que toutes ces craintes s’évanouissent à la vue du corps de cet enfant de trois ans, mort noyé et que les eaux de la Méditerranée ont renvoyé au rivage, comme pour s’imprégner de manière indélébile à notre mémoire ; je ne dis pas à notre conscience car je ne suis pas certain que nous ayons une.

 L’âme de cet enfant nous accusera à tout jamais devant le tribunal céleste en raison de notre non assistance à enfant en danger.

08:25 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

"L’âme de cet enfant nous accusera à tout jamais devant le tribunal céleste en raison de notre non assistance à enfant en danger."

Et qu'Est-ce qu'on fait avec l'âme de ce couple d'Italiens qui s'est fait massacré chez lui par un érythréen qui étaient venu les cambrioler!

Ca va durer encore longtemps ces images pour culpabiliser les gens, sans au moins donner TOUTES LES INFORMATIONS ne serait-ce que pour la "balance"; vous savez, ce symbole de la justice!

Écrit par : Corélande | 03/09/2015

Mais, en quoi sommes NOUS responsables? Les européens ne sont-ils pas les seuls à essayer d'éviter ces tragédies?
Il faut venir en aide à ces réfugiés, mais la solution n'est peut-être pas de les encourager à venir, mais d'aider les pays qui les accueillent le plus proche de chez eux....
Fuir la mort de la guerre pour se noyer en mer, c'est le pire cauchemar....

Écrit par : bb | 03/09/2015

"L’âme de cet enfant nous accusera à tout jamais devant le tribunal céleste en raison de notre non assistance à enfant en danger."
Ce genre de prose est bien fait pour clore toute discussion: ce sont de belles paroles (ou plutôt de beaux clichés) exprimant de beaux sentiments, c'est-à-dire tout ce qui est absent de la politique, car aucune population du monde acceptera jamais que son gouvernement agisse en fonction de bons sentiments si ceux-ci ne lui semblent pas compatibles avec ses intérêts propres.

Écrit par : Mère-Grand | 03/09/2015

Aussi atroce que soit le spectacle de cet enfant mort rejeté au rivage, toutes les réactions "bien pensantes" des hommes et femmes politiques ou encore des journalistes qui en font une belle première page sont totalement vaines. La réalité est là, il ne peut être envisageable économiquement d'accueillir tous ces migrants en Europe et laisser penser le contraire est une hypocrisie !

Écrit par : Gerard | 04/09/2015

Les commentaires sont fermés.